Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah  | info@cursus.edu

Les rêves américains du e-learning

Créé le mardi 24 juin 2014  |  Mise à jour le mercredi 24 septembre 2014

Les rêves américains du e-learning

Le rêve américain est l'idée selon laquelle n'importe quelle personne vivant aux États-Unis, par son travail, son courage et sa détermination, peut devenir prospère. En matière d'e-learning, ce rêve est tout autre. Il s'agit ici des prédictions faites au fil des ans sur l'enseignement via les technologies.

Le syndrome Edison

Le romancier Albert Robida est l'un des tout premiers à rêver de l'enseignement à distance par le moyen des technologies. Dans Le Vingtième Siècle. La vie électrique, le troisième ouvrage de sa trilogie d'anticipation, il évoquait la possibilité d'apprentissage avec le téléphonoscope. Selon lui, le téléphonoscope serait "un écran mural plat qui diffuse les dernières informations à toute heure du jour et de la nuit, les dernières pièces de théâtre, des cours et des téléconférences".

Cette idée est partagée par l'inventeur américain Thomas Edison mais à partir de son phonographe qui pensait-il pourrait bien servir à l'enseignement des langues en jouant le rôle d'un livre parlant pour les aveugles, les illettrés ou encore les personnes qui apprécient de se faire faire la lecture par des experts en diction.

Le même Edison a imaginé plus tard que les films, ou le cinéma d'une manière générale, pourrait se substituer à l'enseignement classique. "Les livres seront bientôt obsolètes dans les établissements scolaires. Les élèves apprendront par lʼœil. Il est possible dʼenseigner toutes les branches du savoir humain en se servant du film. Notre système scolaire sera complètement transformé dans dix ans" prédisait-il en 1913.

Finalement, on a qualifié de syndrome d'Edison tous les rêves déterministes du changement de l'école par les technologies dans la mesure où ils ont toujours cours.

Les prédictions américaines

Aux Etats-Unis particulièrement, le début des années 2000 a été marqué par différentes prédictions sur le e-learning. Alain Chaptal en décrit les grandes caractéristiques dans un article.

  • l'individualisation des curricula et des cours ainsi que la modularisation des contenus,
  • la mutualisation des ressources reposant sur leur standardisation,
  • la conception des curricula et des ressources de cours par des équipes pluridisciplinaires dans lesquelles on trouve des techniciens, des documentalistes, des développeurs etc.,
  • la transformation radicale des scénarios pédagogiques par l'alternance des lectures, des simulations, des sessions interactives, des discussions de groupe et des travaux collaboratifs,
  • le changement du rôle d'enseignant en un mentor ou un facilitateur,
  • la division du travail de l'enseignant en plusieurs rôles notamment ceux d'expertise de contenu, de tutorat, de responsabilité pédagogique, de responsabilité scientifique,
  • l'intervention de l'enseignant à la demande et non suivant un emploi du temps fixe.

On pourrait se demander ce que sont devenus ces rêves après une décennie. Certains se sont réalisées partiellement et d'autres pas encore. Force est de reconnaître que la révolution pédagogique annoncée ne s'est pas produite. Toutefois le e-learning demeure une réalité bien ancrée mais évolutive. La centration sur l'apprenant, les MOOC et tous les autres phénomènes de e-learning dont on parle ces dernières sont une preuve de cette évolution mue par "la volonté d'améliorer l'existant et le souhait d'innover pédagogiquement et organisationnellement via la technologisation".

Chaptal, Alain. "États-Unis : le e-learning et le syndrome d'Edison." Cairn.info. Consulté le 24 juin 2014. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DIS_043_0281.

Illustration : Horoscope, Shutterstock.com

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire