Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Le grand défi de la transmission des savoirs économiques

Créé le dimanche 28 février 2016  |  Mise à jour le mardi 8 mars 2016

Le grand défi de la transmission des savoirs économiques

Qu'on le veuille ou non, notre monde est réglé sur l'économie. Les politiciens et commentateurs de l'actualité en font leur obsession. Ne sommes nous-mêmes pas obsédés par le sujet ? Nous désirons tous avoir un travail qui nous permette de nous loger, nourrir, etc. Nous essayons de mettre de côté un petit pécule pour avoir une retraite acceptable, dorée si possible. Toutefois, il faut le dire, nous sommes souvent dépassés par les notions d'offre et de demande, de crédit, de dette, du marché de la bourse et autres sujets qui font les unes des médias d'information.

Une lacune qui est souvent pointée du doigt par les chefs d'entreprise influents. Par exemple, au Québec, le fondateur de la chaîne d'alimentation Couche-Tard Alain Bouchard a décidé de militer afin que reprennent les cours d'économie au secondaire. En effet, à la fin des années 90, les bases de l'offre et la demande, les bons côtés et pièges du crédit et les fameux taux d'intérêt étaient enseignés. Toutefois, autour des années 2000, ces cours disparaissaient pour faire de la place à d'autres matières de base.

De l'autre côté de l'Atlantique, l'enseignement de l'économie se faisait auprès des lycéens, mais beaucoup de chefs d'entreprise qualifiaient cette éducation de médiocre. À leur avis, elle représentait une version altermondialiste plutôt que capitaliste de l'économie. Ainsi, les jeunes Français en apprenaient peut-être plus sur les Chinois obligés de fabriquer les produits Apple que sur l'émergence et le rayonnement économique de la marque.

Quelle version de l'économie enseigner?

Et c'est peut-être ça le problème de l'enseignement économique et qui explique que le gouvernement québécois soit mal à l'aise de remettre un cours d'économie à l'enseignement secondaire. Comme demandera le journaliste économique et animateur québécois Gérald Filion : quel cours d'économie donner? Y a-t-il moyen d'en proposer un qui ne soit pas teinté d'une idéologie de droite ou de gauche?

Le nœud du problème réside là. Alain Bouchard affirme qu'il faut enseigner l'économie afin que les gens qui manifestent contre les coupures imposées par le gouvernement québécois comprennent leurs revendications. Est-ce donc une façon de dire que les cours d'économie pourraient faire l'apologie des mesures d'austérité dans les finances publiques? À l'inverse, des groupes comme l'Institut économique de Montréal s'inquiètent de l'idée qu'on pourrait l'enseigner dans les écoles, car après tout, les professeurs sont des créatures bureaucratiques, syndiquées… Bref, des agents de la gauche qui offriraient une version biaisée de l'économie.

Le débat a aussi lieu dans l'Hexagone où le Medef (Mouvement des entreprises de France) cherche à libéraliser l'enseignement économique, alors que les enseignants de sciences économiques et sociale souhaiteraient pouvoir inculquer toutes les philosophies économiques afin que les étudiants aient un portrait plus juste des débats en économie. Selon eux, le professeur n'a pas à commenter s'il trouve qu'une doctrine ou une politique économique a du sens pour eux. D'autant plus que comme la population en général, le corps enseignant vote pour différents partis et n'est pas un bloc monolithique. Le but est d'expliquer et de faire comprendre aux élèves les notions en jeu en économie.

Apprendre l'économie en dehors de la classe

La question se pose toutefois : est-ce seulement par les cours à l'école que les élèves verront les différents pans de l'économie? Et si, l'établissement scolaire et le milieu des affaires créaient des partenariats? Après tout, la réflexion se fait en France et a même débouché sur un rapport contenant de nombreuses recommandations. Cela serait une façon d'aider l'insertion professionnelle des jeunes et de mettre ceux-ci en contact avec toutes sortes d'entreprises (grandes, petites, indépendants, progressistes, traditionnelles, etc.). Ils pourraient alors se faire une idée sur la façon dont fonctionne l'économie et quel rôle ils veulent jouer dans ce grand système.

Et puis, les finances, ça peut s'apprendre bien des années après avoir quitté les bancs d'école. Par exemple, l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) offre prochainement un MOOC sur la littératie financière et fiscale. Une façon pour les Québécois égarés dans les différents termes de finances personnelles de s'y retrouver.

Illustration : alekseiveprev, shutterstock

Références :

Fillion, Gérald. "Quel Cours D’économie?" Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 5 mai 2015. http://blogues.radio-canada.ca/geraldfillion/2015/05/05/quel-cours-deconomie/.

Garcia, Claude. "Le Medef Veut Transformer L’enseignement De L’économie Au Lycée." Profs Mis En Examen. Dernière mise à jour : 18 septembre 2015. http://enseigner.blog.lemonde.fr/2015/09/18/le-medef-veut-transformer-lenseignement-de-leconomie-au-lycee/.

Giret, Vincent. "Les Lycéens Français Se Réconcilient Peu à Peu Avec L'économie." France Info. Dernière mise à jour : 19 juin 2015. http://www.franceinfo.fr/emission/le-decryptage-eco/2014-2015/le-decryptage-eco-du-19-06-2015-19-06-2015-08-10.

Kelly-Gagnon, Michel. "Enseigner L’économie Aux Jeunes : Oui, Mais..." IEDM. Dernière mise à jour : 7 mai 2015. http://www.iedm.org/fr/53333-enseigner-l-economie-aux-jeunes-oui-mais.

"Le Fondateur De Couche-Tard Réclame Des Cours D'économie." TVA Nouvelles. Dernière mise à jour : 4 mai 2015. http://www.tvanouvelles.ca/2015/05/04/le-fondateur-de-couche-tard-reclame-des-cours-deconomie.

"Évaluation Du Partenariat De L'Éducation Nationale Et De L'Enseignement Supérieur Avec Le Monde économique Pour L'insertion Professionnelle Des Jeunes." Ministère De L'Éducation Nationale, De L'Enseignement Supérieur Et De La Recherche. Dernière mise à jour : Octobre 2015. http://www.education.gouv.fr/cid94824/evaluation-du-partenariat-de-l-education-nationale-et-de-l-enseignement-superieur-avec-le-monde-economique-pour-l-insertion-professionnelle-des-jeunes.html.

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • jay
  • 14 mars 2016 à 23 h 11

dg

Quoi dire de plus, 100 % d'accord. Tous ce que nous consommons dans notre vie a passé la barrière de la rentabilité. Je peux vous le garantir, étant un webmaster pour plusieurs entreprises, les gros joueurs écrasent les petits. Dernièrement j'ai créé www.zentai-suit.com , et après peu de temps j'ai eu des messages des gros joueurs.

Répondre