Articles

Concevoir un diaporama pour mon cours

Une présentation qui associe les bonnes pratiques de conception d'un diaporama avec la théorie cognitive de l'apprentissage multimedia.

Par Christine Vaufrey , le 31 janvier 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 04 février 2012

Nous avons déjà largement exploré la question passionnante de la préparation d'un diaporama efficace, que ce soit en support à une présentation ou en support à un cours. Nous avons évoqué certaines des figures centrales de la théorisation de cet exercice, qu'il s'agisse de Garr Reynolds ou, à un autre niveau, de François Jourde dont tous les diaporamas préparés pour ses cours de philo contituent des exemples remarquables de ce qu'il faut faire.

 

Un diaporama pour enseigner

Si nous revenons sur le sujet de la conception d'un diaporama utilisé dans le cadre d'un cours ou d'une formation, c'est qu'une nouvelle auteure mérite largement de rejoindre le carré encore très fermé de ceux dont les apports comptent : il s'agit de Anne-Céline Grolleau, conseillère pédagogique à l'Ecole des Mines de Nantes (France). Mme Grolleau a animé un atelier lors d'une journée de formation à laquelle participaient des enseignants des Grandes écoles de la région Pays de la Loire. Le diaporama associé à cet atelier s'intitule "PowerPoint et mon cours - Concevoir un diaporama pour enseigner". Il est disponible sur Slideshare

L'intérêt majeur de cette présentation est d'inclure des séquences de réflexion et d'activité facilitant l'apprentissage des participants. En cela, c'est un bon exemple de diaporama à usage pédagogique, qui organise la participation des apprenants. 

Tout aussi pédagogique, l'énoncé de l'objectif de la séquence dès la 3e diapo : "A la fin de cet atelier, vous serez en mesure de préparer une présentation assistée par ordinateur respectant les bonnes pratiques et les principes d'ergonomie". Quels sont les éléments proposés par Mme Grolleau pour atteindre cet objectif ?

- Une réflexion sur ses propres diaporamas. Points forts, points faibles de l'usage du diaporamam enc ours en général, et des siens. 

- Une liste des erreurs les plus communes : écrire trop de texte, abuser des listes à puces, disperser l'attention du particcipant avec des diapos trop pleines et composées d'éléments hétéroclites...

- Des conseils : "Présentez une idée centrale", "Limitez le texte", "Epurez le graphisme", et des choses moins directement applicables comme "Jouez sur les contrastes" (pas trop quand même !), "Faites ressentir"... Nul doute que ces conseils ont été développés pendant l'atelier.

- De cela, découlent 5 règles d'or touchant tant au contenu qu'à la forme, que nous vous laisserons découvrir.

 

Les particularités de l'apprentissage multimédia

Jusque là, rien que de très connu pour tous ceux qui se sont plongés dans la littérature concernant les supports de présentation efficaces. L'intérêt spécifique de la présentation de Mme Grolleau est de relier ces principes ergonomiques à l'état de la connaissance sur la mémorisation et la théorie cognitive de l'apprentissage multimédia. Le schéma suivant est particulièrement intéressant :

 

Il montre en effet la complexité des opérations cognitives à réaliser lorsque l'on tente d'intégrer les différents éléments d'une page -ou d'un écran.

Il convient donc de ne pas disperser mais au contraire de conccentrer l'attention des participants, pour ne pas créer de surcharge cognitive. Surcharge cognitive dont nous avons tous l'expérience, parce que nous avons tous assisté à de mauvaises présentations, pendant lesquelles on ne sait plus quoi regarder, quoi lire, quoi écouter, sans même parler de prendre des notes, et dont on sort épuisés.

 

Le diaporama n'est pas un support d'apprentisssage...

L'exercice associé à cette partie de la présentation vise à faire traduire en éléments visuels les intentions pédagogiques. Vaste programme ! Cet exercice réclame beaucoup de créativité et fait prendre conscience du fait que finalement, la plupart des enseignants appuyant leur cours sur un diaporama creusent tous le même sillon, celui de la présentation de notions théoriques...Oubliant que "la présentation n'est pas un support d'apprentissage", mais bien un "support de présentation" !

 

Mais le formateur, lui, en est un !

Une fois la compréhension acquise grâce à des diapos claires, bien structurées, en cohérence les unes avec les autres, vient le temps de la mémorisation. Elle s'appuie sur la présence de mots-clés et la "valorisation d'une idée", cette seconde expression restant un peu mystérieuse. On ajoutera que la mémorisation passe par la répétition; on mesure alors l'importance de la participation des apprenants (reformulations...) et de l'activité physique du formateur, qui reformule lui aussi les points essentiels, les rappelle tout au long de son cours, effectue une synthèse en fin de cours, etc. 

La présentation s'achève sur quelques références incontournables et une longue liste de crédits. 

Cette présentation montre que les bonnes pratiques en matière de conception de supports de cours se répandent; elle devrait permettre à tous ceux qui n'étaient pas encore convaincus de leur bien-fondé de modifier leurs façons de faire... et à tous ceux qui doivent subir de mauvais diaporamas de proposer des alternatives crédibles et efficaces.

Power Point et mon cours - Concevoir un diaporama pour enseigner. Anne-Céline Grolleau, décembre 2010.

Voir aussi, sur Thot :

Encore un diaporama ? Oh non...

Encore un diaporama ? Génial !

Le professeur, le diaporama et la classe

Un outil d'aide à la présentation orale de vos diaporamas

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur