Par Denys Lamontagne  | direction@cursus.edu

Usé peut-être, mais pas obsolète à 65 ans

Créé le lundi 3 février 2014  |  Mise à jour le lundi 3 février 2014

Usé peut-être, mais pas obsolète à 65 ans

Est-on usé ou obsolète à 65 ans ?

On se doute bien que si la réponse possède une corrélation avec l’âge, elle est ni évidente ni systématique.  Quand on ne peut plus tenir le rythme de l’effort ou du rendement que l’on soutenait pourtant aisément auparavant on constate l’usure, la fatigue et on espère la retraite, bien méritée où les journées seront plus paisibles. L’obsolescence est plus insidieuse : ce que l’on fait n’est simplement plus pertinent et on peut parfois continuer à le faire pour des raisons qui n’ont plus rien à voir avec la réalité, sans comprendre que ce n’est pas l’usure le problème. On a alors des raisons de craindre la retraite : les liens qui nous relient au monde disparaissent.

En cherchant «Retraite» dans Internet, on constate que l’espace est essentiellement occupé par les considérations économiques et, plus loin, socio-médicales.  Fonds, assurances, rentes, et tout ce qui concerne le fait de quitter son emploi sont au coeur des préoccupations suivi des soucis concernant la dégénérescence et ses implications autant individuelles que sociales.  

La réalité se vit bien loin des chiffres et des conseils des experts. À la retraite, à 10 h 30 un mardi matin gris dans son logement, c’est fou ce que ces considérations ont l’air.  À la retraite il y a changement de statut, de relations et d’activités avec tout ce que ces changements apportent d'incertitudes et de doutes quant à notre capacité à y faire face.  Si on ne peut faire grand chose contre l’usure, on peut heureusement intervenir avec succès contre l’obsolescence, qui n’a rien à voir avec l’âge.  Maintenant que l’on peut choisir des buts qui nous plaisent, avec juste ce qu’il faut de pression si on en veut, le plaisir peut prendre bien des formes. Cependant il faut y mettre un peu d’effort et, dans ce cas, personne ne peut le faire pour nous.

Statut à actualiser

Il n’en tient qu’à peu de choses pour passer du coté des ringards surannés, les «obsolètes». Le terme «retraité» ressemble à un trou noir social qui avale tout sans rien rendre. Alors autant mieux se voir comme «artisan», «horticulteur», «bénévole», «investisseur», «soutien moral» «photographe» ou n’importe quel titre d’activité pratiquée avec plaisir. Plus il y en a, plus on peut prétendre à de reconnaissances et d'estime, ne serait-ce que la sienne propre.

Sans considérer les grands humains qui ont su se renouveler de multiples fois dans leur vie, même à un âge avancé, on peut chacun le faire à notre échelle. Personne n’attend rien des «retraités», le champ est ouvert, y compris le démarrage d'entreprise !  Même si on n’y connaît rien dans un domaine qui nous intéresse, on a rien à perdre d’essayer; on peut commencer par un cours :


Ces cours offrent amplement l'occasion de s'initier avant de se lancer.  Un retraité est assurément plus intéressant avec un autre titre que «retraité»; celui d'«étudiant» a un effet rajeunissant. On peut même s’intéresser à la gérontologie, le sujet prendra de plus en plus d’importance; aucun risque d’obsolescence pour les prochaines années.

Activités et relations

Avec 40 à 60 heures de plus à occuper par semaine, faire la grasse matinée ne suffit habituellement pas à combler le vide, ni non plus nos activités occasionnelles d’avant la retraite, même en les étirant. Le trou noir «retraité» guette et la TV n’attend qu’à nous y aspirer définitivement. De nouvelles activités permettent de rester en orbite. De nouvelles relations nous retiendront dans leur champ affectionnel.

Activités culturelles, sportives et sociales, réseaux sociaux, activité éditoriale, tout sera mieux que la passivité de la télévision, qui est pour l’instant la principale occupation des retraités.  Si actuellement autour de 18 % des retraités participent aux réseaux sociaux sur Internet, 25 % de plus songent à s’y frotter et ce nombre ne fera qu’augmenter avec les années. On reconnaît que les réseaux sociaux virtuels permettent d’entretenir et d’enrichir des liens sociaux, spécialement chez ceux qui sont plus isolés et moins mobiles. (Les seniors et les réseaux sociaux - .pdf)

Mieux que le virtuel, les personnes qui font du bénévolat sont nettement plus occupées que les autres : elles y rencontrent des gens dans des interactions riches qui se répandent dans la sphère domestique. Dans presque toutes les régions, il existe des sites qui regroupent les offres de bénévolat dans différents domaines. Du responsable de club au soutien scolaire en passant par la présence à des conseils d’administration, le champ est vaste et peut s’adapter aux intérêts de quiconque, dans la mesure où on en possède.  De plus, on y offre souvent des formations pour les nouveaux arrivants.

Dans tous les cas la participation à des activités stimule et donne des choses à raconter et à partager… ainsi on demeure intéressant, avec de la substance. Même usé, on demeure apprécié et surtout, pas du tout obsolète.

Comme tous ces ainés qui ont partagé leur sagesse via des textos !

Photo credit: PhOtOnQuAnTiQuE / Foter / CC BY-NC-ND

Références :

Les seniors et les réseaux sociaux - Rapport d'étude - LH2 - 09/2011 - .pdf
http://www.lh2.fr/_upload/ressources/sondages/societe/lh2quintonichopscotchseniorsreseauxsociaux02nov11.pdf

De nouvelles études confirment la haute dangerosité de la télévision - Louise Renard  - International News
http://www.internationalnews.fr/article-29319146.html

(On est apparemment plus actif cérébralement en dormant qu’en regardant la télé; la TV semble très peu appropriée comme activité de prévention de la dégénérescence)

Le Tube - Peter Entell - Présentation Frank Lloyd Wright - Texte explicatif et vidéo.  http://www.daphilda.org/tube/tube2.html

Agence pour la création d'entreprises - APCE - Senior/retraité - Selon l’APCE, 20 % des créateurs d’entreprises ont 50 ans ou plus l'année de la création de leur entreprise, et 7 % d'entre eux ont plus de 60 ans.
http://www.apce.com/cid59137/senior-retraite.html

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire