Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah  | t.gbedemah@cursus.edu

La formation mixte, d'accord. Mais que mixe t-on ?

Créé le mardi 18 septembre 2012  |  Mise à jour le mercredi 17 octobre 2012

Recommander cette page à un(e) ami(e)

L'hybridation de la formation s'entend comme la combinaison de plusieurs modalités dans la transmission des connaissances en vue d'atteindre des objectifs pédagogiques définis. Il ne s'agit donc pas de faire un étalage de différentes modalités au sein d'une formation juste pour témoigner de leur existence ou pour avoir l'air moderne, mais pour répondre à des exigences liées au temps et au lieu de la formation.

Dans un article paru sur le blog de la formation professionnelle et continue, Mathilde Bourdat se fait l'écho de quelques dossiers soumis aux E-Learning Excellence Awards qui portent justement sur les dispositifs hybrides de formation. D'emblée, elle énonce la pluralité de ce mode de formation. Autrement dit, bien généralement, l'hybridation en formation porte sur plusieurs aspects de la formation au point qu'on ne peut parler d'un mix mais des mix dans un dispositif de formation pris isolément.

Les éléments de l'hybridation

Les quatre éléments fondamentaux autour desquels se construit l'hybridation au sein d'une formation sont : les modalités, l'accompagnement, la communication et le financement.

Les modalités renvoient aux choix pédagogique opéré en ce qui concerne la place du présentiel et du distanciel. Car il ne faut pas l'oublier, l'hybridation est avant tout une question de bimodalisation de l'enseignement comme en témoignent les termes voisins qu'on retrouve dans la littérature : enseignement bimodal, integrated learning, blended learning, apprentissage mixte, etc. Au-delà de ce choix à opérer sur les temps de présence physique et virtuelle dans la formation, le mix des modalités impliquent aussi des choix sur la nature des ressources de formation et les supports techniques de médiatisation de la formation.

Autre élément de l'hybridation, l'accompagnement. A ce niveau, il s'agit de se décider sur les types d'accompagnement possibles et sur les modalités de leur mise en oeuvre. Ainsi pour une formation donnée, on pourra faire intervenir des formateurs comme des experts de contenu, des tuteurs, des pairs, des mentors en des moments-clés de la formation pour des rôles spécifiques. L'agencement de ces interventions et leur orchestration au sein du dispositif constituent à eux-aussi un aspect de l'hybridation.

Enfin, deux autres éléments non négligeables dans toute formation qui font eux-aussi recours à l'hybridation : la communication et le financement. Par quels canaux de communication va-t-on promouvoir la formation auprès de son public-cible ? Dans l'hypothèse d'une pluralité de sources de financement, quel est le meilleur montage possible ? Autant de questions dont les réponses conduisent à mixer aussi bien des outils que des ressources en vue d'atteindre les objectifs assignés au dispositif de formation qui les mobilise.

Comment hybrider une formation ?

Concrètement, l'hybridation est un choix raisonné mais parfois forcé que l'on doit opérer  à l'intérieur de quatre catégories d'éléments décisionnels. Mathilde Bourdat propose dans son article un schéma récapitulatif de ces catégories que sont : les participants, le projet, les contraintes et les ressources.

En s'intéressant aux participants, par exemple, une centration peut être faite entre autres sur leurs préférences d'apprentissage, les enjeux individuels au regard de l'apprentissage proposé et la perception de la qualité du dispositif.

Il est donc à noter que les dispositifs hybrides de formation sont conçus en fonction de la priorité accordée à l'une de ces quatre catégories. Cette priorisation conduit tout naturellement à des choix pédagogiques particuliers. Des exemples de formation ayant priorisé l'une ou l'autre catégorie sont fournis dans l'article susmentionné qui décrit, pour chaque exemple, comment l'hybridation est instrumentée dans la réalité.

Du reste, il ne s'agit nullement d'opposer les dispositifs mixtes aux autres modalités de formation existantes ou d'en faire l'apologie au détriment de ces dernières. Le présentiel et le "tout à distance" demeurent bien entendu des choix qui peuvent s'avérer pertinents pris de façon homogène. Mais il ne faudra pas se priver de la mixité quand il le faut ou quand les circonstances l'imposent. Elle recèle elle aussi des avantages à explorer.

Voir :

Formation blended (mixte): chacun cherche son mix. Mathilde Bourdat, 9 juillet 2012. Le blog de la formation  professionnelle et continue.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire