Articles

La gestion de projet depuis les 9 ans jusqu'à 99 ans

L'assemblage cohérent des connaissances

Par Virginie Guignard Legros , le 15 janvier 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 22 janvier 2018

Image Pixabay

Gérer un projet, cela peut s’imaginer, s’inventer, se tester, se partager, mais surtout cela peut s’apprendre, s’enseigner et se transmettre à n’importe quel âge.

Aujourd’hui, des projets éducatifs basés sur la gestion de projets émergent de toute part comme par exemple l’initiative de “Graines d’entrepreneurs” en Suisse. De même, François Taddéi l’indiquait déjà dans son interview aux Cahiers pédagogiques du N°478 de janvier 2010 par Patrice Bride et Nicole Priou :

“La possibilité de mettre en œuvre activement ses savoirs, sa réflexion, dans des projets ou dans des activités expérimentales de type « main à la pâte » ne peut qu’aider l’enfant à structurer son savoir en lui permettant de mieux appréhender sa pertinence.

On peut s’interroger sur la nécessité d’un nouveau contrat social ou d’un nouveau contrat républicain sur ce que doit enseigner l’école au regard de ces évolutions”.

Le MOOC GdP, Gestion de Projet de Rémi Bachelet enregistre 25 000 inscriptions d’étudiants de 25 à 75 ans à travers toute la francophonie à chaque session. Qui sont-ils ? La plupart sont des gens qui veulent changer leurs vies par l’acquisition d’un nouveau diplôme, mais surtout par l’acquisition de nouvelles compétences, celles de gestion de projet qui vont leur permettre de comprendre les outils de gestion qui leur sont présentés au long de leur vie ou de gérer avec efficience un projet à la maison, dans une association, dans leur entreprise, voire monter un nouveau projet de vie ou une startup.

“Je m’appelle Mactar SY, sénégalais, ingénieur en Télécommunications et Strategy Manager de formation. J’ai eu la chance de participer au MOOC GdP de la session 6. Un MOOC qui m’a beaucoup apporté dans la mesure qui il m’a permis d’acquérir et de parfaire beaucoup de connaissances et de méthodes relatives à la gestion de projet. D’autre part, cela m’a permis d’assumer plus de responsabilités dans le cadre de mon boulot en tant Senior IT Analyst. Mon expérience du MOOC GdP a été plus marquée par le parcours par équipe que j’ai effectué en tant que porteur du projet « Africa Open Innovation ». Un projet que j’ai mené avec 8 autres Africains de différentes nationalités. C’est un projet qui est né à travers cette aventure de la GdP_LAB et qui continue d’être mené par la même équipe”.

Interview 2016 du site ressources du GdP-Lab, pré-incubateur du MOOC GdP source https://ressources.gdp-lab.pm/conseils/temoignages/

Là où hier, on apprenait par silos, les maths d’un côté, le français de l’autre, les langues étrangères ailleurs, etc, demain le maître mot sera d’avoir une vision à 360° du monde.

Le monde change, il se complexifie. Hier, on était spécialiste de son domaine pour finir par en être un expert. Demain, on nagera dans un monde où il faudra apprendre à surfer sur les vagues. L’important ne sera plus le savoir en lui-même, mais ce que l’on va en faire.

Le challenge sera de faire la part des choses entre les vrais et les fausses nouvelles, de savoir apprendre vite et désapprendre encore plus vite car tout s’accélère. Rien ne sera plus acquis et tout sera agile.

Un projet, c’est prendre un sujet, regarder ses possibilités, choisir une direction, un postulat ou le meilleur axe possible avec des outils de décision. C’est assembler des compétences face à un plan et des besoins. En fait, le savoir ne sera plus casanier, il sera mobile, vivant, utile, passionnant ou désespérant. Il deviendra humain et non plus institutionnel et dissocié. Le professeur de demain sera un intégrateur. Son travail pédagogique sera de prendre ces savoirs et de les assembler pour leur donner du sens dans un système utile pour le projet et on l’espère aussi pour la société.

Si les faiseurs d’hier débutaient à 25 ans, voire 30 ans ces dernières années, ceux de demain commenceront à 15 ans.

“...la Chine a annoncé vouloir installer au moins une imprimante 3D dans chacune des 400 000 écoles élémentaires”.

Source du 12 mai 2016 :  http://paris-singularity.fr/la-chine-va-installer-au-moins-1-imprimante-3d-par-ecole-elementaire/

On en parle très peu, le projet est déjà activé depuis 2 ans. La Chine est en train de former ses jeunes pouces à la CAO (conception assistée par ordinateur) et à l’impression 3D. Ils sont en train de former les shoguns industriels de demain et dès qu’ils maîtriseront les deux outils la Chine, mais aussi le monde, seront leur terrain de jeu et là où ils feront la différence est sur la bonne ou la mauvaise façon dont ils géreront leurs projets.

La gestion de projet, une discipline transversale essentielle dans la panoplie des connaissances de demain pour faire la différence dans le futur. À quand la gestion de projet comme discipline essentielle dans les écoles ?

Source image : Jarmoluk Pixabay

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur