Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Comment le cerveau assimile une nouvelle langue

Créé le dimanche 5 mai 2013  |  Mise à jour le mardi 14 mai 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Comment le cerveau assimile une nouvelle langue

Apprendre sa propre langue est déjà un défi cérébral en soi. Alors, qu'en est-il quand il faut maîtriser une autre langue que la sienne ? Et pourquoi est-il si difficile d'apprendre une langue appartenant à une autre famille que la sienne, alors que nous manipulons finalement assez bien d'autres codes complexes comme les mathématiques par exemple ?

Comment le cerveau fait-il pour maîtriser une langue?

Même si les recherches récentes montrent que de nombreuses régions de notre cerveau s'activent lors de la moindre opération mentale, les fonctions utiles au langage trouvent leur source dans deux aires qui ont donc une importance primordiale : l'aire de Wernicke et l'aire de Broca. La première nous permet de comprendre les langues et la deuxième sert à s'exprimer oralement dans une ou des langues. Le fonctionnement de ces deux aires est différent. L'aire de Broca crée un espace spécifique pour chaque langue alors que celle de Wernicke ne fait aucune différenciation.

Comme le rappelle cet article, les cerveaux des enfants élevés dans des milieux bilingues ou multilingues sont un peu dissemblables puisque l'aire de Broca ne distingue pas les langues apprises simultanément. Ce qui explique pourquoi les enfants bilingues n'ont aucun mal à passer d'une langue à l'autre dans une même phrase.

Sachant qu'il y a deux aires cervicales impliquées dans la maîtrise d'une langue, on conçoit alors qu'il soit possible de comprendre très bien une langue tout en ayant des difficultés à la parler. Si cela est votre cas, ne vous découragez pas : faites seulement travailler un peu plus votre aire de Broca en pratiquant votre expression orale. Ce qui rejoint complètement l'adage qui dit que "pour maîtriser une langue, il faut pratiquer" !

D'ailleurs, la plupart des experts s'entendent sur une chose : l'apprentissage des langues sur le modèle traditionnel ne fonctionne pas au niveau neurologique. En effet, il faut envoyer au cerveau des signaux indiquant clairement que l'on est dans un processus d'apprentissage linguistique, pour que les fonctions dévolues au langage se mettent en activité. Alors, si vous apprenez une langue comme vous apprenez de l'histoire, par exemple, en mémorisant des listes de mots comme des dates d'évènements, cela ne va pas fonctionner. Vous allez retenir vos listes de dates et vos r§ègles de grammaire, mais vous serez incapable de sortir trois mots ou de comprendre une phrase simple dans la langue cible... 

Une solution souvent citée pour apprendre une langue étrangère est l'immersion. Une étude dont les résultats ont été publiés en 2012 décrivait l'expérimentation et montrait l'efficacité de la méthode :

Les scientifiques ont enseigné à des adultes un langage inventé basé sur un bonne douzaine de mots. Un groupe menait son apprentissage de façon immersive alors que l'autre le faisait de façon plus traditionnelle. Leurs connaissances sur la langue furent ensuite vérifiées en leur demandant de confirmer ou non la justesse de structures syntaxiques qui leur étaient présentées. Les scientifiques ont aussi mis des électrodes sur la tête des participants pour analyser leur activité cérébrale.

Au niveau de la compréhension du langage, les deux groupes avaient des résultats plutôt similaires, mais la réaction cérébrale était totalement différente. Le cerveau de ceux qui avaient appris en immersion agissait comme s'il s'agissait d'une langue maternelle. Et autant dans l'étude mentionnée étude que une autre encore plus récente, les scientifiques ont observé que les connaissances linguistiques perduraient bien après la période d'immersion, sans pratique complémentaire. Précisons tout de même que les deux études ont été menées avec de très petits échantillons et que leurs conclusions sont donc à prendre au conditionnel. Mais il s'agit tout de même d'une piste intéressante sur la compréhension du phénomène d'apprentissage linguistique.

Des méthodes d'apprentissage basées sur les neurosciences

Si les méthodes traditionnelles d'apprentissage du langage ne sont pas efficaces, comment les formations peuvent-elles s'adapter, dans l'hypothèse où l'immersion effective n'est pas possible ? Dans un récit publié sur le site Salon, un capitaine de l'armée américaine raconte comment il a appris l'arabe – une langue réputée difficile à maîtriser pour les locuteurs natifs en anglais  – à partir d'une solution originale : LinguaStep. Si le site ne propose pas de l'immersion, il offre au moins une façon intéressante de mémoriser la langue. Cette initiative de Loren Siebert en 2006 est basée sur deux principes directement issus des neurosciences. Le premier est l'apprentissage sélectif : dans cette méthode, pas de temps à perdre avec les éléments que la personne maîtrise déjà. Le deuxième principe est celui des répétitions espacées. Par exemple, supposons que l'apprenant identifie bien le mot « ciel » en arabe; il n'est donc pas nécessaire de lui rappeler chaque jour comment se prononce le mot dans la langue cible. Mais s'il n'utilise pas le mot, l'apprenant risque de l'oublier ! Le mot va donc lui être présenté après un certain temps. Les intervalles de temps entre chaque présentation augmentent tant que le locuteur se souvient de la signification du mot. S'il se trompe, un cycle entier recommence. 

Le Middlebury College, connu pour la qualité de ses programmes linguistiques, a vite compris qu'il fallait se servir de ce que les neurosciences nous apprennent sur l'apprentissage d'une langue et donc, immerger les élèves dans la langue cible. Les jeunes qui prennent des cours de langues l'été dans cet établissement doivent donc obligatoirement parler la langue d'apprentissage lors de leurs différentes activités. Pour le vice-président de l'établissement, il y a 4 éléments nécessaires pour bien maîtriser une langue :

  1. L'utiliser.
  2. L'utiliser avec un but, ajouter un projet en parallèle qui justifie l'apprentissage (exemples : créer une démonstration de cuisine, monter une pièce de théâtre, etc.).
  3. Avoir accès à du matériel authentique. Il faut des extraits audio et vidéo provenant de réels échanges et situations qui emploient le langage (verbal et non verbal).
  4. L'utiliser en interaction avec les autres.

Le Middlebury College a, depuis une décennie, engagé de nombreux scientifiques spécialisés dans l'apprentissage des langues et dans les sciences cognitives. Ils ont effectué des recherches sur les différentes méthodes d'apprentissage des langues et il semble que la plus efficace soit la formation hybride, qui combine à la fois des activités réalisées avec les TIC et un professeur. L'institution use donc de moyens comme les jeux en ligne pour créer des espaces d'immersion en plus des activités dirigées par des enseignants.

Il n'y a donc pas de solution magique pour apprendre une langue, ni de "code génétique national" plus apte que d'autres à l'apprentissage linguistique. Si les Allemands et les Danois parlent l'anglais mieux et plus tôt que les Français, c'est tout simplement parce qu'ils apprennent mieux cette langue. Cela exige de la patience et beaucoup de pratique. Il est donc préférable de faire pratiquer la langue le plus tôt possible, avec différents interlocuteurs, réels et virtuels. L'immersion obligera le cerveau à assimiler plus rapidement et durablement le vocabulaire et la grammaire afin de se faire comprendre des autres.

RÉFÉRENCES :

Pfromm, Robert. "Learning Another Language: How Does the Brain Process Language?" HubPages. http://sokcgold.hubpages.com/hub/The-Keys-to-Learning-Another-Language-Understanding-How-the-Brain-Processes-Language

Bushwick, Sophie. "Immersion in a foreign language rewires your brain - especially when you take time off." io9. 31 mars 2012. http://io9.com/5897308/immersion-in-a-foreign-language-rewires-your-brain-+-especially-when-you-take-time-off.

GLOBALITY. "Foreign language immersion can change your brain." 29 mars 2012. http://www.globality-health.com/en/yougenio/news/2012-03-29-Foreign-language-immersion-can-change-your-brain.html

Tsui, Bonnie. "What’s the secret to learning a second language?" Salon.com. 27 octobre 2012. http://www.salon.com/2012/10/27/whats_the_secret_to_learning_a_second_lanuage/.

Lingua Step : http://www.linguastep.com/ 

Middlebury College : http://middleburyinteractive.com/index.php/summer-academies/live-a-language/ 

Illustration : Crystal Eye Studio, shutterstock

Poster un commentaire

Commentaires

11 commentaires

Icône - Visage inconnu
  • Star25
  • 7 mai 2013 à 10 h 10

I have a question

Merci tes bon article , mais pour l'accent ? Comment on fait pour avoir un accent qui n'est pas notre langue maternel ?

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Sébastien
  • 7 mai 2013 à 15 h 03

Un point à éclaircir

Merci pour cet article! Une chose me pose pourtant problème: "L'aire de Broca crée un espace spécifique pour chaque langue" et plus loin "les cerveaux des enfants élevés dans des milieux bilingues ou multilingues sont un peu dissemblables puisque l'aire de Broca ne distingue pas les langues apprises simultanément". Est-ce que cela veut dire que si j'apprends 2 langues en étant enfant, il n'y aura pas un espace spécifique pour chaque langue, alors que si je les apprends plus tard, un espace sera créé pour chaque langue? Et si c'est le cas, à partir de quel âge notre cerveau créera-t-il un espace par langue (j'imagine vers 3 ou 4 ans)? Merci encore pour ton article

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Star25
  • 8 mai 2013 à 07 h 07

SEBASTIEN JE TE REPOND

Oui Sébastien c'est bien cela. L'aire de Broca creara un dossier specifique pour chaque langue jusqu'au maximum 8 ans.

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Star25
  • 8 mai 2013 à 07 h 07

MY QUESTION

mAIS t'aurais pas une idéé sur comment avoir l'accent etranger ?

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Star25
  • 8 mai 2013 à 07 h 07

It\'s me again

enfin l'accent étranger c une maladie du a un AVC. Donc je reformule ma question... Comment faire pour avoir un accent qui n'est pas notre langue maternelle. Par exemple etre née en France mais avoir l'accent anglais ou Américain ?

Répondre
Icône - christinava
  • Christine Vaufrey
  • 16 mai 2013 à 05 h 05

accent

L'accent est une affaire d'écoute et de pratique. Si tu baignes dans la langue que tu cherches à parler, tu prendras l'accent, automatiquement. Mais rassure-toi, on estime toujours qu'on a un accent plus horrible qu'il ne l'est réellement. On peut avoir un gros accent français dans une autre langue et se faire comprendre parfaitement !

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Star25
  • 19 mai 2013 à 10 h 10

Merci de votre réponse

Merci beaucoup pour votre réponse. Je parle tous les jours anglais et ecoute toute la journée cette langue aussi.

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Kessy
  • 7 juin 2013 à 13 h 01

HELP ME

Que se passe t-il ? Voila... J'ai 16 ans , je suis gauchère. Je travaille mon anglais tous les jours , vraiment tous les jours , musique , conversations avec des natifs , lecture , et des que je fais une de ces activités j'ai mal a gauche de ma tete.

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Starry
  • 14 juin 2013 à 08 h 08

HEY

Tu assimiles cette langue voila pourquoi

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Star25
  • 21 juin 2013 à 10 h 10

question

SI j'ai l'accent americain mais que je frequente des anglais vais je perdre mon accent americain et prendre l'accent anglais ?

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • LERAT
  • 14 novembre 2013 à 12 h 12

Ophtalmologiste retraité

"Sachant qu'il y a deux aires cervicales impliquées dans la maîtrise d'une langue, on conçoit alors qu'il soit possible de comprendre très bien une langue tout en ayant des difficultés à la parler. " Il ne s'agit pas d'aires " CERVICALES " mais d'aires " CÉRÉBRALES ". CERVICAL vient du latin CERVIX qui signifie COU .....

Répondre