Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

Repérer les MOOC pour apprendre

Créé le lundi 29 février 2016  |  Mise à jour le lundi 7 mars 2016

Repérer les MOOC pour apprendre

Aucun doute, les MOOC sont là pour rester : entre 2012 et 2015, 35 millions de personnes dans le monde se sont inscrites à un MOOC au moins, et le chiffre a doublé entre 2014 et 2015. Il semble difficile désormais à ceux qui ont allumé la mèche des cours massifs ouverts à tous de l’éteindre, même si l’entretien de la flamme coûte cher : les hébergeurs et concepteurs de MOOC cherchent encore leur modèle économique. Le plus célèbre d’entre eux, Coursera, semble désormais passé du côté lucratif de la force, en faisant payer ce qui était autrefois gratuit (la notation des devoirs) et en proposant du tutorat, payant lui aussi.  

De manière finalement assez prévisible, les MOOC dans leur majorité se réduisent à de petites Web TV qui distribuent des contenus de qualité sans doute, mais ne prennent guère en considération la manière dont vous allez les exploiter. La plupart des MOOC répondent au cahier des charges du distributeur : attirer le plus grand nombre de participants ; avoir une visibilité maximale. 

L’apprentissage plutôt que la distribution 

Si je suis formateur et que j’envisage de créer un MOOC (ou un COOC, ou un SPOC) si mon objectif est vraiment de vous voir apprendre, alors je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que cela se produise. Ma préoccupation sera là moins de vous distribuer du contenu, aussi bon soit-il, que de vous voir vous en emparer, et d’examiner ce que vous en avez fait.

Bien entendu, c’est ici que je mobiliserai la pédagogie. Car la pédagogie s’intéresse à l’apprenant bien plus qu’au formateur. A la réception bien plus qu’à la distribution. A l’exploitation bien plus qu’à la mémorisation.

On trouve de la pédagogie dans certains MOOC. Malheureusement, la méthode d’apprentissage proposée ne fait pas partie des informations fournies dans les descriptifs de cours ! Il faut donc s’inscrire à un MOOC pour savoir s’il s’agit d’un vrai cours ou plutôt d’une Web TV agrémentée de quiz.

Comment reconnaître un MOOC pour apprendre (vraiment) ? 

Une fois que vous avez commencé le cours, repérez les éléments suivants :

  • Les activités d’apprentissage: que vous demande t-on de faire, dans ce cours ? Seulement de regarder des vidéos et de répondre à des quiz ? Ou alors, devez-vous faire des recherches, donner votre avis, réaliser des exercices, créer quelque chose ?

  • Le temps que cela va vous demander : les concepteurs ont-ils préparé des activités suffisamment courtes ? Est-ce compatible avec votre vie quotidienne ? Combien de temps en moyenne devez-vous consacrer aux activités, par rapport au temps passé devant les vidéos ?

  • L’espace en ligne où réaliser ces activités : cet espace est-il accessible à tous ? Voyez-vous ce que font les autres participants ? Pouvez-vous facilement déposer des fichiers texte, image, vidéo ?

  • Les retours des animateurs sur ces activités : vos activités sont-elles commentées ? Etes-vous félicité, encouragé ? Vous demande t-on parfois de développer vos propos, d’aller plus loin ?

  • Les quiz: devez-vous réfléchir pour trouver les réponses justes aux quiz, ou seulement avoir mémorisé des mots, des chiffres ? En cas de mauvaise réponse, recevez-vous des explications ?

  • Les autres activités d’évaluation : y a t-il une évaluation plus complexe - un texte à écrire, un objet à produire ? La grille de correction est-elle accessible ? Vous-même, devez-vous corriger les productions d’autres participants ? Les consignes sont-elles assez claires pour que vous fassiez une évaluation juste ?

  • Les ressources d’aide et d’approfondissement : savez-vous à qui vous adresser quand vous êtes perdu dans un sujet ou que vous souhaitez l’approfondir ? Y a t-il des tutoriels, des espaces d’entraide ? Y a t-il des ressources complémentaires ?

  • Les moments de plaisir et de fierté : comment essaie t-on de vous motiver à aller jusqu’au bout ? Si vous réussissez les activités, les évaluations… que gagnez-vous ? Comment pouvez-vous faire connaissance avec les autres participants et avec les formateurs / animateurs ? Est-il possible à des personnes qui ne suivent pas le MOOC d’admirer et d’utiliser ce qu’ont réalisé les participants ?
     

Bien entendu, les concepteurs de MOOC sont les premiers à devoir se poser ces questions ! Du moins ceux qui ambitionnent de bâtir non pas des machines à distribuer des contenus et à produire des données, mais bien des cours, avec de véritables ambitions d’apprentissage pour le plus grand nombre…

Des exemples ?

Dans le monde francophone, certains MOOC sont de véritables stars. Cette réputation ne s’obtient pas du premier coup mais dans la durée : à la troisième, cinquième distribution, ou au xième numéro d’une série réalisée par la même équipe. Le MOOC Gestion de projet de Rémi Bachelet, le MOOC Du Manager au Leader agile de Cécile Dejoux, les MOOC Culture d’Orange et des grand établissements culturels : autant de MOOC qui bénéficient de l’expérience d’une équipe pluridisciplinaire, qui respectent les apprenants et donc, leur proposent des parcours à la hauteur de leurs capacités, nourris des très nombreux échanges survenus pendant le cours.

Ces équipes ont placé la barre assez haut, ce qui peut intimider les nouveaux entrants. Heureusement, il existe plusieurs MOOC… pour créer des MOOC. L’un des plus récents nous vient d’Allemagne. Il traite de la qualité en eLearning. Tout en anglais malheureusement, il reste néanmoins accessible à ceux qui disposent d’une maîtrise minimale de la langue. Le MOOC eLearn2 de Marcel Lebrun et Christophe Batier est une bonne alternative à ceux qui préfèrent s’exprimer en français.

Verra t-on se multiplier les MOOC pour apprendre ? Ce n’est pas sûr. Mais du moins est-il nécessaire de savoir les distinguer des autres. En tant que mooqueurs, n’hésitez pas à vous manifester auprès des concepteurs si vous estimez avoir été trompés sur la marchandise !

 Illustration : Jeremyah  - ShutterStock

Références :

MOOC Gestion de projet (Rémi Bachelet, Centrale Lille) : http://mooc.gestiondeprojet.pm/

MOOC Du Manager au Leader agile (Cécile dejoux, CNAM) : https://www.fun-mooc.fr/courses/CNAM/01002S03/session03/about

MOOC Picasso (Orange, Réunion des Musées nationaux, Musée Picasso) : https://solerni.org/mooc/38/picasso/sessions

MOOC Louis XIV à Versailles (Orange, Château de Versailles) : https://solerni.org/mooc/35/louis-xiv-a-versailles/sessions

MOOC eLearn2 (Marcel Lebrun, Christophe Batier, Université Lyon 1) : http://mooc.univ-lyon1.fr/workspaces/4281/open/tool/home

Quality in Digital Learning MOOC (organisations multiples) : https://quality4digitallearning.org/

INRIA, Newsletter « Usages innovants en e-éducation » : https://utop.inria.fr/newsletter-usages-innovants-en-e-education/

Christine Vaufrey : Ici et ailleurs : le panorama des innovations pédagogiques (UHFP 2016, Centre Inffo) : https://www.youtube.com/watch?v=I7DjLVriaEE  

Poster un commentaire

Commentaires

3 commentaires

Icône - Visage inconnu
  • Morgan
  • 6 mars 2016 à 14 h 02

Learning Center VS MOOC

Intéressant comme point de vue, néanmoins est-il forcément nécessaire qu'un MOOC suive les points évoqués? L'important n'est il pas de transmettre un savoir, une connaissance, ou la notion d'examen/diplôme est nécessaire...? Nous avons pris le parti de créer un Learning Center ( http://learn.upstone.co ) pour notre start-up, totalement libre et gratuit. Pour nous, expliquer et apporter de la transparence à notre secteur est une nécessité.

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • julie
  • 7 mars 2016 à 18 h 06

http://claco.univ-lyon1.fr

Merci pour cette article qui permet de synthétisé l'expérience des MOOCs. Ce lui-ci est très intéressant http://claco.univ-lyon1.fr/resource/open/text/21649 Le système scolaire devrait s'intéresser à cette forme d'enseignement.

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • JN saintrapt
  • 10 mars 2016 à 04 h 04

MASSIVE, vraiment ?

Je suis quelques MOOCs avec une analyse, parfois critique, sur mon suivi. c'est bien quand ma propre exigence rejoint celle des concepteurs que je reste sur un Mooc, mais comme vous le dites, on ne le voit qu'après inscription. D'où parfois des taux importants d'inscrits et peu d'élus à la fin. Le MASSIVE reste à questionner du point de vue utilisateur c'est sûr. http://www.saintrapt.com pour mes points de vue

Répondre