Par Denys Lamontagne  | direction@cursus.edu

Réseaux sociaux et autonomisation des adolescents

Créé le mardi 8 avril 2014  |  Mise à jour le mercredi 7 mai 2014

Réseaux sociaux et autonomisation des adolescents Sunlight throught the hole room - kak2s ShutterStock

Cette intéressante thèse de doctorat de Joelle Bacha pose plusieurs questions en rapport avec l’irruption des technologies (TICE) dans la société, à l’école et dans les vies des jeunes.

L’innovation ouvre toujours des nouveaux espaces de relation et les jeunes sont logiquement les mieux placés pour s’y épanouir. Le cas d’Internet et de la mobilité n’a pas manqué au point où la technologie et la liberté qu’elle apporte sont assez intimement associés dans les esprits.  Affranchis du contrôle des parents, de l’école et de la plupart des autorités, les jeunes peuvent explorer et tester mille et une choses avec l’excitation et les «périls» virtuels sans cesse en création, dont le NekNominate n’est que le dernier en date. 

Bref, si les espaces réels sont contrôlés et surveillés et si ceux qui ne le sont pas demeurent généralement peu accessibles, Internet fournit des espaces à volonté et c’est là que se forment en pleine autonomie l’essentiel des véritables expériences des jeunes.

Là où l’École ne se trouve pas

Pour les jeunes, la préservation de leur espace de liberté est fondamentale et toute entité qui chercherait à le réduire sera confinée. Dans un contexte ou l’École est perçue comme normalisante et contrôlante, il va de soi qu’on ne l’invite pas spontanément et c’est seulement dans la mesure où elle accepte de se départir de ce rôle que l’École peut s’y intégrer avec un statut acceptable dans leur monde virtuel.

«Mais en creusant davantage ce fossé constaté par les chercheurs entre les usages informels et les usages scolaires, l’école ne serait-elle pas entrain d’occulter une réalité au lieu d’en assumer la responsabilité ? 



Sachant que les adolescents n’ont pas encore pleinement acquis la culture ni la maîtrise de ce potentiel sur le plan de la vie privée, de la gouvernance et de l’assistance collective, tenant compte par ailleurs du cadre juridique qui ne les protège pas assez, la liberté dont ils jouissent se heurte en effet à leur capacité à faire des choix adéquats, qu’il serait intéressant d’alimenter par des activités se déroulant dans un cadre plus formel, soutenant aussi l’action éducative parentale ou des actions plus informelles proposées par certains organismes éducatifs.



Et si, plus largement, les usages informels des réseaux sociaux pouvaient s’articuler avec des activités scolaires plus formelles et constituer un réel champ d’apprentissage de l’autonomie et de la citoyenneté à l’école ?»


Officiellement l’école est tenue «de faire acquérir par chaque élève, les compétences lui permettant d'utiliser les TIC de façon réfléchie et efficace et de contribuer à former ainsi des citoyens autonomes, responsables, dotés d’un esprit critique.» mais c’est évidemment la façon de le faire qui compte, sans nier l’intelligence, les capacités et l’autonomie des étudiants.

Télécharger

Réseaux sociaux et autonomisation des adolescents - Joelle Bacha - Mémoire de Thèse - 09/10//2013 - .pdf - 5.3 MB
http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00957080


Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire