Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

L'art en poche avec les applications pour smartphone

Créé le lundi 25 mars 2013  |  Mise à jour le mardi 26 mars 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

L'art en poche avec les applications pour smartphone

Le problème avec les tableaux ou les statues, c'est qu'on ne peut pas les emporter chez soi. Il y a bien sûr les catalogues, onéreux et lourds; les photos, si par hasard on vous laisse en prendre, mais qui souffrent de la foule et des éclairages difficiles. Et puis, il y a les applications.

Car les applications pour smartphones et tablettes nous livrent tout l'art du monde non seulement à domicile, mais au plus près de nous, au creux d'un objet auquel nous sommes fortement attachés, contre notre cuisse ou dans notre sac. 

Dans un musée, la rencontre avec un objet peut constituer un choc. Il est des oeuvres dont on se souvient longtemps, que l'on classe dans la série des premières fois mémorables. Le fait de ne plus revoir (jamais, ou avant longtemps) ce qui nous a tant ému fait sans doute partie de l'expérience initiatique. Mais pourtant, avoir la possibilité de toucher l'écran cristal du téléphone pour faire réapparaître le tableau florentin ou la sculpture vaudou constitue un prolongement intéressant, voire nécessaire. 

Nos outils numériques, avec leur mémoire d'éléphant, leurs écrans de plus en plus grands et leur connectivité qui s'améliore chaque jour, constituent des écrins idéaux pour les oeuvres d'art. Il n'est donc pas étonnant que les musées et autres lieux d'exposition créent des apps à tour de bras. 

Des apps par centaines

 

En décembre 2012, Le site du CLIC France  (Club Innovation Culture France) proposait un panorama de 182 applications mobiles muséales et culturelles en France. Nous en avons essayé quelques-unes, mais avons reculé devant le prix de certaines, notamment des catalogues d'exposition. 

CLIC France classe les applications en catégories : portails nationaux, portails régionaux, applications permanentes des lieux culturels à Paris et en régions, applications événementielles, catalogues d'expositions, monographies d'artistes, applications jeunesse.

Parlons gros sous pour commencer. Les lieux les plus prestigieux disposent souvent d'une application de base gratuite. On y trouvera tous les renseignements pratiques (horaires d'ouverture, plan, annonces d'expositions et événements..) plus quelques oeuvres. Mais si l'on souhaite des choses plus spécifiques (un audioguide, des suggestions de visites à thème), il faudra payer. Même chose pour les applications liées à des expositions particulières ; certaines sont gratuites mais la majorité sont payantes. Ajoutons à cela qu'une large partie d'entre elles sont faites pour être utilisées pendant la visite en présence, et vous comprendrez que la note de la visite au musée commence à être salée. 

Voici une courte sélection d'applications, toutes gratuites, toutes en français et majoritairement conçues par des établissements français. Que nos amis des autres pays de la francophonie nous en excusent, et surtout nous indiquent en commentaire à cet article des applications gratuites des établissements de leurs pays, nous les ajouterons à la liste.

Nos coups de coeur 

 

Exponaute : actualité des expositions en France, en Belgique et en Suisse. Très pratique lorsqu'on voyage, pour meubler les temps libres entre les rendez-vous. Si vous l'autorisez à vous localiser, l'application vous propose automatiquement les expositions les plus proches de votre emplacement. 

Musée du Louvre : l'application gratuite du musée du Louvre mérite le détour. On peut y voir une sélection des oeuvres les plus connues du musée le plus visité au monde. Chaque oeuvre peut être agrandie. Des vues de détails rendent l'expérience agréable, même sur un téléphone. Un espace réservé aux favoris permet de retrouver facilement nos oeuvres préférées. Un incontournable. 

Cité de la musique live : cette application est une perle ! Elle vous permet tout simplement de voir et d'écouter les concerts donnés à la Cité de la musique et à la Salle Pleyel (Paris) pendant deux mois. La mise en route est immédiate. Un concert rien que pour vous dans l'autobus, vous ne pouviez rien rêver de mieux, n'est-ce pas ? 

Palais des Beaux-Arts de Lille. Belle application (audioguide) qui présente le musée, sa rénovation, et des oeuvres emblématiques. 

La traite des noirs et l'esclavage, au musée d'histoire de Nantes. Un parcours thématique bien fait, qui nous apprend et nous montre l'essentiel de cette terrible période pendant laquelle Nantes fut l'un des principaux ports négriers de France. À utiliser de préférence en complément d'une visite, en audioguide. 

Jumièges 3D. La magnifique abbaye de Jumièges (Seine Maritime) reconstituée en 3D. Visite des vestiges, jeux, audio guide. Probablement un bon compagnon à la visite réelle, et une source d'information intéressante pour tous ceux qui n'ont pas la chance de se rendre sur les lieux. 

La Mongolie entre deux ères. Exposition (terminée) au musée Albert Kahn (Hauts de Seine, région parisienne). Superbes photos couleur de la Mongolie au début du XXe siècle. 

Soulages XXIe siècle. Une application créée à l'occasion de l'exposition du même nom au Musée des Beaux-Arts de Lyon, mais qui peut s'utiliser seule. Le peintre est mis en avant, autant que ses oeuvres. 9 parcours nous mènent de la biographie de Pierre Soulages à son oeuvre imprimée et ses vitraux, en passant bien entendu par une analyse soigneuse de ses toiles et de son travail sur le noir. Un jeu est même fourni en prime. Une très bonne application qui tranche avec les audioguides améliorés qui accompagnent nombre d'expositions temporaires. 

Des applications de création

 

À côté des applications réalisées par les musées, on en trouve d'autres qui proposent une relation différente aux oeuvres.

Warhoi : DIY vous permet de vous exercer à travailler des photos de manière à ce qu'elles ressemblent (assez vaguement, convenons-en) à certaines oeuvres d'Andy Warhol. Evidemment, les fonctions sociales sont très développées, de manière à partager facilement nos "créations". L'application (en anglais) est en téléchargement gratuitement en février et mars, dépêchez-vous !

Who Art You : un "réseau social dédié au domaine artistique", comme on le lit sur le site du musée des Beaux-Arts de Bordeaux. Concrètement, les utilisateurs photographient des oeuvres dans les musées (du moins, dans ceux qui l'autorisent, ce qui réduit considérablement la liste) et partagent les photos avec leur réseau sur le site. Des défis photos avec ou sans énigmes sont organisés avec les musées. Une manière intéressante de s'approprier l'espace muséal, avec l'appareil photo de son téléphone et dans la communauté. 

Et du côté d'iTunesU...

 

N'oublions pas enfin que de nombreux musées et autres lieux patrimoniaux produisent des vidéos sur leurs expositions et collections, et les rendent accessibles sur iTunesU. La démarche d'exploration artistique est certes moins active lorsqu'on regarde une conférence que lorsqu'on utilise certaines applications, mais on trouve malgré tout de nombreuses informations, des interviews d'artistes, de commissaires et de visiteurs qui permettent de bien préparer sa visite. 

Les musées et autres établissements culturels se sont donc emparés des applications mobiles. Si certaines ressemblent encore un peu trop à des audioguides améliorés, d'autres réservent de belles surprises et peuvent être utilisées indépendamment de la visite physique. Les progrès techniques (tactile, 4G) permettront d'aller encore plus loin dans la découverte des oeuvres, sans jamais remplacer la confrontation réelle, mais en développant d'autres manières de les appréhender. 

Illustrations , de haut en bas :

Application La Mongolie entre deux ères pour iPhone, capture d'écran

Application PBA Lille pour iPhone, capture d'écran

Application Expo Soulages, Musée des Beaux-Arts de Lyon pour iPhone, capture d'écran

 

 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire