Par Philippe Menkoué  | p.menkoue@cursus.edu

Quand l’éducation en Afrique devient (aussi) mobile

Créé le mardi 15 octobre 2013  |  Mise à jour le vendredi 2 mai 2014

Quand l’éducation en Afrique  devient (aussi) mobile

L’éducation fait partie des nombreux domaines auxquels la démocratisation de la téléphonie mobile sur le continent n’a pas échappée. Et si le téléphone mobile occupe une place de plus en plus importante dans les projets éducatifs dans nombre de pays africains, dans le primaire comme dans le secondaire, l’émulation suscitée par cet outil dans les milieux éducatifs en Afrique cependant, soulève bien des interrogations.

L’usage pédagogique des téléphones mobiles contribue-t-il à améliorer l’accès et la qualité de l’éducation en Afrique ? Les projets éducatifs par téléphones mobiles sont-ils viables ? Existe-t-il un cadre légal réglementant ces usages ? Autant de questions et bien d’autres dont les réponses ne sont pas toujours évidentes.

Les programmes éducatifs par téléphone en Afrique sont légions. Et si, comme le souligne Sylvain Maire dans un article paru sur le site Inriality.fr, la téléphonie mobile occupe une place de plus en plus importante dans les projets éducatifs sur le continent, ce n’est pas un pur hasard et l’on est bien tenté de s’interroger sur leur pertinence et surtout, sur ce qu’ils apportent de plus que les programmes d’enseignement en présentiel. Bien plus qu’un simple effet de mode, les projets éducatifs contribuent-ils d’une certaine manière à améliorer la qualité de l’éducation en Afrique ?

Des avantages indéniables

Qu’il facilite l’accès des apprenants à une gamme variée de ressources éducatives libres et ceci à un faible coût comme le souligne Michael Trucano d’EduTech; qu’il permette l’application directe de nouvelles compétences ou connaissances ou offre la possibilité d’enrichir la formation avec des contenus tels que la vidéo, les images, les sons et les animations comme l’affirme Antoine Alias; ou qu’il offre à l’apprenant la sensation de pouvoir contrôler ses propres activités d’apprentissage et d’avancer à son propre rythme comme le pense Marcus Boyes, l’usage pédagogique des téléphones mobiles présente bien des avantages.

Toutefois, si flexibilité et accessibilité semblent être les principaux avantages du m-learning, il importe tout de même souligner le caractère beaucoup plus informel que semble renfermer cette forme d’apprentissage. Bien que l’effet de mode qui découle de l’usage des téléphones mobiles chez les jeunes puisse les motiver et les amener à s’intéresser et s’impliquer davantage dans ce mode d’apprentissage, pour avoir un impact réel sur l'éducation, les initiatives d'apprentissage mobile doivent s’adapter aux réalités de cet éventail de contextes technologiques qui font de l’Afrique ce qu’elle est, comme le rappelle le Christian Science Monitor. Mais, qu’en est-il de la soutenabilité de tels projets pédagogiques ?

Des projets dont la viabilité n’est pas toujours avérée

Si l’usage pédagogique des téléphones mobiles présente de nombreux avantages, il se heurte tout de même à un certain nombre de défis au rang desquels figure celui de l’accessibilité, non pas des contenus cette fois, mais des outils d’apprentissage appropriés.

Car, si depuis l’année 2000, le nombre de connexions mobiles en Afrique subsaharienne a augmenté de 44%, comme le souligne le Rapport 2012 (.pdf) de l’Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne, il importe tout de même de rappeler qu’il s’agit pour la plupart de téléphone dits de première génération. Or, pour ce type d’usage, seuls les smartphones sont appropriés et pour l’instant, leur taux de pénétration sur le continent n’est estimé qu’à 10 à 15 % contre 70% pour les téléphones traditionnels. Ce qui pose un réel problème. Problème auquel viennent s’ajouter ceux du coût de ces services à caractère pédagogique, car les applications et autres services en ligne ne sont pas gratuits. Et qu’en est-il du cadre légal ?

Des politiques nationales TICE inexistantes ou obsolètes

Jusqu’ici, les projets éducatifs utilisant le téléphone mobile comme outils d’apprentissage semblent ne s’inscrire dans aucun cadre légal dans les pays où ils sont mis en œuvre, même si en 2012, comme l’affirmait Shafika Isaacs de SchoolNetAfria, on estimait que 51 des 54 pays africains avaient une forme de politique TIC pour l’éducation. Beaucoup d’entre eux ont également renforcé leurs politiques nationales numériques. Des politiques qui pour la plupart, mettaient en évidence l’importance d’investir dans les technologies éducatives comme un moyen d’augmenter la compétitivité économique globale dans une économie croissante basée sur le savoir.

Malheureusement, on constate que beaucoup reste encore à faire, car jusqu’ici, et dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne notamment, les politiques nationales mises sur pied, limitent l’utilisation des TIC à des fins pédagogiques dans le domaine de l’éducation, à la seule création de salles multimédias équipées d’ordinateurs dans les établissements d’enseignement secondaire (pour la plupart). Des salles visant à permettre aux élèves de suivre des cours d’informatique ou effectuer des recherches en ligne, lorsqu’ils sont connectés à Internet. En ce qui concerne l’usage spécifique des téléphones mobiles, aucune politique.

Et même les nombreuses publications de l’UNESCO dans ce domaine, ne semblent pas en inspirer plusieurs.

Au final, beaucoup reste encore à faire donc. Car, si les téléphones portables sont des outils véritablement révolutionnaires, il importe de pouvoir se les approprier afin d’en faire de véritable outils d’apprentissage. Le développement du continent en dépend aussi.

 

Références :

- Maire, Sylvain et Castro, Christophe, in Le mobile à l’école africaine, Inriality, 12 septembre 2013. Lien : www.inriality.fr/education/mobile/afrique/le-mobile-lecole/

- Trucano, Michael, in A few myths and misconceptions about digital teaching and learning materials in Africa, EduTech, 30 septembre 2013. Lien: http://blogs.worldbank.org/edutech/myths-digital-materials-africa?cid=EXT_WBBlogSocialShare_D_EXT

- Alias, Antoine, in Les avantages du m-learning, Antoine et le m-learning, 21 novembre 2011. Lien : http://antoine-alias.blogspot.com/2011/11/les-avantages-du-m-learning.html

- Boyes, Marcus in 24 benefits of mobile learning, eLearningnetworks, 07 décembre 2011. Lien:  http://insights.elearningnetwork.org/?p=507

- Chetty, Lee-Roy in The social (studies) network: Africa’s cellular education revolution, The Christian Science Monitor, 09 avril 2013. Lien: http://www.csmonitor.com/World/Africa/Africa-Monitor/2013/0409/The-social-studies-network-Africa-s-cellular-education-revolution?nav=88-csm_category-secBlogs

- Valdivieso, Luisa Valdes- et Penteriani, Gaia in Rapport 2012 de l’Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne, Novembre 2012.

- Baisser le prix des smartphones pour accélérer la pénétration d’internet en Afrique, Telecom Review, consulté le 14 octobre 2013. Lien : http://www.telecomreview.info/index.php?option=com_content&view=article&id=293:baisser-le-prix-des-smartphones-pour-accelerer-la-penetration-dinternet-en-afrique&catid=1:latest-news&Itemid=62

- Interview de Skafika Isaacs sur ActualiTICE, publié le 15 avril 2012. Lien : http://www.actualitice.fr/dossiers/%C2%AB-51-des-54-pays-africains-ont-une-forme-de-politique-tic-pour-leducation-%C2%BB-shafika-issacs-elearning-africa

- Unesco, Les TIC dans l’éducation, UNESCO. Consulté le 15 octobre 2013. Lien : http://www.unesco.org/new/fr/unesco/themes/icts/m4ed/mobile-learning-resources/unescomobilelearningseries/

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Julie Tardy
  • 7 mars 2014 à 13 h 01

Une question de matériel?

Bonjour, Revenant il y a peu d'Afrique de l'Est où au final je suis restée 7 ans, il me semble important déjà de constater que certes les téléphones mobiles sont très répandus, mais sont-ils tous à même de recevoir du contenu numérique?

Personnellement, et je n'ai pas été seule, j'ai passé toutes ces années avec Nokia dont la technologie ne supportait ni les mp3 ni les fichiers images, alors java... car ce matériel permet d'avoir une durée d'alimentation de plusieurs jours (et vu les pannes de courants, c'est important).

J'aurais encore envie de parler des réseaux téléphoniques et internet, de l'adaptation au contexte des applis proposées mais ça serait très long. Sujet passionnant donc, je continue à suivre ça de près.

Répondre