Par Philippe Menkoué  | p.menkoue@cursus.edu

Réaliser la promesse non tenue de «L'éducation pour tous»

Créé le mardi 10 février 2015  |  Mise à jour le mardi 10 février 2015

Réaliser la promesse non tenue de «L'éducation pour tous»

A quelques mois de l’échéance, des fameux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), l’heure est aux bilans certes, mais pas que. Il est aussi et surtout question d’envisager l’après-2015, et ce dans tous les domaines, notamment ceux méritant une attention toute particulière comme l’éducation.

Le signal d’alarme est donné

C’est du moins ce que laisse croire le dernier Rapport de l’Unesco présentant les résultats de l’initiative mondiale en faveur des enfants non scolarisés, publié en janvier 2015. Intitulé Réaliser la promesse non tenue de l’Éducation pour tous, ce rapport dresse un état des lieux (peu reluisant) de la situation des enfants non scolarisés à travers le monde. L’on apprend ainsi par exemple que 58 millions d’enfants âgés en 6 et 11 ans sont toujours non scolarisés dans le monde ; qu’en 2012, 63 millions d’adolescents à travers le monde, n’ont pas pu suivre des études secondaires ou qu’au Nigéria encore, « les deux tiers des enfants d’âge primaire vivant dans les ménages le plus pauvres sont non scolarisés et presque 90 % d’entre eux n’iront probablement jamais à l’école ».

Des chiffres alarmant certes, mais qui masquent bien des avancées observées notables, car malgré tout, entre l’année 2000 et 2012, le taux d’enfants d’âge primaire non-scolarisés est passé de 15 à environ 8% par exemple.

De quoi nous amener à réfléchir, à nous interroger et surtout à nous rendre à l’évidence : l’éducation primaire universelle à l’horizon 2015 ne sera pas effective.

Mais, au-delà de ces statistiques, le rapport met en lumière les obstacles à la réalisation d’une éducation universelle pour tous, car il est bien question d’être humains avant tout. Pauvreté, discrimination sexuelle, traditions, conflits armés, handicaps et j’en passe. Les facteurs qui influent sur les possibilités scolarisation des enfants. Car en effet, comment s’attendre à ce qu’un enfant termine le cycle primaire, lorsqu’il vit dans une région en proie à un conflit armé ou qu’il doive parcourir plusieurs kilomètres chaque matin pour se rendre dans une école, par exemple ?

De même, l’absence de données et le problème de leur fiabilité (lorsqu’il en existe) affecte considérablement les efforts des gouvernements à initier des programmes de qualité en vue d’un accès universel à l’éducation dans leurs pays respectifs.

Fixer un nouveau cap ?

Alarmiste certes, mais ce rapport se veut surtout réaliste. Tel un véritable plaidoyer pour une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des enfants en âge scolaire et un rappel sur l’importance de les scolariser.

A l’heure où l’on s’attèle à définir de nouveaux objectifs de développement pour la période 2015-2030, il s’avère important pour les gouvernements et autres instances de décision, de mettre en place des programmes plus spécifiques, mieux ciblés et tenant compte des particularités de chaque contexte. Car, comme le rappellent Irina Bokova (directrice générale de l’UNESCO) et Anthony Lake (Directeur Général de l’UNICEF) dans leur avant-propos, l’éducation est « le moyen le plus fiable pour se sortir de la pauvreté et un chemin crucial vers l’amélioration de la santé et de la productivité des citoyens et vers le renforcement des sociétés ».

Plus que jamais, il est temps d’agir. De se fixer de nouveaux objectifs plus réalistes certes, mais aussi, d’envisager des stratégies efficaces pour les atteindre. Après tout, Nelson Mandela ne disait-il pas que : «l’éducation est l’arme la plus puissante que l’on puisse utiliser pour changer le monde » ?

 

Référence

- Institut de la Statistique de l’UNESCO. Réaliser la promesse non tenue de l’Éducation pour tous. Janvier 2015. Lien (à télécharger gratuitement) : http://www.uis.unesco.org/Education/Documents/oosci-global-exsum-fr.pdf

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • voizonex.nehio.fr
  • 11 février 2015 à 06 h 06

Mouais

Je trouve que l’éducation récompense faussement les enfants sur leur obéissance et leur capacité a retenir et non leur intelligence, ce qui est un grand grand problème, plus grand que l’accès a l’éducation pour tous.

Répondre