Par Sylvie Jean  | syljean@gmail.com

Contrôle versus évaluation

Créé le lundi 14 mars 2016  |  Mise à jour le mardi 15 mars 2016

Contrôle versus évaluation

Corriger, évaluer, contrôler, noter. Des termes qui constituent le quotidien des enseignants, mais qui ne recouvrent pas la même réalité. Par habitude de langage ou raccourci pédagogique, on les assimile pour signifier la même idée : savoir si les apprenants apprennent ou non.  

Pourtant, les intentions à la base même du contrôle et de l’évaluation ne sont pas les mêmes partout et surtout, n’impliquent pas le même regard sur l’apprenant et le rôle de l’enseignant.

Différentier pour mieux enseigner

Le contrôle est un dispositif construit par le formateur pour établir la conformité ou non entre, d’une part un résultat attendu, une norme, une procédure type et d’autre part le résultat obtenu.  Dans une vision générale de la pédagogie, on peut dire que :

«  l’idée de contrôle se réfère plutôt au modèle dominant qui présuppose que l’apprenant apprend ce que le maître enseigne et qu’il s’agit de remplacer le vide de l’ignorance du premier parle savoir du second. Il s’agit surtout de transmettre et de reproduire » (Jean-Pierre Nossent ).

L’évaluation quant à elle a pour origine le mot valeur, précédé du préfixe “ex “ qui exprime “extraire de“. Évaluer c’est ainsi chercher la valeur de quelque chose, de quelqu’un la dégager d’un ensemble de faits, d’idées. Elle est par nature individuelle et se réfère à une situation particulière.

La différence entre ces deux concepts ne réside ainsi pas uniquement au niveau de la méthode employée, mais également et surtout au niveau de l’intention pédagogique. En effet, l’évaluation ne s’arrête pas uniquement sur des faits et des chiffres, mais aussi sur le sens que lui donnent les acteurs concernés.  Une évaluation s’intéresse à ce que les apprenants ont à dire sur leur apprentissage, elle s’intéresse au quoi : qu’avons-nous appris ? Et au comment : comment avons-nous appris ?

Pour l’enseignent, elle pose la question de l’après : comment réguler un apprentissage qui ne se fait pas ? Alors qu’un simple contrôle de connaissance normatif ne donne que peu voire aucune information sur ce qui constitue un frein à l’apprentissage et de ce fait, sur les moyens à mettre en place pour les lever.

Il semble ainsi impératif de s’interroger sur les buts poursuivis lorsque l’on met en place un dispositif de contrôle ou d’évaluation. S’agit-il de transmettre un résultat chiffré, calculé par rapport à une norme établie ou souhaite-t-on donner des informations sur un processus d’apprentissage individuel ?

Références

Laurent Lescouarch, « Quelle évaluation pour quelle pédagogie ? »
http://dcalin.fr/publications/lescouarch3.html

Jean-Pierre Nossent, « Évaluation ou contrôle, repères pour l'éducation permanent »
http://www.ihoes.be/PDF/JP_Nossent-Evaluation_Controle.pdf

Martin J-P, Savary E., Formateurs d’adultes, éditions chronique sociale, Lyon, 2013
http://www.decitre.fr/livres/formateur-d-adultes-9782850089664.html

Vianin Pierre, L’aide stratégique aux élèves en difficulté scolaire, éd. de boeck, Louvain-La-Neuve, 2009
http://www.decitre.fr/livres/l-aide-strategique-aux-eleves-en-difficulte-scolaire-9782804106676.html

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire