Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah  | info@cursus.edu

Bouger les meubles dans ma classe ? J'en rêve...

Créé le lundi 23 juin 2014  |  Mise à jour le mercredi 24 septembre 2014

Bouger les meubles dans ma classe ? J'en rêve...

Dans le monde de l'éducation, le débat ne porte pas seulement sur l'innovation pédagogique ou technologique. Le design scolaire (découpage du temps, organisation de l'espace...) est lui aussi sujet à différentes controverses, notamment sur l'opportunité de le modifier ou non avec en toile de fond des préoccupations liées certainement à l'efficacité des apprentissages.

 

Le statut quo de la salle de classe

Hormis sur les terrains d’expérimentation, la salle de classe n’a pas connu un grand changement depuis plus d'un siècle. Elle est faite d'alignements de chaises et de tables (ou de tables-bancs) disposés en rangs d'oignons face à un tableau et c’est ce qui la distingue de toute autre salle dédiée au travail.

Au fil des ans, la nature des composantes a évolué. On a connu le tableau noir, le tableau vert ou encore le tableau blanc, parfois numérique. Le mobilier initial en bois est devenu pour partie métallique. Cependant la disposition est restée la même. « Des élèves deux par deux ou un par un, les uns derrière les autres, les regards soit tournés vers l’avant (leur professeur ou le tableau) soit vers leur cahier ou leur livre. »

Toute tentative de changement de cette disposition se solde par un échec, explique Louise Tourret : « Changer les choses signifient parfois affronter ses collègues, sa hiérarchie, devoir convaincre les parents. Car, finalement, les représentations du “bon ordre” pédagogique semblent encore solidement ancrées dans les esprits, et pas seulement les esprits des enseignants ».

Toutefois, il est indéniable que les défenseurs du statut quo se trouvent plus du côté des enseignants que de tout autre acteur. On constate que dans la mesure où aucune règle institutionnelle n’encadre la disposition de la salle de classe, les enseignants ont tout le loisir de la modifier à leur convenance. Sauf que la volonté de changement des uns est bridée par le désir de stabilité des autres.

 

Les évolutions du design scolaire

En matière d'innovation du design scolaire, plusieurs expériences ont été réalisées. D'une manière basique, on a essayé de modifier la disposition des tables-bancs dans la salle de classe. La disposition en U  « pour se voir, pour pouvoir parler, travailler différemment en interaction », connaît un certain succès, l'objectif étant de modifier les rapports entre les acteurs en passant d'une pédagogique verticale à l'horizontale. Mais on constate que cette voloté de dialogue s'oppose à la volonté de contrôle qui justifie les rangs d'oignons.

On a pu aussi coller les tables-blancs entre elles pour constituer des groupes d'élèves. « L'idée c'est la collaboration, le travail en groupe permettant à chacun de travailler mieux et permettant de développer des compétences différentes : esprits d'initiatives, prise de décisions collectives, entraide ».

Au-delà de ces aménagements devenus relativement courants (bien que ponctuels la plupart du temps), on peut mentionner des salles de classes sans tables-bancs où les élèves sont assis à même le sol autour du prof avec des marquages au sol. Une variante étant de faire asseoir les élèves sur des coussins. Une version améliorée du coussin est le rocking chair installé dans une école de Pennsylvanie pour permettre aux élèves de se balancer. « Le mouvement de bascule calme le cerveau, facilite la concentration et favorise la pensée logique. » Aussi simple que ça !

 

Les salles de classe de demain

Passé le basique, il existe des dispositions de classe plus complexes prenant appui sur les nouvelles technologies. La première est la salle de classe équipée d'ordinateurs connectés. Mais là encore, on constate des erreurs : par exemple, quand les postes sont installés tout autour de la salle et que les élèves sont tournés vers les murs ! Comment espérer dans ces conditions retenir leur attention ?

Cela semble évident mais il est notable que beaucoup d'établissements scolaires n'ont pas encore réfléchi à cette question. Une variante de la salle informatique est l'équipement des classes habituelles en tablettes tactiles avec un prolongement vers un écran de projection.

Des classes radicalement repensées existent bien : murs écrans, ilôts de travail avec prises et écrans pré-installés, espaces de discussion meublés de fauteuils et tables basses... Nous vous invitons à consulter notre dossier sur l'architecture scolaire pour vous rafraîchir la mémoire à ce sujet.

Il va sans dire que l'environnement dans lequel se déroule l'apprentissage scolaire influence d'une manière ou d'une autre les acteurs. On peut de ce fait faire confiance en ces derniers et leur laisser la latitude de concevoir la salle de classe telle qu'il leur sied. C'est l'objet du Projet "Hack Your Classroom" porté par l'équipe de design scolaire The Third Teacher +. Sur leur site, ils expliquent la méthodologie à suivre pour changer la salle de classe comme cela avait été fait à l'initiative d'Edutopia.

Tout ce qui précède peut sembler futile si on envisage uniquement l'aménagement des classes comme étant une affaire de mobilier ou de rangement. Mais essayez d'apprendre quelque chose de compliqué lorsque vous êtes mal assis pendant plusieurs heures d'affilée, dans une atmosphère bruyante et que vous ne pouvez parler à personne. Vous voyez ? L'aménagement de l'espace a bien un impact sur la qualité des apprentissages. 

Références

Palasse-Leroux, Elodie. "La salle de classe idéale existe: elle est équipée de rocking chairs." Slate.fr. Consulté le 23 juin 2014. http://www.slate.fr/story/88293/salle-de-classe-ideale-rocking-chairs.

The Third Teacher +. Consulté le 23 juin 2014. http://thethirdteacherplus.com/index/#/remake-class/.

Tourret, Louise. "Nos salles de classe ressemblent toujours à celles de nos aïeux. Et ce n'est pas près de changer." Slate.fr. Consulté le 23 juin 2014. http://www.slate.fr/story/88295/nos-salles-de-classe-ressemblent-toujours-celles-de-nos-aieux.

photo : Thomas Favre-Bulle via photopin cc

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire