Par Sandrine Benard  | phenix974@me.com

Les séjours linguistiques ou les bienfaits de l'immersion

Créé le dimanche 14 février 2016  |  Mise à jour le mercredi 24 février 2016

Les séjours linguistiques ou les bienfaits de l'immersion

On dit souvent que le contexte peut faire la différence et c’est d’autant plus vrai dans le cas de l’apprentissage d’une langue. Certes, de nos jours, grâce aux nouveaux médias et aux technologies de pointe, il est facile d’apprendre le russe, le mandarin ou encore l’anglais sans avoir à se déplacer dans lesdits pays.

Ceci dit, cette touche de modernité ne peut toutefois pas combler certaines éléments propres au présentiel lui-même, c’est ce que nous découvrons par le biais des séjours linguistiques ! 

Des formules adaptées à chacun

Un séjour linguistique, ce n’est pas forcément le rêve de tout enfant… car comme celui-ci s’en doute, cela implique des cours, et donc un «retour à l’école», lui qui rêvait de vacances ! Tout séjour linguistique n'est pas forcément studieux à 100%. Certes, l’intérêt d’une immersion est de favoriser le contexte linguistique de l’apprenant au maximum, mais nul besoin d’être à temps complet assis sur des bancs de classe.

En effet, cette immersion peut très bien se faire, outre par le biais des cours naturellement, dans la découverte touristique, culturelle et sportive du lieu choisi. D’ailleurs, de plus en plus d’organisateurs de tels séjours proposent une pléiade de programmes, adaptés à toutes et à tous, selon les intérêts et goûts de chacun. Par exemple, chez CLC, le Club Langues et Civilisations, on a plus d’une centaine de programmes différents, que ce soit du très studieux (logé chez le professeur directement, donc cours obligatoires quasiment pendant toute la durée du séjour) au bien équilibré (1/3 cours, 1/3 activités sportives, 1/3 visites), en passant par le purement touristique (découverte de Londres) ou encore, le plus prisé de tous, celui qui allie les matinées aux cours (le matin) et les après-midis aux visites.

Un système structuré

Non, un séjour linguistique, ce n’est pas « l’école en vacances à l’étranger ». Ce système est bien plus complexe et s’organise, idéalement, autour de quatre axes, comme le souligne le groupe CLC :

  • Un accueil et une immersion (en famille ou en résidence)
  • Des cours de langue
  • Des activités culturelles
  • Des activités ludiques ou sportives
     

En effet, l’objectif n’est pas de faire un lavage de cerveau linguistique à l’apprenant, mais plutôt de lui apprendre à s’ouvrir à une autre culture et à une autre langue, cela passe donc également par un développement personnel intuitif.

Bien évidemment, si cela est fait d’une manière agréable, l’apprentissage n’en sera que plus efficace. Après tout, n’apprend-on pas mieux en s’amusant ?!

Les acteurs en contexte : les accompagnateurs, la famille (ou la résidence) et les professeurs

La plupart du temps, les participants à de tels séjours ont entre 11 et 17 ans, et ne possèdent donc pas la maturité qu’on attendrait chez un apprenant adulte.

En outre, le déracinement familial, national et culturel peut être vraiment une épreuve chez certains apprenants, c’est pourquoi les séjours se font de manière plutôt structurée et organisée afin de rassurer non seulement les enfants, mais également les parents.

En ce sens, le rôle de l’accompagnateur, animateur ou responsable de groupe demeure prépondérant. Ayant moi-même eu la chance d’être à deux reprises accompagnatrice de séjours linguistiques en Angleterre, j’ai pu remarquer l’importance de ce rôle car il apporte un lien émotionnel important aux participants, celui qui fait foi entre leur famille d’origine et leur famille d’accueil.

D'autres manières de vivre

À ce sujet, là aussi, tout doit être réappris : les règles de vie de la famille, la vie sociale… l’immersion complète passe aussi par ce déracinement : celui de vivre dans une autre famille, dans un autre contexte et surtout… dans une autre langue !

Le logement en résidence demeure moins efficace du fait de la proximité des apprenants, et donc du manque de pratique immersive de la langue apprise. L’avantage réel des résidences repose sur la situation géographique : elles sont généralement situées à même les campus et permettent aux apprenants d’évoluer dans un contexte scolaire de proximité. Toutefois, cette option dénature la qualité de vie traditionnelle du pays et qui fera donc défaut à l’apprenant, ne lui offrant qu’une vision globale du système scolaire (résidence, cafétéria, bibliothèque) sans avoir l’opportunité de vivre une réelle expérience familiale authentique.

Le troisième acteur, et non le moindre, est le professeur. Cest par lui que se fera tout l’apprentissage de la langue en présence. Plus structuré que dans un cadre familial, le rôle du professeur est bien d’enseigner, mais aussi d’aider à la correction des erreurs en les explicitant dans leur contexte grammatical, orthographique, phonétique, syntaxique ou lexical.

Ce professionnel devra faire preuve de pédagogie afin de gérer au mieux les différents niveaux des étudiants. Cependant, il n’est pas seul et s’inscrit dans une équipe pédagogique composée de responsables, coordinateurs et directeurs, aptes, chacun dans leur spécialité, à aider et conseiller les apprenants.

Une autre option existe : celle du séjour linguistique directement chez le professeur. Ici, pas le choix : on habite dans la maison du professeur, avec sa famille, on fait des sorties avec lui, on apprend avec lui… toute la journée ! Tout est prétexte à apprendre, impossible de passer outre. Soit, c’est un système radical, mais généralement terriblement efficace !

Le contexte socio-culturel

Outre les cours, le meilleur moyen de découvrir un pays et sa langue est de se fondre dans le paysage en parcourant sa richesse socio-culturelle. Là encore, les séjours linguistiques bien organisés proposent des activités tant ludiques que sportives, mais aussi culturelles.

Quel meilleur moyen que de comprendre l’Angleterre que de s’initier au cricket, un des sports favoris des Britanniques ou encore de flâner dans les grands musées comme le British Museum ou la Tour de Londres, afin de bien comprendre les enjeux politiques qui tourmentent l’Angleterre depuis des siècles, avant de finir par prendre la pose devant le fameux Big Ben ou le Tower Bridge. Ces clichés demeurent les favoris des apprenants et contribuent à leur immersion contextuelle.

Et finalement ?

Le contexte joue bien un rôle déterminant dans l’apprentissage d’une langue. Jamais on n’obtiendra les mêmes résultats en restant assis dans une salle de classe qu’en plongeant directement dans le cadre concerné.

Les camps d’été demeurent les plus populaires et, généralement, les étudiants en ressortent grandis et ravis et ce en dépit des difficultés du « déracinement ». Plusieurs souhaitent même prolonger ce moment en réitérant l’expérience plusieurs années de suite. Les voyages forment la jeunesse !

Illustrations : Rido et F. Jimenez Meca, Shutterstock


Références

Répertoire Thot des séjours linguistiques
http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/formation/22025

Séjour linguistique, comment choisir (article de l’Onisep, octobre 2014)

Partir en séjour linguistique, trucs et astuces (article du CIDJ)

 


Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire