Articles

La lecture : quelles influences sur le cerveau ?

L'alphabétisation entraine des modifications des différentes zones cérébrales.

Par Audrey De Santis , le 27 juin 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 14 septembre 2011

Lecture et cerveau sont bien plus liés qu'il n'y paraît. L'éducation, l'alphabétisation, et la lecture de façon plus générale entrainent des modifications des différentes zones cérébrales, démontrant une certaine plasticité du cerveau, de la plus tendre enfance à l'âge adulte. Il y a deux types d'influence : celle qui est due à l'apprentissage-même de la lecture et celle d'une lecture plus moderne, celle que l'on pratique sur le web.

 

L'apprentissage de la lecture modifie le cortex

Des études dirigées par une équipe internationale de chercheurs, basées sur des observations par imagerie médicale ont récemment mené à des conclusions jusque-là insoupçonnées :

  • l'apprentissage de la lecture augmente l'activité des aires visuelles du cortex, l'aire visuelle primaire et l'aire spécialisée pour la forme écrite des lettres. Autrement dit, les personnes sachant lire répondent plus facilement à des stimuli visuels,

  • l'alphabétisation augmente aussi les réponses aux stimuli sonores, au langage parlé, dans la région impliqué dans le codage des phonèmes,

  • enfin, savoir lire entraine une extension des aires du langage et une communication entre les voies d'échanges des langages parlé et écrit. Cela signifie notamment qu'une personne sachant lire va voir son aire du langage parlé activée en observant simplement une phrase écrite alors qu'un analphabète limitera la traitement du langage à la modulation auditive.

En résumé, la lecture mène à des modifications cérébrales et à une réorganisation du cortex, des phénomènes qui peuvent se produire même à l'âge adulte, ces changements n'étant pas lié à l'âge des sujets mais bien à leur niveau d'entrainement et de pratique de la lecture.

La lecture sur le web, plus difficile

Mais il semblerait qu'il existe une différence de traitement de l'information selon le support de lecture. Sur Internet, l'assimilation des informations et la lecture sont différentes d'un support papier. Moins concentrés, les internautes ont tendance à lire un texte « en diagonale », passant plus facilement d'une information à une autre. Les articles sont rapidement balayés, et cette façon de décrypter l'information solliciterait de façon accrue le cerveau, notamment les zones de décodage de l'écriture, mais aussi celles qui sont impliquées dans les raisonnements complexes. En parallèle, le niveau d'attention semblerait affecté. En effet, l'internaute moyen n'arrive pas à rester concentré sur un article de fond, le survole et finit par plus difficilement comprendre ce qu'il lit, si cela dépasse le seuil de l'actualité simple. L'effort nécessaire à la compréhension n'est plus réalisé. Le souci ici, c'est que cette dynamique de compréhension se « perd » en quelque sorte, menant le lecteur à éprouver potentiellement des difficultés de concentration lors d'une lecture sur support papier. Pourquoi ces difficultés ? Simplement parce que la fatigue visuelle de la lecture sur écran est bien plus importante que sur le papier. Mais aussi à cause de la surabondance des informations sur internet : des liens hypertextes, des images, des vidéos, etc. La lecture est perturbée, moins fluide, le cerveau « trie ».

 

Vous l'aurez compris, pour stimuler votre cerveau de façon complémentaire, associez par exemple lectures sur le net (des actualités et des articles de longueur moyenne) et lectures sur papier (articles de fond, livres). Cela semble être une bonne façon de conserver les effets positifs de l'apprentissage de la lecture et son habileté à rester concentré.

Sources : "Impact de l'apprentissage de la lecture sur le cerveau", S. Dehaene, et al., 2010.
"Lire sur Internet modifierait notre cerveau", M-C Fafard, juin 2011.

Illustration : dsevilla / Flickr CC

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur