Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Quand la pédagogie se numérise

Créé le samedi 21 novembre 2015  |  Mise à jour le jeudi 14 janvier 2016

Quand la pédagogie se numérise

Avec plus de 86% de français connectés à Internet et 60% de possesseurs de smartphones, la société est largement numérisée (voir rapport CREDOC). Toutes les activités humaines voient l’arrivée de dispositifs électroniques, d’écrans, de logiciels.

Les publics déjà largement équipés de téléphones portables intelligents et d’ordinateurs découvrent eux-mêmes des possibilités inusitées. De nouveaux usages se développent en conséquence parfois plus rapidement en dehors des situations de travail qu’en leur sein.

Ces usages appellent à moins de passivité dans l’acte d’apprendre. Les organismes sont touchés par ces transformations. Les activités de formation sont spécifiquement concernées par :

Une possibilité de faire croitre l’autonomie des apprenants grâce à :

  • Un accès direct à des bases de données,
  • Le développement d’un rapport au savoir autonome sans passer par un médiateur.

Une transformation des façons de penser par :

  • La possibilité d’utiliser des moteurs de recherche sémantique choisir  ses mots plutôt que de rentrer par des index et arborescences préétablies afin de trouver une information,
  • La transformation des conditions de lectures de textes par petits morceaux plutôt que par des livres d’un seul tenant d’un seul auteur,
  • La transformation de l’attention, la sensation de glisser d’interruption en interruption (et parfois de se sentir noyer).

Un potentiel de stimulation et de création par :

  • L’accès à des images, des films, des  ressources multimédia, et la stimulation de son imagination par ses ressources  et ces nouvelles manières de présenter l’information,
  • La possibilité d’utiliser des ressources numériques et multimédias, de les enrichir   et de les faire circuler,
  • La possibilité de créer et pas seulement recevoir des connaissances.

Une façon renouvelée d’être en lien avec les autres par :

  • La fluidité des contacts et des échanges avec des groupes, des communautés et des réseaux,
  • L’interactivité démultipliée avec d’autres utilisateurs qui autorisent de nouvelles façon d’interagir,
  • La possibilité d’interagir à distance, tout en gardant un contact visuel,
  • La possibilité de contacter des personnes éloignées ou difficilement joignables (chercheurs, experts, usagers, professionnels etc.).

Un pouvoir de traiter des masses de données qui se retrouve notamment dans :

  • La possibilité de démultiplier des programmes à coûts marginal
  • Le soutien à des apprentissages à la fois de masse et individualisés
  • Le pouvoir d’administrer des évaluations, de suivre des progressions, d’ordonnancer des parcours
  • La possibilité de dématérialiser des données et de les faire circuler à moindre coût
  • La possibilité de dégager des statistiques de suivi.

Une possibilité de s’affranchir des contraintes de la distance par :

  • L’accès à des zones excentrées,
  • La possibilité de diffusion de message de façon synchrone ou asynchrone,
  • La possibilité de gagner des temps de déplacement.

 

Le besoin d'un renouveau pédagogique

Parce que le numérique agrandit le pouvoir d’action des apprenants, transforme les façons de penser, stimule le cerveau et autorise plus de créativité, renouvelle les liens avec les autres, augmente le pouvoir de rationalisation dans la gestion de l’information, et enfin permet de réévaluer l’usage  des temps et des distances, il est indispensable que les dirigeants d'organismes de formation perçoivent les différentes modalités pédagogiques.

Ce renouvellement des modalités pédagogiques doit tenir compte de ces phénomènes. Il est aussi important que le potentiel numérique se réalise au sein des institutions éducatives, en effet, sans maîtrise de ces phénomènes, nous pourrions courir le risque d’une illusion numérique non pilotée et dévastatrice pour la créativité (risque de copier-coller), l’attention (risque de dispersion), la qualité des informations (pas de vérification des sources), le lien social (microgroupe atomisé), etc.

En somme il est non seulement  possible de renouveller les pratiques et usages pédagogiques mais il s'agit de le faire pour éviter d'être débordés par des usages médiocres.


Illustration : Rawpixel.com - ShutterStock

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire