Articles

Applications mobiles et m-learning en Afrique

MoMaths, SenMobil, Yoza et bien d'autres font leurs marques...

Par Philippe Menkoué , le 18 mars 2014 | Dernière mise à jour de l'article le 26 mai 2016

Tellement de choses ont déjà été dites sur le dynamisme de la téléphonie mobile en Afrique et les différents usages qui en sont fait. Se faire ausculter les yeux à distance, payer ses factures et même envoyer de l’argent à partir de son téléphone mobile, le génie africain en matière d’applications mobiles ne cesse de surprendre. Mais qu’en est-il des applications dédiées à l’éducation et plus spécifiquement au mobile-learning ? Une question à laquelle nous tentons ici de répondre à travers un passage en revue des différentes applications africaines qui font progresser le mobile-learning sur le continent.

Méconnues ou tout simplement mal connues, les applications pour terminaux mobiles à caractère éducatif, sont légions et révolutionnent bien discrètement, les manières d’apprendre (et même d’enseigner) des africains.

Des innovations permanentes…

Comme l’affirme Morgane Tual, « si l'Afrique manque de professeurs, elle ne manque pas de mobiles... ». Les initiatives visant à démocratiser le savoir à travers l’usage du téléphone mobile se multiplient, notamment la création d’applications. Ainsi, des mathématiques aux sciences sociales en passant la lecture ou l’apprentissage d’une langue étrangère ; du primaire au supérieur, des élèves aux enseignants en passant par les étudiants (jeunes et adultes), il existe désormais des applications pour presque tout et pour (presque) tous.

A ce propos, la Mobiles for Education Alliance répertorie sur son site, une pléiade de projets d’applications mobiles dédiées au m-learning, utilisées sur le continent. Du très populaire MoMaths acronyme Mobile Mathematics lancé par Nokia en Afrique du sud et au Sénégal (en partenariat avec l’Unesco) avec pour objectif, comme le souligne Antoine MIAN, d’améliorer «l’enseignement/apprentissage des mathématiques et des sciences à travers l’utilisation des téléphones mobiles au primaire », à l’ingénieuse 1001 Stories qui encourage les jeunes ougandais à apprendre tout en les incitant à créer leurs propres contenus numériques en publiant des histories personnelles, en passant par SenMobil qui serait d’un grand soutien pour les instituteurs africains qui le plus souvent, font face à des effectifs pléthoriques ; Yoza, ou les nombreuses applications déjà disponibles sur Google Play, les applications m-learning se banalisent sur le continent et l’apprentissage via les terminaux mobiles fait son bout de chemin sur le continent. Et les enseignants ne sont pas en reste.

Ainsi, dans le cadre de l’Initiative Francophone pour la Formation à distance des Maitres (IFADEM) mise en œuvre dans nombre de pays africains par exemple, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), partenaires de mise en œuvre de cette initiative, envisage de développer une application mobile offline multiplateforme pour les activités des enseignants dans le but de rendre disponibles les ressources sur téléphones mobiles et tablettes aux enseignants des pays concernés. Comme le soulignent Papa Youga Dieng et Rachid El Boussarghini : « cette application les rendra, à la demande ou automatiquement, accessibles hors connexion en les téléchargeant sur mobiles et tablettes. ». Des initiatives et bien d’autres, dont les résultats semblent prometteurs.

De belles perspectives pour l’avenir ?

Malgré la quasi-absence de statistiques officielles sur l’impact réel de ces applications mobiles sur les performances des apprenants à l’échelle d’une nation ou du continent tout entier sur le sujet, quelques études font état des avancées en matière d’accès à l’éducation sur le continent dont ces applications sont à l’origine. Ainsi, en 2011, les initiateurs de Yoza en Afrique du sud rapportait que 300.000 livres avaient été lus, enregistrant 40.000 commentaires, 145.000 visiteurs uniques et 69.000 abonnés sur cette plateformejusque là.Idem pour MoMaths dont l’élargissement à 150 écoles sud-africaines en 2013, à l’issue de la phase pilote lancée en 2009, vient confirmer l’efficacité du service.

Un succès qui semble également contribuer à améliorer la qualité de l’éducation sur le continent. Reste plus s’intéresser de plus près aux contenus disponibles mais surtout, à encourager leur création par les africains eux-mêmes. Car jusqu’ici, beaucoup reste encore à faire dans ce sens.

 SenMobile

 

Références :

- Tual, Morgane. « Afrique : Comment le mobile profite à l’éducation ». Youphil ; 17 janvier 2013. Lien : http://techethique.blog.youphil.com/archive/2013/01/17/afrique-comment-le-mobile-profite-a-l-education.html

- Mobiles for Education Alliance. List of projects. Consulté le 18 mars 2014. Lien : http://www.meducationalliance.org/projects?keys=&term_node_tid_depth=105&term_node_tid_depth_1=118&term_node_tid_depth_2=All

- BI SEHI, Antoine Mian. « Le téléphone mobile dans l’éducation en Afrique, la preuve par trois ». TicEduForum. 08 décembre 2012. Lien: http://ticeduforum.akendewa.net/actualites/le-telephone-mobile-dans-leducation-en-afrique-la-preuve-par-trois/

- Google Play. Consulté le 18 mars 2014. Lien: https://play.google.com/store/search?q=%C3%A9ducation%2BAfrique

- Youga Dieng, P. et El Boussarghini, R. « Développement d'une application mobile offline multiplateforme pour les activités pédagogiques des enseignants dans IFADEM ». UNESCO ; Consulté le 15 mars 2014. Lien : http://www.unesco.org/new/en/unesco/themes/icts/m4ed/unesco-mobile-learning-week/speakers/papa-youga-dieng/

- Wakoba, Sam. « Nokia launches MoMaths to help SA students to understand mathematics». TechMoran; le 22 octobre 2013. Lien: http://techmoran.com/nokia-launches-momaths-to-help-sa-students-understand-mathematics/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur