Par Om El Khir Missaoui  | ok.missaoui@cursus.edu

Qu'est-ce que le connectivisme ?

Créé le mardi 19 mars 2013  |  Mise à jour le jeudi 25 avril 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Qu'est-ce que le connectivisme ?

Les théories et les modèles de l'apprentissage se suivent et ne se ressemblent pas forcément; chacun présente une approche spécifique avec ses avantages et ses limites et on n'a pas toujours intérêt à adopter inconditionnellement l'une ou l'autre de ces approches.

Le modèle transmissif où l'enseignant est le détenteur du savoir et s'évertue à le transmettre à un apprenant qui aspire à correspondre à un modèle a vu ses beaux jours décliner quoiqu'il soit encore appliqué dans des bastions réfractaires tels que certains espaces universitaires traditionnels (et les xMoocs).

Le béhaviorisme, avec le balisage de l'apprentissage du plus simple au plus complexe avec force renforcements, positifs et/ou négatifs, des informations fournies juste à temps à l'apprenant  et les remédiations pertinentes qui récupèrent tout retardataire vivra encore de très beaux jours et amènera des réussites ponctuelles satisfaisantes.

Le cognitivisme pour sa part a mis en valeur les différents types de connaissances et de stratégies pour la résolution des problèmes. Quant au constructivisme, à l'apprentissage social et au socioconstructivisme, ils ont déplacé l'éclairage sur l'apprenant qui travaille en interaction avec ses pairs et son environnement avec un impact réciproque de l'individuel et du collectif.

Toutes ces approches correspondent à des pratiques courantes dans l'apprentissage. Elles ont toutes trouvé plus ou moins leur bonheur dans l'usage des technologies de l'information et de la communication. Les TIC ont suscité quantité de pratiques nouvelles, pratiques qui représentent parfois de véritables innovations pédagogiques car ne travaille-t-on pas maintenant dans des conditions où les limites sont repoussées au-delà du pensable il y a seulement quelques années : ressources et supports innombrables et accessibles à tous, publication instantanéee et gratuite, échanges et discussions à l'échelle planétaire, expertise documentée et médiatisée dont les enseignants et les formateurs profient à souhait, etc. Les modèles reconnus jusque-là, socioconstructivisme en tête, rendent-ils pleinement compte de ces nouvelles réalités ?

Voici une présentation réalisée sur Prezi qui nous donne à visualiser la quintescence d'une recherche et synthèse d’articles réalisée par Annick Arsenault Carter dans le cadre d'un cours sur "Les apprentissages et les TIC" et portant justement sur un modèle d'apprentissage pas assez médiatisé : Le connectivismeQue veut dire le connectivisme ? Est-ce vraiment une nouvelle théorie ou un mélange de théories déjà existantes ? A-t-il sa place dans le monde scolaire ? 

Parmi les principes étayant la théorie du connectivisme on verra que l'apprentissage et la connaissance émergent de la diversité des sources, qu'ils peuvent survenir à l'aide de dispositifs extérieurs aux êtres humains et que la prise de décision est en soi un processus d'apprentissage. Essentiellement, le connectivisme constitue un modèle d'apprentissage qui reconnaît les bouleversements sociaux occasionnés par les nouvelles technologies, lesquels font en sorte que l'apprentissage n'est plus seulement  une activité  individualiste et interne mais est aussi fonction de l'entourage et des outils de communication dont on dispose. (F Guité)

Plusieurs exemples sont donnés dans la présentation en question : utilisation de Twitter, enseignants/élèves blogueurs, usages de la vidéo et des jeux, espaces de discussion et de contribution, avec mise en évidence à chaque fois des composantes communication, collaboration, motivation, créativité et intégration qui font le dynamisme de l'apprentissage.

Alors est-ce là une simple vision pédagogique des choses ou s'agit-il d'une réflexion inédite sur la question ? Ou bien l'apprentissage est-il réellement et qualitativement modifié avec la nouvelle donne numérique ? Il est grand temps de se pencher sur les écrits des créateurs de cette théorie et notamment sur ceux de G. Siemens, enseignant chercheur canadien co-fondateur des Moocs et véritable caralyseur de la réflexion en cours sur le devenir des institutions éducatives. Avant même de se rendre sur le blog de Siemens, cette présentation d'étudiante riche et bien illustrée nous procurera les pré-requis nécessaires avant de nous plonger nous aussi dans le débat qui fait rage.

Le connectivismeAnnick Arsenault Carter, 28 juillet 2012

Image d'illustration : Cienpies Design/shutterstock.com

 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire