Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

La fin des écoles est pour demain

Créé le samedi 22 mars 2014  |  Mise à jour le lundi 24 mars 2014

La fin des écoles est pour demain

Vous aimez bien les écoles? Ces lieux où se promènent des centaines d'enfants qui piaillent, lisent et étudient. Profitez-en car d'ici 30 ans, tous ces lieux pourraient bien avoir fermé leurs portes.

C'est du moins ce que présente une frise chronologique créée par Education Futures, un organisme américain s'intéressant à la prospective de l'éducation. La frise commence aux premiers éléments de la scolarisation du 17e siècle, date du premier manuel scolaire, jusqu'à l'année 2045 où le futur de l'apprentissage ressemblerapeut-être davantage à un roman de Philip K. Dick qu'à l'enseignement tel qu'on le prodigue actuellement. Certes, la frise focalise sur les moments-clés du système scolaire américain. mais elle est malgré tout intéressante poru tous, surtout dans sa partie prospective.

L'avènement de l'apprentissage nomade

Alors, où va l'éducation selon les auteurs de cette frise? En 2013, le Web sémantique fait des améliorations considérables et réussit à rassembler des quantités de données astronomiques et les retransmet aux humains par le biais de services comme le Siri d'Apple ou les lunettes Google Glass. En 2015, le président des États-Unis travaillerait à l'équivalent d'un projet Manhattan éducatif. Finie ce que certains appellent l'âge sombre de l'éducation, c'est-à-dire un apprentissage basé sur des tests standardisés.

Deux ans plus tard, l'apprentissage utilisant la réalité augmentée se retrouve dans toutes les classes. L'approche BYOD (Bring you own device) est donc roi et permet d'amener l'enseignement à un niveau supérieur. En 2020, c'est l'ère de la technologie « Knowmad » (jeu de mots usant le terme « know » [connaître] et « nomade »). Déjà, l'école n'est plus l'espace principal de l'éducation. Au revoir instruction fixe, c'est l'heure de l'apprentissage nomade. tout le monde, petit ou grand, apprend tout au long de sa vie à partir grâce aux différents terminaux. L'apprentissage y est régulier, adapté aux compétences de l'apprenant et l'erreur n'est plus considérée comme une "faute", elle est même encouragée.

Le transhumanisme

L'année suivante commencent à apparaître des implants qui permettent à l'humain d'être toujours connecté à la technologie de réalité augmentée. Ce qui occasionne une croissance spectaculaire des capacités intelectuelles. Des enfants de 10 ans sont désormais capables de gagner le prix Nobel de littérature... Conséquemment, les parents n'ont plus aucun intérêt à inscrire leur progéniture à l'école. Conséquence : l'État de New York ferme 80 % de ses écoles. Alors que les machines deviennent de plus en plus intelligentes, les tests de conception génétique se vendent partout. Désormais, les futurs parents peuvent augmenter les capacités physiques et mentales de leur enfant à un niveau jamais vu auparavant et ce, avant même la naissance. Des pays comme la Chine imposent même des amendes aux parents dont la progéniture serait moins brillante que le standard élevé qui a été choisi... Bienvenue au royaume du transhumanisme.

Évidemment, tout cela coûte cher et les inégalités sont loin d'avoir disparu en 2030. Il y a donc une classe de super génies très riches face à des milliards de gens qui n'ont toujours pas accès à l'électricité. D'ailleurs, la frise rappelle qu'en 2012, 1,2 milliard de personnes étaient dans cette situation... Pendant que les plus pauvres luttent pour subsister, la technologie évolue toujours à un rythme d'enfer.

Les professeurs qui n'ont pas fait l'effort de se « mettre à jour » sont renvoyés. En 2033, une tentative de rébellion pour la sauvegarde de l'enseignement traditionnel est vite écrasée. Pendant ce temps, les robots évoluent au point de vouloir même se reproduire. Ils y arrivent, ce qui est l'amorce d'une toute nouvelle ère où ils sont désormais plus nombreux que les êtres humains. Enfin, en 2037, les dernières écoles sont fermées, rendues totalement obsolètes.

Bien sûr, les auteurs l'admettent, les options présentées dans la frise sont radicales. Leur but est de susciter des discussions sur l'avenir de l'apprentissage dans les prochaines décennies. Et même si l'on parcourt la frise avec le sentiment persistant de se trouver en pleine science-fiction, le tout est basé sur des recherches sérieuses qui devraient nous faire réfléchir.

Alors, prospective digne d'un film d'épouvante ou source de réjouissance? La frise d'Education Futures est en tout cas un point de départ pour une discussion sur le futur de l'enseignement et de l'humanité en général.

Illustration : tinta, shutterstock

Corps de l'article : capture d'écran de "The Education Futures -  Timeline of Education"

Références :

Davidenkoff, Emmanuel. "2045, la fin de l'école ?" France Info. Dernière mise à jour : 15 novembre 2013. http://www.franceinfo.fr/education-jeunesse/question-d-education/2045-la-fin-de-l-ecole-1210997-2013-11-15.

Education Futures. "The Education Futures Timeline of Education." Consulté le 18 mars 2014. http://www.educationfutures.com/resources/timeline/.

Moravec, John. "Rethinking human capital development in Knowmad Society." Education Futures. Dernière mise à jour : 21 mai 2012. http://www.educationfutures.com/2012/05/21/rethinking-human-capital-development-in-knowmad-society/.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire