Articles

Analphabétisme, illettrisme et ordinateur

Par Thot , le 29 octobre 2000 | Dernière mise à jour de l'article le 11 juillet 2012

L’alphabétisation, encore !

Début octobre 2000, Thot avait pour thème l’alphabétisation. Si le thème vous intéresse, allez consulter l’intéressant travail d’Anne Marquis. Il s’agit d’un mémoire du DESS STAF de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation consacré à l’analphabétisme et au rôle que pourraient jouer les environnements informatiques dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dans ce contexte.

Au delà de l’anecdote le travail mérite d’être signalé. Tout d’abord, c’est le premier mémoire de 3ème Cycle conçu, édité et publié sous forme d’un hypertexte sur le Web. Dans une unité consacrée aux technologies éducatives (TECFA), il aura donc fallu six ans pour que soient dépassées les contraintes académiques et universitaires du genre. Il aura fallu aussi l’extrême ténacité d’une étudiante peu conventionnelle pour faire plier les réticences des encadreurs.

Une source documentaire de qualité

Au delà de la valeur anecdotique de cet événement qui pourrait faire sourire, le texte constitue une importante métarecherche. L’auteure distingue d’abord illettrisme et analphabétisme : dans le premier cas, il s’agit d’un phénomène qui touche les personnes qui tout en sachant lire et écrire n’ont de la langue qu’une maîtrise limitée et très contextualisée car la lecture ne s’accompagne pas nécessairement de la compréhension du texte lu; les analphabètes quant à eux sont des adultes qui n’ont jamais été confrontés à l’écriture et qui ne savent ni lire ni écrire, ni même reconnaître les lettres.

La revue de littérature fort complète s’intéresse donc à la lecture et aux modèles de reconnaissance des mots et des phrases, aux problèmes de la reconnaissance phonologique, aux caractéristiques des apprenants adultes, aux problèmes de lecture et de l’écriture chez les adultes et chez les enfants. Elle fait état de ce que l’on sait peu : l’énorme disproportion entre l’intérêt pour l’illettrisme et l’intérêt pour l’analphabétisme, le peu d’études sur les problèmes de lecture et d’écriture rencontrés par les adultes si on les compare aux études consacrées à ces mêmes problèmes chez les enfants.

La deuxième et la troisième partie du travail retiendront moins notre attention. L’une retrace une expérience d’alphabétisation et reflète la pratique spontanée voire naïve qui se rencontre souvent dans le milieux associatifs non professionnels. L’autre aurait dû proposer la description d’un environnement informatique susceptible d’aider les analphabètes dans les premières étapes de leur apprentissage; elle s’arrête malheureusement à quelques suggestions et, en définitive, n’aboutit pas sur grand chose.

Malgré certaines maladresses, la première partie de ce travail de fin d’études constitue une ressource riche et bien faite. Elle mérite donc d’être répertoriée et référée.

Adultes analphabètes, apprentissage de la lecture et ordinateur

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur