Par Philippe Menkoué  | p.menkoue@cursus.edu

Repenser l’usage pédagogique du téléphone mobile

Créé le mardi 5 novembre 2013  |  Mise à jour le mercredi 4 décembre 2013

Repenser l’usage pédagogique du téléphone mobile

S’il est de notoriété que la démocratisation des téléphones intelligents et autres tablettes (dans les pays du Nord en l’occurrence), contribue à faciliter l’accès aux informations, il importe tout de même de rappeler que tout dépend de l’usage que chaque utilisateur en fait. A ce propos, les habitudes d’usage des utilisateurs de smartphones contribuent-ils réellement à les instruire davantage ? La vulgarisation des smartphones contribuera-t-elle réellement à faciliter l’accès à l’éducation dans les pays en voie de développement ? Autant de questions et bien d’autres restées sans réponse jusqu’ici, en dépit des discours qui transforment les histoires singulières en généralités .

 

Réviser quelques idées reçues sur l’usage pédagogique du téléphone mobile

De prime abord, il importe de préciser dès le début de cet article, qu’il n’est point question ici de présenter une énième fois, des projets visant une intégration du numérique et des TICE dans les écoles ou universités, mais de présenter quelques limites et idées reçues sur l’usage pédagogique des téléphones mobiles.

La vulgarisation des TIC et la démultiplication des supports d’apprentissage qu’elle entraine, nous amène à revoir sans cesse les moyens et méthodes d’apprentissage, à réinventer notre manière d’apprendre. Et si, en matière d'apprentissage mobile (m-learning), les téléphones intelligents ont supplanté les ordinateurs portables, comme le disait Alexandre Roberge dans un article de 2011, ce n’est pas un pur hasard. Ces derniers, de par leurs nombreuses fonctionnalités et les possibilités qu’ils offrent en termes d’apprentissage, sont régulièrement plébiscités et présentés comme le symbole de l'apprentissage nomade.

Mais faut-il le rappeler toutefois, s’ils favorisent l’accès à l’éducation, les smartphones ne sont pas conçus pour être utilisés prioritairement à de telles fins, car il s’agit d’abord et avant tout d’outils de communication et leurs usages à des fins pédagogiques, sont assez souvent limités.

 

De la responsabilité des usagers eux-mêmes

“Nombre des comportements émergents que nous avons célébrés sur l’internet, ne vont pas pouvoir être transposés facilement dans un monde centré autour du mobile”, signalait Ethan Zuckerman, dans un article paru sur le site InternetActu.net. Car, apprendre à partir d’un téléphone mobile nécessite bien des dispositions particulières. Des dispositions que nombre d’usagers ont du mal à mettre en pratique.

Dans son article Six mobile myths, Linda Matthews recense quelques mythes sur les usagers des smartphones aux Etats-Unis, se basant sur des études très sérieuses, dont les résultats pourraient très bien s’appliquer à d’autres pays du Nord comme du Sud. D’après cette journaliste, malgré leur banalisation (de leur usage tout au moins), les smartphones ne semblent pas vraiment contribuer à renforcer le m-learning. Car, si l’on est presqu’en permanence connecté, c’est beaucoup moins pour « apprendre » (au sens académique du terme) que pour communiquer et s’informer. Et quand bien même l’on prétend se connecter à des fins pédagogiques, le caractère multitâche de ces appareils devient un problème car, ils finissent par être distrayants, du fait d’être connecté à plusieurs applications au même moment qui pour la plupart sont lancées automatiquement à l’allumage (pour ceux qui se permettent encore de les éteindre). Comment bien apprendre dans de pareilles conditions, si tant il est vrai qu’apprendre nécessite une certaine concentration ?

De même, la mobilité des usagers de smartphones, fait en sorte que l’usage des smartphones est parfois considérablement réduit à une sorte de passe-temps, à un usage secondaire qui leur permet de se distraire entre leurs diverses sollicitations.

Ainsi, bien qu’étant de véritables « outils d’apprentissage » en théorie, leur usage beaucoup plus accessoire par la majorité des utilisateurs, laisse songeur. Et les pays en développement ne semblent pas échapper à cette mouvance.

 

Quid des pays en développement ?

Bien qu’ils ne soient pas aussi répandus que dans les pays dits développés, les téléphones intelligents ne cessent de gagner du terrain en Afrique. Comme l’affirmait Jean-Yves Ollivier, en Afrique « le portable a supplanté des urgences qu'on croirait plus vitales que le besoin de téléphoner ». Cependant, aucune étude n’indique les effets de ce phénomène sur l’amélioration du niveau d’instruction des Africains de manière générale, jusqu’ici. Ainsi, à l'heure où l’on avance que le m-learning pourrait jouer un rôle important dans l’avenir de l’éducation sur le continent, il serait peut-être judicieux de revoir les rapports de ces Africains (et pas seulement) aux TIC. Car après tout, ce n’est pas le mobile qui donne de la valeur à l’apprentissage, mais l’apprenant lui-même.

Il est assez regrettable que le succès commercial de ces téléphones intelligents et autres tablettes numériques, ne soit pas vraiment accompagné d’un succès similaire sur le plan éducatif. Mais nous touchons ici aux représentations que les usagers se font de leurs appareils. Ils ne les ont pas achetés pour apprendre... et ce n'est pas dans cette perspective qu'ils leur ont été vendus, loin de là. 

Références :

- Roberge, Alexandre in L’école partout, tout le temps et à portée de main avec le téléphone, Thot Cursus, 18 septembre 2011. Lien : http://cursus.edu/dossiers-articles/dossiers/40/learning/articles/17529/ecole-partout-tout-temps-portee-main/

- Guillaud, Hubert in Mythes et réalités des usages mobiles dans les pays en développement (1/3) : le mobile n’est pas l’internet… hélas, InternetActu.net, 10 novembre 2009. Lien : http://www.internetactu.net/2009/11/10/mythes-et-realites-des-usages-mobiles-dans-les-pays-en-developpement-13-le-mobile-nest-pas-linternet-helas/

- Matthews, Linda in Six mobile myths, UX Magazine, 11 octobre 2013. Lien : http://uxmag.com/articles/six-mobile-myths

- La Gazette de la Grande île, in Marché des technologies: 60% raflés par les tablettes et smartphones, La Gazette de la Grande île, 23 août 2013. Lien : http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=33818:marche-des-technologies-60-rafles-par-les-tablettes-et-smartphones&catid=45:newsflash&Itemid=58

- Ollivier, Jean-Yves in Afrique : la révolution par le téléphone, Le Huffington Post, 29 septembre 2012.  Lien : http://www.huffingtonpost.fr/jean-yves-ollivier/technologie-telephone-afrique_b_2205213.html

Illustration : Maksim Kabakou, Shutterstock.com

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Antoine MIAN
  • 9 mars 2014 à 12 h 12

Enseignats-Chercheur

Bonjour, Une étude que j'ai faite sur l'apprentisage mobile en formation initiale des enseignants à l'ENS d'Abidjan est consultable ici

http://www.frantice.net/document.php?id=545.

J'ai réalisée une séconde avec des formateurs des maîtres des CAFOP qui est sous presse...

Répondre