Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

L'homme qui transforme le monde en cartes mentales

Créé le mardi 5 novembre 2013  |  Mise à jour le mardi 5 novembre 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

L'homme qui transforme le monde en cartes mentales

Pierre Mongin est Monsieur cartes mentales. Jugez plutôt : il a déjà publié 14 ouvrages dont 8 sur le sujet ! Les titres de ses livres sont évocateurs : Organisez vos idées avec le mindmapping, mais aussi Organisez votre vie, vos notes, vos projets… toujours avec le mindmapping. Serait-ce un outil magique ? Pierre Mongin n’est pas loin de le croire, comme nous l’avons compris en le rencontrant le 15 octobre dernier, alors qu’il venait précisément de réaliser un atelier d’initiation au mindmapping.

 

Pierre Mongin, comment avez-vous rencontré le mindmapping ?

Cela date de 20 ans. J’étais en Colombie, et j’assistais à une présentation sur les territoires et les réseaux d’information. J’ai dessiné une carte à la main… et depuis, je n’ai plus arrêté !

Pourquoi vouez-vous une telle passion à cette méthode de visualisation ?

Parce qu’elle est vraiment très puissante. Grâce à la carte mentale (qui possède un seul noyau) et la carte conceptuelle (qui en possède plusieurs), on peut à peu près tout organiser sous forme de carte : une leçon, une réunion, une recette de cuisine, une conception du monde… Et cela, parce que le principe organisationnel qui permet de passer du chaos à l’ordre via la carte est très proche de la manière dont fonctionne notre cerveau.

Ce serait donc un outil universel ?

C’est à la fois un outil universel et un outil complet. Une mindmap combine 5 codes pour transmettre l’information : les mots, les couleurs, les images, la typographie et les liens hypertextes. Chaque mot / idée est une brique de base, à articuler avec les autres.

Mais pourtant, tout le monde ne l’utilise pas. Ce n’est pas si simple à appréhender !

Détrompez-vous ! J’ai fait des cartes avec des enfants de 5 ans, avant qu’ils sachent lire. Ils apprennent très vite à créer une carte en remplaçant les mots par des images. Et c’est justement le fait qu’on réduise fortement la part de l’écrit dans une carte qui rend cette méthode si attrayante. Des personnes dyslexiques, timides… s’en sortent très bien.

Vous recommandez l’usage des cartes mentales à l’école ?

Non seulement je recommande cette pratique, mais je forme les enseignants et des inspecteurs à cet effet ! Depuis 6 ans, j’anime des sessions de formation à l’utilisation des cartes mentales au CRDP du Nord Pas-de-Calais. Les enseignants de tous niveaux (de la maternelle à la fin du collège) ont produit de très nombreuses cartes et scénarios d’usages. Le tout a été rassemblé dans un CD-Rom qui est en vente sur le site du Scéren.

Que trouve t-on dans ce CD-Rom ?

De nombreuses choses : des cartes bien sûr, mais aussi des fiches méthodologiques, des vidéos, des fiches outils, et même deux logiciels libres et gratuits de mindmapping : Freeplane et CmapTools. C’est le travail de terrain de 17 professeurs d’école et de collège dans toutes les disciplines, de la sixième à la troisième (première à quatrième secondaire).

L’idée générale ayant présidé à la réalisation de ce CD-Rom est de montrer la grande diversité d’usages possibles de la carte mentale avec des élèves, quel que soit leur âge, quelle que soit la discipline considérée et quelle que soit l’activité à réaliser.

Quelques exemples d’utilisations des cartes ?

On peut par exemple faire une carte pour apprendre à se présenter dans une langue étrangère; pour préparer un exposé, le structurer (ci-dessous, exemple 1); pour synthétiser les informations d’un texte (ci-dessous, exemple 2); pour évaluer des connaissances… L’usage de la carte permet de contourner les difficultés liées à l’usage de la langue, écrite ou orale. L’élève timide ou qui a du mal avec l’orthographe pourra exprimer ses idées et réaliser la tâche demandée aussi bien que tous les autres. 

Les enseignants ont-ils aussi utilisé les cartes mentales pour eux-mêmes ?

Oui, nous avons par exemple un compte-rendu de conseil de classe sous forme de carte. Un enseignant d’histoire et géographie a pris l’habitude de présenter son plan de cours avec une carte. Les usages sont innombrables. Pour s’en convaincre, on peut par exemple se rendre sur le site de CmapTools et ouvrir la carte consacrée à l’usage de ce logiciel à l’école

Vous-même traduisez tout ou presque sous forme de cartes… Les interventions des orateurs d’un colloque par exemple. 

Bien sûr ! La carte permet à la fois d’avoir une vision globale d’un événement (discours, faits, projet…) et, par le jeu des pliages de branches (avec le petit signe + que l’on voir à la fin des branches), de choisir à tout moment le niveau de détail et d’extension voulu. L’idéal est d’avoir un “coeur de carte” de la taille de la page ou du tableau, et de pouvoir ensuite déplier les branches principales en se focalisant sur l’une ou l’autre.

Carte réalisée lors de l'intervention de C. Vaufrey "Du Book au Mooc" : 

Les logiciels de mindmapping sont désormais nombreux. Lesquels préférez-vous ?

Pour les enseignants et les éléves, Freeplane (l’amélioration de Freemind) est le seul entièrement gratuit. Ses fonctionnalités sont largement suffisantes à une utilisation en classe ou pour réaliser un devoir. Sa courbe d’apprentissage est très rapide. Il fonctionne sous Windows, Mac et Linux et même sur clé USB permettant ainsi de travailler par exemple sur l’ ordinateur du CDI  quand  l’éléve n’a pas d’ordinateur.  Pour son esthétique iMindmap est intéressant mais  payant. Sur Ipad, iThoughts HD (8€) est sans conteste mon préféré, car il permet de capturer directement textes et images sur Internet ou de créer des branches à la voix.

Je précise aussi qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’un ordinateur pour pratiquer le mindmapping. Une feuille de papier et de crayons de couleur font parfaitement l’affaire. On peut aussi utiliser des post-its pour faire bouger les termes essentiels. j’ai modélisé cette approche sous l’acronyme MAP : Mettre - Arranger - Présenter.

Que diriez-vous à ceux qui ne sont pas encore convaincus de l’intérêt de cette technique ?

Qu’ils n’ont qu’à essayer de créer leur première carte… à la main, simplement. Il y a de fortes chances pour qu’ils découvrent rapidement de multiples raisons de recommencer !

RÉFÉRENCES :

D'Heygere-Lesure Hélène, Delengaigne Xavier, Gruez Lucas, Mongin Pierre : Cartes mentales et conceptuelles à l'école et au collège. CD-ROM. Scéren CRDP Nord - Pas de Calais, 14,90€. http://www.sceren.com/cyber-librairie-cndp.aspx?l=cartes-mentales-et-conceptuelles-a-l-ecole-et-au-college&prod=864838

Le site de Pierre Mongin : http://mindmanagement.org/

Sur YouTube. Mongin Pierre, Delengaigne Xavier : Le mindmapping. http://www.youtube.com/watch?v=zmZXNt004cI 

Photo d'en-tête : Pierre Mongin, avec son aimable autorisation. Cartes 1 et 2 : extraites du CD-ROM "Cartes mentales et conceptuelles à l'école et au collège". Carte 3 : carte réalisée par Pierre Mongin, avec son aimable autorisation. 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire