Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

Adolescents : surfer ou dormir, il faut choisir

Créé le mardi 22 avril 2014  |  Mise à jour le vendredi 17 octobre 2014

Adolescents : surfer ou dormir, il faut choisir

Notre temps de sommeil diminue régulièrement. En 50 ans, les Français ont perdu une heure de sommeil par jour. Un actif dort désormais moins de 7 heures par nuit, selon les enquêtes les plus récentes. 

Le phénomène touche aussi les enfants et les adolescents. Il n'est pas rare de voir des jeunes dormir profondément pendant les cours. Sans en arriver là, ils sont nombreux à manquer de sommeil : "à 15 ans, 25 % des adolescents dorment moins de sept heures par nuit. Or ils devraient en moyenne dormir neuf heures trente pour être en forme", lit-on sur le site de l'inpes (institut national de prévention et d'éducation pour la santé). 

 

Appareils numériques et sommeil ne font pas bon ménage

Les appareils numériques ont-ils un impact sur le temps de sommeil des jeunes ? Oui, répondent sans hésiter les spécialistes. Pour deux raisons :

D'une part, l'appareil est toujours disponible et il s'y passe toujours quelque chose... La tentation est grande, avant d'aller dormir, de rallumer une dernière fois le smartphone ou la tablette, d'engager un petit bout de conversation avec un ami en ligne et de ne plus prêter attention aux signes qui auraient facilité l'endormissement. Le train est passé, il faudra attendre le suivant !

D'autre part, la lumière bleutée des écrans à LED perturbe la production de la mélatonine, une hormone qui jour un rôle majeur dans le sommeil. Deux heures d'exposition rapprochée a cette lumière fait baisser sensiblement le taux de mélatonine et provoque des difficultés d'endormissement. Le phénomène ne se produit pas face à un téléviseur disposant d'un écran à LED, car le spectateur est placé plus loin; les appareils disposant d'écrans qui ne sont pas éclairés avec des LED n'ont pour leur part pas d'impact sur la production de mélatonine. 

Pour en savoir plus sur cette corrélation entre appareils numériques et temps de sommeil chez les jeunes, le centre de recherche en neurosciences de l'Université de Genève a lancé un vaste projet de recherche intitulé "La face cachée du sommeil", qui se déroule sur l'année scolaire 2013-2014. Le projet comprend deux volets : une enquête approfondie sur les habitudes de sommeil des adolescents et notamment le lien entre l'usage des objets numériques et le sommeil; un volet pédagogique, matérialisé par des conférences, des animations, des distributions de brochures... auprès des élèves âgés de 8 à 19 ans, afin de leur faire mieux connaître le phénomène du sommeil et son importance pour la vie quotidienne.

La Radio-télévision Suisse Romande a préparé un intéressant dossier multimédia présentant ce projet et la problématique du sommeil chez les adolescents. Deux des reportages vidéos sur les trois sont accessibles hors de Suisse. Le dossier comprend en outre une foule d'autres ressources : idées reçues sur le sommeil, questions-réponses, etc.

 

Les conséquences du manque de sommeil

Car ne pas dormir, ou ne pas assez dormir, se paie, et parfois cher. "Le manque de sommeil entraîne fatigue, irritabilité et somnolence. Il agit sur l’humeur et sur les performances scolaires (trouble de l’attention et de l’apprentissage puisque la mémorisation se fait majoritairement lors du sommeil paradoxal), mais aussi sur les défenses immunitaires. Il est susceptible de provoquer des malaises, des vertiges, des accidents de deux-roues... Il affecte aussi la santé des adolescents en limitant la production d’hormones de croissance, en réduisant l’élimination des toxines, en perturbant la glycémie au risque de favoriser le surpoids et le diabète", nous rappelle encore l'inpes. On le constate, la solidité des apprentissages dépend pour une part non négligeable de la durée des phases de sommeil paradoxal que connaît la personne. Ne pas assez dormir, c'est être fatigué et donc moins concentré dans la journée, mais c'est aussi ne pas donner au cerveau le temps de digérer pendant la nuit tout ce qui lui a été présenté pendant la phase d'éveil. Le lien entre manque de sommeil et surpoids est également bien connu : pour lutter contre la fatigue consécutive à un manque de sommeil, on avale des aliments fortement énergétiques et ce, plusieurs fois par jour si nécessaire... 

Comment renverser la tendance du raccourcissement continu du temps de sommeil des adolescents ? Tant que les enfants sont jeunes, il revient aux parents d'imposer des règles : heure de coucher, activité physique régulière, limitation de l'usage des appareils numériques en soirée. Plus grands, ils cherchent au contraire à repousser leurs limites, notamment en "tirant sur la corde" du manque de sommeil. De très nombreuses ressources existent pour évaluer ses besoins en sommeil et mieux connaître son utilité.

 

Retarder l'heure du début des cours

Mais il faut aussi admettre que le rythme veille-sommeil de l'adolescent n'est pas celui de l'adulte, physiologiquement parlant : son horloge biologique est décalée de plus d'une heure... Ne nous étonnons donc pas de le voir si peu éveillé à 8 heures le matin ! On verra dans l'un des reportages proposés par la TSR qu'un collège anglais a pris acte de cette réalité et a repoussé le début des cours à 10 heures du matin... Avant d'abandonner l'expérience, sous la pression des parents.

Modification des horaires scolaires d'un côté, limitation des séances nocturnes de chat Internet de l'autre : ce n'est pas la panacée mais un bon début pour que les adolescents dorment mieux, apprennent mieux... et soient moins maussades face aux adultes !

Références :

Inpes. "Actualités 2013 - Les adolescents se couchent trop tard…." 24 octobre 2013. http://www.inpes.sante.fr/30000/actus2013/041-sommeil-ados.asp 

Réseau Morphée, un réseau de santé pour vous aider à mieux dormir. "Télé et ordinateur : les faux amis du sommeil." Consulté le 22 avril 2014. http://www.reseau-morphee.fr/le-sommeil-et-ses-troubles-informations/le-sommeil-selon-le-profil-enfant-ado-senior/lenfant/faux-amis-du-sommeil.

Raffin, Romy. "L'utilisation excessive des tablettes nuit au sommeil." LeFigaro.fr - Santé. 30 août 2012. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/08/30/18906-lutilisation-excessive-tablettes-nuit-sommeil.

University of Geneva - Geneva Neuroscience Center. "La face cachée du sommeil - Un projet pour les écoles sur le sommeil des enfants et des jeunes." Consulté le 22 avril 2014. http://neurocenter.unige.ch/sommeil.php.

rts.ch. "Dossier Le sommeil." Consulté le 22 avril 2014. http://www.rts.ch/decouverte/sante-et-medecine/corps-humain/sommeil/.

Illustration : sabphoto, Shutterstock.com

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire