Articles

Tous les jours, "Ouvrir mon quotidien"

Par Michel Berhin , le 24 septembre 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’éducation par les médias est une pratique qui s’est implantée il y a déjà de nombreuses années, quand les enseignants ont compris l’intérêt de citer en illustration de leurs parcours d’apprentissage, des documents modernes, fruits d’une technologie plus avancée. La motivation de l’élève s’en trouvait renforcée et la matière à illustrer en tirait un net avantage, les documents apportés en appoint étant l’oeuvre de professionnels des médias.

Mais, dans un second temps, l’intégration des médias a également englobé une réflexion critique sur le mode de fonctionnement des médias et sur les modalités qui prévalent à leur production. Travaillant avec les jeunes, sur le langage des médias, sur l’importance de la technologie, incorporant le poids du public ciblé par la production dans l’analyse des représentations véhiculées, se mettait en place une véritable grille d’analyse des supports.

Restait un pas à franchir : ne pas seulement lire des productions médiatiques existantes, mais en produire soi-même pour identifier les nombreux choix qu’un médiacteur doit opérer pour arriver à son produit de communication finale, choix ayant des implications sur le processus de communication lui-même et sur le produit fini.

" Ouvrir mon quotidien " est une opération qui en est à sa seconde année, en Communauté française de Belgique. L’opération consiste non seulement à fournir gratuitement aux classes terminales de l’enseignement primaire l’abonnement à deux quotidiens de la presse écrite tout au long de l’année, mais aussi à accompagner cette offre d’outils d’accessoires vitaux pour leur exploitation optimale.

Un programme de formation pour les enseignants est mis en place par les centres de ressources qui assurent la formation continuée en éducation aux médias. Les programmes sont de trois et cinq journées, selon que l’on approche la lecture critique et/ou la production de journaux en classe.

Des journalistes professionnels sont pressentis, sur base volontaire, pour aller dans les classes, à la demande des enseignants, pour témoigner concrètement du métier.

Un site internet rassemble tous les documents produits et les informations nécessaires à l’organisation de ce programme. Des ressources en ligne, libres d’accès (bibliographie, fiches pédagogiques, thème du mois, petits jeux en ligne, lexique) sont à la disposition de tout qui voudrait s’en saisir, pour initier une approche de la presse écrite dans sa pédagogie. Enfin, un espace virtuel est prévu pour que les élèves qui auront réalisés des documents (analyse et production) puissent les échanger avec d’autres classes, en témoignant ainsi de la richesse de leur parcours.

L’engagement politique du Ministre de la jeunesse dans ce projet a permis la livraison gratuite des quotidiens en classe. Il y avait, dans son chef, l’envie d’accroître la place de l’éducation aux médias, dès le plus jeune âge, comme dans d’autres projets d’ailleurs, eux aussi soutenus par le même cabinet. Pour n’en citer qu’un oeuvrant aussi dans cette dynamique d’éveil du médiacteur : Cliquer futé , l’approche critique des risques liés à l’usage d’Internet chez les jeunes, sur base de l’offre du kit issu de la valise pédagogique d’ Educaunet .

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur