Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Filmer la radio, est-ce la dénaturer ?

Créé le dimanche 26 octobre 2014  |  Mise à jour le mercredi 26 novembre 2014

Filmer la radio, est-ce la dénaturer ?

Une fois n'est pas coutume, nous allons commencer notre article avec une bonne dose de kitsch directement importé des années 80 :

 

Alors, la vidéo a t-elle tué les stars de la radio ? Pas du tout. La radio se porte parfaitement bien, au prix toutefois d'importantes transformations. Au grand dam des nostalgiques mais peut-être pour le mieux aux yeux des experts.

La radio, un média visuel ?

Dans les dernières années, les grandes stations françaises ont toutes pris le virage de la vidéo. Les émissions sont filmées et peuvent être regardées en direct ou sur demande. Désormais, on peut dire sans commettre d'erreur : « Je regarde la radio. » Au départ, ces initiatives servaient surtout à transmettre des interviews de personnalités qui pouvaient être reprises en boucle dans les médias.

Désormais, offrir un tel service de radio semble une nécessité pour toucher le jeune public. La dernière étude de Médiametrie dévoilée cet automne indique que chez les 13-24 ans, près de 60 % de la consommation radio s'effectue en mobilité. Ils sont plus du quart à utiliser un appareil numérique pour écouter la radio. Et leur durée de connexion à la radio est inférieure à celle des autres tranches d'âge. Ces jeunes consommateurs ont donc de nouvelles habitudes et carburent aux clips viraux qui peuvent se partager sur les réseaux sociaux. Filmer la radio devient ainsi le moyen de produire à moindres frais des vidéos qui peuvent être diffusées sur les sites de partage vidéo (YouTube, Dailymotion) et, finalement, de développer un auditoire synchrone.

Mais quand on sait ce qui pourrait arriver dans quelques années, la radio filmée n'apparaît que comme le timide début d'un véritable bouleversement. La radio a toujours été le média du direct, tant du côté de l'animateur que des auditeurs qui peuvent réagir sur-le-champ aux événements : lorsqu'un événement survient, il est facile pour les animateurs de commenter à chaud, de lancer une ligne ouverte, de suivre télé et Internet tout en parlant dans le micro. Mais la radio va bientôt bénéficier de dispositifs encore plus interactifs. Certaines stations réfléchissent sérieusement à l'élargissement de leur offre transmédia. Par exemple, un présentateur pourrait durant une discussion glisser une image dans un module en ligne (comprenant la capture vidéo), un tweet, etc. Le plus traditionnel de nos médias serait-il en définitive le plus moderne ?

De la mauvaise télé?

Toutefois, cette « nouvelle radio » ne fait pas l'affaire de tous. Le comédien François Rollin a récemment suscité la polémique lors de sa chronique hebdomadaire en mettant en question la place de la vidéo dans la radio. Il a dénoncé cette évolution, ne comprenant pas pourquoi il serait intéressant de regarder des personnes blafardes et dépeignées discuter devant un micro. Rollin a même parlé de « sous-télévision ». En tout cas, la rubrique a créé le débat dans la société française.

Car bien des observateurs ont dénoncé la diatribe du comédien. Beaucoup, en outre, dénonçant l'hypocrisie d'une chronique qui a eu un succès monstre… grâce au fait qu'elle était filmée et partagée sur les réseaux sociaux. Mais surtout, beaucoup d'experts ne comprennent pas cette protestation contre une évolution qui ne fait de tort à personne. Car rien n'oblige à regarder l'image, et bien des stations proposent encore des versions exclusivement audio des émissions diffusées.

Cette radio 2.0 ne s'adresse d'ailleurs pas à la génération de monsieur Rollin, mais comme nous le disions plus tôt, à la jeune génération qui peut à la fois vouloir écouter et regarder et qui cherche de plus en plus d'offres radiophoniques sur des appareils numériques. Des nouvelles cibles qui souhaitent plus d'interactivité et d'interaction avec les médias. Des faits bons à savoir non seulement pour des diffuseurs, mais également pour le milieu de l'éducation qui offre de plus en plus de baladodiffusions. Celles-ci ont intérêt à combiner les avantages de la radio (seul média que l'on peut consommer en faisant autre chose) et de la vidéo, dont on connaît le pouvoir de fascination.

Malgré les critiques que suscitent cette nouvelle radio, celle-ci reste le média le moins « menacé » et le plus en mesure de survivre aux récentes technologies. Nul ne sait quelle sera sa forme dans 50 ans mais pour la majorité des spécialistes, filmer les émissions semble une voie d'avenir. N'en déplaise aux nostalgiques de ce monde, la radio n'est plus seulement un média de la voix.

Illustration : Prometheus72, shutterstock

Références :

Dassonville, Aude. "Radio filmée : François Rollin met les pieds dans le plat sur France Inter." Télérama.fr. Dernière mise à jour : 14 octobre 2014. http://www.telerama.fr/radio/radio-filmee-francois-rollin-met-les-pieds-dans-le-plat-sur-france-inter,118029.php.

Dassonville, Aude. "Radio filmée : et vous, qu'est-ce que vous en pensez ?" Télérama.fr. Dernière mise à jour : 16 octobre 2014. http://www.telerama.fr/radio/radio-filmee-et-vous-qu-est-ce-que-vous-en-pensez,118121.php.

Dassonville, Aude. "Vu à la radio : parlez, vous êtes filmés." Télérama.fr. Dernière mise à jour : 19 novembre 2013. http://www.telerama.fr/radio/vu-a-la-radio-parlez-vous-etes-filmes,104951.php.

Fernandez, Marc. "Avec la radio, les oreilles ont des yeux." InaGlobal. Dernière mise à jour : 22 octobre 2014. http://www.inaglobal.fr/radio/article/avec-la-radio-les-oreilles-ont-des-yeux-7908.

Payet, Christophe. "Non, la radio ce n'est pas l'absence d'image." Le bruit et l'image - TransmediaScope. Dernière mise à jour : 20 octobre 2014. http://lebruitetlimage.fr/video-save-the-radio-star-non-la-radio-ce-nest-pas-labsence-dimage/.

Radio 2.0. "L'univers numérique des moins de 25 ans - Etude Médiamétrie." SlideShare. Dernière mise à jour : 15 octobre 2014. http://fr.slideshare.net/NicolasMoulard/lunivers-numrque-des-moins-de-25-ans-etude-mediametrie-radio-20-paris-2014?ref=http://www.rr20.fr/.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire