Articles

Quand l’architecture sert la pédagogie

Un benchmarking passionnant à découvrir.

Par Denis Cristol , le 23 octobre 2017 | Dernière mise à jour de l'article le 22 novembre 2017

La ratio studiorum charte de la pédagogie des pères jésuites organise le règlement des enseignements et l’agencement des espaces depuis le XVIème siècle.

Les bons pères se doutaient-ils que leur charte une fois posée, les classes resteraient comme des boites à œufs pendant des siècles, ou chacun serait bien rangé à côté des autres, attendant sagement la cloche ou la sonnerie ?

Les architectures scolaires et universitaires sont chargées d’histoire. Imaginons que nous percions des trous pour passer des câbles informatiques dans les cloisons de la salle des thèses de l’ancienne université d’Orléans que Calvin, Rabelais et Perrault ont arpentée au XVème siècle. Vous n’y pensez pas ! Croyez-vous possible que nous enlevions les gradins dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne pour organiser un world-café ? Non, trois fois non. L’écrin du savoir semble plus important que les visiteurs éphémères qui en arpentent un temps les bancs.

L’existence des institutions de savoir assurent leur succession depuis la plus haute antiquité.  Le savoir est conçu comme un temple grec, ses piliers en sont les professeurs, les disciplines, l’engagement d’une communauté à en améliorer sans cesse la profondeur.

Ce faisant ce bel agencement oublie que :

  • l’on apprend surtout au détour de toutes nos activités en s’enseignant à soi-même et à d'autres et donc que les rôles unidirectionnels maître-élèves réduisent l’initiative et le pouvoir d’apprendre  par soi-même d’une partie des élèves,   
     
  • l’interdisciplinarité, la pluridisciplinarité, la transdisciplinarité sont indispensables quand le monde se complexifie,
     
  • l’élitisme étroit de ceux qui en savent toujours plus et d’autres qui sont laissé de côté provoque des écarts et des troubles sociaux (travailleurs très qualifiés vs travailleurs précaires).
     

Si les ondes font vibrer des institutions vénérables en glissant jusqu’aux téléphones portables des flux de données, les lieux de savoir semblent subtilement ébranlés. De nouvelles demandes se font jour pour recharger son ordinateur, travailler en groupe, se mettre à l’abri de l’agitation numérique, réaliser une web-conférence, faciliter le déplacement d’un robot de télé-présence, disposer de conditions acoustiques pour des réunions de grands groupes, projeter sur grand écran des fil d’info twitter, sécuriser pendant les pauses le stockage de tablettes (et leur rechargement), disposer de locaux suffisamment aérés et climatisés pour installer un serveur informatique ou une régie, avoir une lumière et des fauteuils confortables pour consulter des fichiers en ligne.... simplement, l’école de Charlemagne n’avait pas prévu tout cela.

Et si les possibilités pédagogiques étaient induites par la façon dont sont conçus les lieux de savoir ? Repenser l’architecture scolaire permettrait-il de faire bouger les pratiques pédagogiques en classe ?  Bien sûr, nous apprenons partout et les apprentissages informels majoritaires se produisent aussi bien au travail, qu’au détour de ses loisirs.

Chaque lieu dispose de son ergonomie singulière qui facilite ou réfrène le potentiel d’apprentissage. Imaginer les lieux de classe comme des lieux de vie plutôt que comme des espaces de contraintes corporelles en dit beaucoup sur le type de société et de rapports sociaux qui se préparent après l’école. Lorsque l’on balaye du regard les projets architecturaux de différentes écoles (visuels ici), on perçoit les messages que les bâtiments adressent par rapport à la nature, aux circulations, à la place de ceux qui ont pour métier d’enseigner et ceux dont le métier est d’apprendre, à l’intégration ou au retrait de son environnement urbain, péri-urbain ou rural, aux possibilités des activités d’exploration ou d’expérimentation scientifique, à la façon d’induire le vivre ensemble et les espaces de dialogue. Il y a peu à voir entre l’expérimentation d’une école Finlandaise et une machine à conditionnement français, ou l’élève est continuellement surveillé ou tous les établissements se ressemblent depuis le XIXème siècle.

Rentable, à quelle échelle ?

Jusqu’à présent l’architecture scolaire et universitaire était pilotée par des gestionnaires pragmatiques dont l’une des principales préoccupations était de gérer des budgets de construction puis de fonctionnement : arbitrer entre surface de classe et lieux de vie communs, espace de parking et emprise au sol du bâti, hauteur sous-plafond et coût de chauffage ou de ventilation, implantation en plein pied et question de sécurité, fixation des mobiliers et entretien, choix de matériel informatique et usages réels.

S’il est de moins en moins rare que des pédagogues aient leur mot à dire, ils doivent toujours lutter pour faire entendre la nécessité de démultiplier les interactions et les modalités d’exposition ou d’exploration des savoir, et ce en vue d’optimiser les apprentissages. Au moment  où se crée la « Station F », un campus géant en plein Paris et pour partie numérique, pour apprendre l’entrepreneuriat et développer de nouvelles activités, on ne saura trop se souvenir du « Point F » des années 60 du CESI qui visait à réinventer la pédagogie.

Déjà à l’époque dans ce type de centre de formation d’avant-garde,  il était possible d’écrire sur les murs, le développement personnel avait bonne presse et l’architecture comme aujourd’hui était aussi une manifestation de pouvoir sur le monde. L’histoire de « Point F » nous rappelle que la rentabilité d’un lieu ne doit pas être complétement perdu de vue, au risque d’un arrêt.

L’architecte scolaire ou universitaire, tiers-parti de la relation pédagogique, prend une importance croissante. Les aménagements sont particulièrement touchés.  Les tableaux de noir deviennent blancs et interactifs. Selon les expérimentations et prospectives de la Caisse des Dépôts et Consignation en France, il se pourrait que le professeur ne dispose plus de bureau fixe. Ce qui est déjà en partie le cas à l’ENSCI, une école de design où se sont les professeurs qui visitent les élèves et leurs ateliers dans le cadre d’une pédagogie par projet.

On agit dans un espace

Chacun s’aperçoit que les scénarios pédagogiques peuvent aussi intégrer une dimension spatiale comme l’illustre cette formation organisée par le CNFPT qui mobilise particulièrement l’espace pour faire se rapprocher des cadres territoriaux et des habitants autour d’un projet commun.

Les recherches de l’OCDE montrent tout le rôle du rapport à l’espace dans l’apprentissage, les laboratoires d’apprentissage s’efforcent d’imaginer un autre rapport aux assises, aux couleurs, aux combinatoires pédagogiques mêlant pratiques numériques et non-numériques, de nombreux lieux se rénovent dans la conception de leur architecture pour expérimenter une libération de l’usager de son rapport ou de ses attentes pédagogiques supposés à une institution.  

Les carnets d’exploration de 20 espaces en France (rénovation de friches industrielles, nouvelle médiathèque, espace de co-working, fab-lab, université, centre de recherche etc.) complètement renouvelés par l’irruption de la question numérique donneront un aperçu des transformations qui opèrent aujourd’hui en lien avec leurs problématiques.  Un benchmarking passionnant à découvrir.

Source :

Le « Ratio » charte de la pédagogie des jésuites – CNDP - CALVEZ
http://www.cndp-erpent.be/pdf/ratio.pdf

Architecture et pédagogie. Quel avenir ? - Tran Claude  - Educavox
http://www.educavox.fr/accueil/debats/architecture-et-pedagogie-quel-avenir

L’architecture scolaire peut-elle changer la pédagogie ? - Le Café pédagogique - fjarraud
http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2016/12/21122016Article636179057351196195.aspx

Quels murs pour quelle école ? Architecture scolaire, normes scolaires et figures d’élèves - Anne Dizerbo - Edcation et socialisation
https://edso.revues.org/1915

Espaces et architectures scolaires - Les cahiers pédagogiques – Nadine Coussy - Clavaud et Cathy Marret
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Espaces-et-architecture-scolaires

Caisse des dépôts et consignation - Education - Architecture scolaire : à quoi ressembleront les espaces éducatifs de demain ?
http://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/LOCActu/ArticleActualite&cid=1250278260631

Culture communication – Patrimoine : l’architecture scolaire et universitaire se dévoile
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/Patrimoine-l-architecture-scolaire-et-universitaire-se-devoile

Qu’est-ce qu’un laboratoire d’apprentissage ? - Denis Cristol - Thot Cursus -
http://cursus.edu/article/27452/est-laboratoire-apprentissage

Carte des espaces Innovants – Veille de la coopérative pédagogique du CNFPT
https://www.zeemaps.com/map?group=2687429#

Finlande : quand l’architecture rend l’école meilleure - Sandra Ktourza - VousNousIls
http://www.vousnousils.fr/2012/01/26/finlande-quand-l%E2%80%99architecture-rend-l%E2%80%99ecole-meilleure-520543

Pédagogie de l’ENSCI - École nationale supérieure de création indistrielle
http://www.ensci.com/creation-industrielle/presentation/pedagogie/

Historique du développement du CESI
https://lesdiplomes.wordpress.com/2008/12/01/historique-du-developpement-du-cesi-50-ans/

Projet de rénovation urbaine :  Dunkerque - CNFTP
http://www.construiresasalledecoconception.com/histoire-inspirante-dunkerque

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur