Par Nicolas Le Luherne  | n.leluherne@cursus.edu

Différencier l’évaluation pour libérer l’évalué.

Créé le lundi 23 février 2015  |  Mise à jour le vendredi 6 mars 2015

Différencier l’évaluation pour libérer l’évalué.

Pour beaucoup d'apprenants l’évaluation est un lieu du chaos. Elle n'a pas de sens pour eux.  Ils la subissent et finalement la rejettent. Comme on peut le lire dans la quatrième de couverture du livre Nudge : la méthode douce pour inspirer la bonne décision :

« Quand les choses se compliquent, les simples mortels se prennent les pieds dans le tapis ».

Le nudge est un petit coup de pouce pour aider l’apprenant à se lancer dans l’activité. Ainsi, on peut lire dans l’introduction du livre

« de petits changements du contexte peuvent exercer une grande influence sur les enfants, comme sur les adultes dans le bon et le mauvais sens ».

L’évaluation mal expliquée, une aide mal venue sont souvent stigmatisantes. La réussite est donc un enjeu de la communication comme le système de sms mis en place aux Etats Unis pour aider les élèves en difficulté. Il convient donc de réfléchir au type d’organisation efficiente pour l’élève.

L’évaluation comme un marathon…

Un parcours d’apprentissage se fait sur le temps long. Il convient de le penser pour l’apprenant comme pour le formateur par le prisme de l’objectif final. Comme le marathonien quand il met en place son programme de préparation, il convient de réfléchir le parcours sous forme de rétro-planning.

Après avoir fait un état des lieux de ses performances, le coureur à pieds met en place des stratégies de réussites : fractionner, course longue, course courte, fréquence et progressivité de ses entraînements. Encadré par un coach, l’apprenant met donc en place un programme d’entrainement pour la réussite finale.

L’apprentissage comme l’évaluation est un système dynamique. La grille d’entraînement est une grille de compétences en évolution permanente. Elle classe et donc permet à l’élève d’évaluer l’avancée dans son parcours d’apprentissage. Organiser le parcours c’est donc rassurer et libérer.

… une aventure vers la réussite ?

Le plus difficile est de permettre à l’élève de comprendre le sens de l’évaluation, d’avoir une vue objective sur sa courbe de progression. L’acte d’apprendre est un processus dynamique qu’il est difficile d’objectiver quand on n’a pas les clefs.

Brigitte Cervoni a mis en place un système d’évaluation conçu comme un parcours, une forme d’aventure vers la réussite. Elle parle de contrôle expert, savant et explorateur. Il s’agit de faire correspondre à chaque terme un niveau de difficultés décroissant pour l’apprenant. Les consignes sont de moins en moins complexes et plus explicites. Ce type d’évaluation correspond aux étapes de progression qu’un marathonien dresse dans son programme d’entraînement. En effet, la performance dans l’étape ne prend sens que dans la perspective de l’objectif final. C’est, donc, à l’apprenant de choisir l’évaluation qui correspond à son profil. C’est accepter les difficultés et donc poser un regard lucide et bienveillant sur soi pour progresser.

Différencier pour se situer :

Cette procédure demande donc à l’élève de s’impliquer dans le processus dynamique du parcours d’apprentissage. A partir de la grille d’entrainement, il se fixe un niveau de performance à atteindre. Le participant s’évalue sur les objectifs qu’il s’est fixé personnellement. Le formateur / mentor valorise ainsi les performances individuelles et les met en perspectives dans le programme d’entraînement.

Chaque évaluation étape est un jalon de l’aventure. Les éléments de langages sont essentiels et permettent de relativiser l’évaluation en tant que telle. Dans le processus, être explorateur invite à être savant, comme être savant invite à être expert. Ce n’est pas sans rappeler la philosophie du jeux-vidéo. On peut recommencer le jeu autant de fois que l’on veut en augmentant le niveau de difficulté.

Classer sa réussite dans une performance finale à atteindre, se situer par rapport à son propre parcours, envisager son seuil proximal de développement c’est aider l’apprenant à progresser. Finalement différencier, classer l’évaluation est un nudge qui invite l’élève à être autonome et donc à le rendre libre.

Références

Nudge, la méthode douce pour inspirer la bonne décision, Richard Thaler, Cass Sunstein, Vuibert, 2010.
http://www.amazon.fr/gp/product/2266227998

Les Etats-Unis testent les « nudges », des « coups de pouce » aux élèves en difficulté, Fabien Soyez, vousnousils.fr, 20 janvier 2015.
http://www.vousnousils.fr/2015/01/20/les-etats-unis-testent-les-nudges-des-coups-de-pouce-aux-eleves-en-difficulte-561036

 

 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire