Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

Les MOOC francophones en un coup d'oeil

Créé le lundi 15 décembre 2014  |  Mise à jour le lundi 15 décembre 2014

Les MOOC francophones en un coup d'oeil

Les MOOC, on ne parle que de ça, presque trop, mais bien malin celui qui peut nous dire comment se porte l'offre de MOOC en français, au niveau global.

Vincent Datin, initiateur du célèbre annuaire de MOOC MOOC francophone et par ailleurs collaborateur de Thot Cursus, vient pallier à ce manque en publiant un baromètre trimestriel qui, sous la forme d'une infographie consultable en un clin d'oeil, nous apporte des informations sur les points suivants :

  • Le nombre de MOOC en français disponibles sur la période considérée;
  • Les disciplines les plus investies;
  • Les plateformes les plus actives;
  • La durée moyenne des MOOC en service;
  • La charge de travail moyenne demandée aux apprenants;
  • La part de nouveaux MOOC dans l'offre, et leur configuration (en session / ouverts toute l'année). 

Si l'on reprend ces informations une par une, voici ce que l'on constate.

Le nombre de MOOC en français disponibles augmente sans cesse : entre septembre et novembre 2014, 80 cours étaient disponibles. Nous verrons si ce dynamisme se poursuit en 2015, en dépit de l'absence d'un modèle économique clair, qui fait qu'actuellement les établissements producteurs de MOOC ne gagnent pas d'argent avec.

Quatre champs disciplinaires, sur les 16 que recense MOOC francophone, absorbent à eux seuls plus de 50 % de l'offre. Il s'agit de l'informatique (20 %), de l'entrepreneuriat et du coaching (14 %), de la conception multimédia (10 %) et du marketing / communication (7 %). La formation des enseignants arrive en 7eme position; les langues, en 13eme et les arts et la littérature sont lanterne rouge, à la 16eme place. Quand on voit l'engouement suscité par le MOOC sur l'Impressionnisme (plus de 13 500 inscrits à ce jour) distribué par la RMN - Grand Palais et Orange, l'on peut avancer sans grand risque de se tromper qu'il y a au moins autant de potentiel de croissance dans l'exploration de champs jusqu'alors peu investis que dans l'imitation de ce qui marche déjà bien, surtout que des leadership disciplinaires apparaissent, comme celui d'Open Classroom sur l'informatique.

Les plateformes elles aussi se sont multipliées mais trois d'entre elles tirent leur épingle du jeu : FUN (France Université Numérique), la plateforme dédiées aux établissements publics d'enseignement supérieur français; Open Classrooms, entreprise privée française spécialisée dans l'informatique, bénéficiant du considérable patrimoine amassé sur l'ex Site du Zéro et qui élargit progressivement son offre; Coursera enfin, la plateforme américaine qui accueille les établissements prestigieux du monde entier, tels que l'Ecole polytechnique, Sciences Po, l'ESSEC... en France. Des plateformes gérées par des startups (Canvas par Unow par exemple, edX par Neodemia) ou par des entreprises (solerni par Orange) n'ont pas encore fait la différence. Nous verrons quelles seront leurs performances en 2015. 

La durée moyenne des MOOC raccourcit : 80 % d'entre eux se déploient sur 3 à 8 semaines. Souvenons-nous qu'au début du mouvement, le MOOC de 12 semaines, calqué sur le semestre universitaire, était la norme. Mais la volatilité extrême du public incite aujourd'hui les concepteurs à concentrer leurs cours sur une période réduite, au risque parfois de ne pas laisser le temps au participants de s'installer dans leur cours. 

La charge de travail proposée aux participants, elle, reste stable : moins de quatre heures en majorité, avec 50 % des cours demandant 3 ou 4 heures de travail hebdomadaire. Ce qui représente quand même deux soirées, une grosse demi-journée ou encore de multiples moments volés à des emplois du temps déjà surchargés... quand le contenu du cours est suffisamment fragmenté pour être consulté de la sorte.

La conception d'un MOOC est vue comme un investissement à rentabiliser : plus de la moitié des MOOC en sont à leur deuxième distribution, voire plus ! Et déjà, un tiers des cours massifs proposés sont ouverts toute l'année. Ce qui ne manquera pas de poser quelques questions stimulant la créativité des concepteurs : comment entretenir une communauté significative d'apprenants dans la durée ? Comment assurer la maintenance des MOOC, année après année ? Quid des MOOC dont le concepteur / enseignant principal change d'établissement ou de fonction ? 

Cette infographie s'adresse autant aux apprenants potentiels, qui apprécieront les informations concrètes relatives au temps de travail, aux disciplines, etc. qu'aux concepteurs souhaitant se lancer dans l'aventure des MOOC. On suivra avec grand intérêt l'évolution des chiffres au fil des trimestres ! 

Datin Vincent : Le baromètre trimestriel des MOOC francophones. 12 décembre 2014. http://mooc-francophone.com/le-barometre-trimestriel-des-mooc/ 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire