Articles

Recette gagnante pour travail d'équipe : beaucoup de femmes et d'empathie

Les meilleures équipes, selon des chercheurs, comporteraient plus de femmes et seraient plus sensibles aux émotions des autres membres

Par Alexandre Roberge , le 01 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 02 février 2015

Il y a des idées préconçues qui persistent dans les mentalités. Parmi elles, celle-ci : mettre les plus compétents en équipe aboutira forcément en un résultat grandiose. Après tout, le calcul semble évident. Additionner des esprits brillants ensemble devrait donner une intelligence collective incroyable. Non?

Pourtant, depuis 2010, les scientifiques tendent à déconstruire cette idée. En effet, les meilleures équipes ne seraient pas nécessairement celles contenant le plus de spécialistes sur une question, mais celles sachant le plus faire équipe (sic). Évidemment, on ne peut pas demander à des gens n'ayant aucune connaissance en mathématiques ou en génétique de résoudre une équation difficile ou de jouer avec de l'ADN. Cependant, il faut, en plus de spécialités, d'autres qualités pour organiser un groupe de travail solide.

Les femmes, facteur de succès d'équipe

En effet, l'étude Pentland (2010) du MIT avait montré que les groupes ayant une intelligence collective plus élevée n'avaient pas des membres au Q.I. exceptionnel ni ne comportaient des gens plus extravertis ou introvertis que d'autres. Même leur motivation n'était pas un facteur déterminant. Les chercheurs de l'époque avaient noté qu'en fait, ces équipes plus intelligentes ne possédaient étonnamment pas de leaders. Tous avaient un droit de parole similaire autour de la table.

De plus, leurs membres réussissaient tous mieux que les autres le test de « l'esprit dans les yeux ». Cette évaluation, disponible en ligne, consiste à observer des yeux sans le reste du visage et à deviner ce que la personne pense ou ressent. Ainsi, les troupes plus efficaces sont capables de reconnaître les émotions de leurs partenaires et de les gérer.

Enfin, les équipes les plus opérantes seraient celles comportant davantage de femmes. En effet, avoir plus de membres du sexe féminin permettrait une cohésion plus grande, car les femmes ont, entre autres, des capacités d'empathie supérieures. 4 ans plus tard, une autre étude prouvait ce même effet des femmes sur un groupe et cela allait plus loin.

Même en ligne, les émotions comptent

En effet, à la fin de 2014, a été publiée une étude similaire, mais cette fois, on s'est aussi intéressé à la collaboration en ligne (télétravail). Est-ce que les mêmes critères (droit de parole égal, intelligence émotionnelle supérieure, présence majoritaire de femmes) ont un effet similaire dans une situation en ligne? Hé bien, il semble – à la surprise des chercheurs – que oui. Tous ces éléments sont aussi pertinents sur Internet et rendent une équipe plus efficace. En fait, sans même voir le visage des autres, les membres – en particulier les femmes – ayant une haute intelligence émotionnelle contribuaient à résoudre plus efficacement les différentes activités présentées par les chercheurs.

Ainsi, même en ligne, une équipe reste un regroupement d'individus qui ont un besoin d'échanger, d'être compris et de comprendres les autres pour arriver à résoudre les problèmes et effectuer le travail. Bien sûr, les qualités et compétences comptent, mais il semble que dans les deux études, chaque fois, l'intelligence dite émotionnelle triomphe sur celle rationnelle.

Un constat qui est fort intéressant pour tous ceux qui doivent former des équipes que ce soit dans un cadre scolaire ou professionnel. Il vaut mieux avoir des membres ayant de l'empathie laissant à chacun un temps égal de parole qu'un ou deux leaders qui prennent les commandes. Et surtout, il est important que les femmes soient majoritaires dans les groupes.

Illustration : gpointstudio, shutterstock

Références :

Engel, David, Anita Williams Woolley, Lisa X. Jing, Christopher F. Chabris, and Thomas W. Malone. "Reading the Mind in the Eyes or Reading Between the Lines? Theory of Mind Predicts Collective Intelligence Equally Well Online and Face-To-Face." PLOS. Dernière mise à jour : 16 décembre 2014. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0115212.

Guillaud, Hubert. "Pourquoi Certaines équipes Sont-elles Plus Intelligentes Que Les Autres ?" InternetActu.net. Dernière mise à jour : 23 janvier 2015. http://www.internetactu.net/2015/01/23/pourquoi-certaines-equipes-sont-elles-plus-intelligentes-que-les-autres/.

Thompson, Derek. "The Secret to Smart Groups: It's Women." The Atlantic. Dernière mise à jour : 18 janvier 2015. http://www.theatlantic.com/business/archive/2015/01/the-secret-to-smart-groups-isnt-smart-people/384625/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur