Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Des robots pour enseigner les langues

Créé le dimanche 31 janvier 2016  |  Mise à jour le jeudi 3 mars 2016

Des robots pour enseigner les langues

Un robot qui remplace un professeur. Pour certains, il s'agit d'un rêve. Après tout, pas besoin de payer les robots et il serait aisé de leur téléverser toutes les informations qu'ils doivent enseigner. Or, jusqu'à maintenant, cela semblait un scénario de science-fiction, une réalité qui n'aura pas lieu avant des décennies encore. Et pourtant…

Afflux massif, soudain et prioritaire

Remettons-nous dans le contexte mondial de 2015. Le conflit syrien dégénère et ils sont nombreux à vouloir quitter le pays. La crise des migrants est sur toutes les lèvres, alors qu'ils sont nombreux à mourir dans cette périlleuse traversée. Éventuellement, certains pays européens décident d'ouvrir leurs frontières. L'Allemagne en accueille près d'un million. Un geste généreux, mais qui a ses impacts.

Soudainement, se trouvent des centaines de milliers d'enfants à qui il faut enseigner la langue germanique afin qu'ils s'intègrent dans leur terre d'accueil. Un problème surtout quand le gouvernement allemand ne veut pas embaucher les 30 000 enseignants nécessaires pour leur transmettre ce savoir linguistique. Heureusement pour eux, un robot pourrait venir combler ces besoins.

Tous sur le tuteur

Le projet L2tor (prononcé El tutor) est une initiative de robotique financée par le programme Horizon 2020 de la Commission européenne. Dès janvier 2016, le consortium dirigée par des universités d'Europe va travailler avec le robot Nao, créé par la firme française Aldebaran Robotics. Ce robot humanoïde est déjà en mesure de stocker des connaissances et de les transmettre à d'autres. Toutefois, pour l'améliorer, différentes facultés vont étudier différents aspects pour l'améliorer.

À Bielefeld en Allemagne, les chercheurs s'intéresseront à son intelligence sociale, à Utrecht (Pays-Bas) ils observeront ses expressions verbales pendant qu'à Istanbul ils chercheront à améliorer ses capacités linguistiques. Enfin, des scientifiques des universités anglaises Plymouth et Tilburg observeront ce qui se passent dans les 3 villes et amélioreront les expressions faciales du petit robot.

L'idée est que Nao devienne véritablement une façon d'apprendre aux 4 à 6 ans les bases de la langue d'accueil des migrants. Ainsi, le robot pourra montrer aux enfants ce qu'ils vont apprendre et déceler les signes physiques qui démontrent un blocage chez l'enfant afin de pouvoir l'aider. Les enfants apprendront sur une tablette qui leur donneront des exercices linguistiques de base. Le robot peut aussi se servir de la tablette pour écrire. En fait, il peut même faire des fautes volontairement afin que les enfants lui disent et confirment leurs acquis.

Patience et persévérance

Éventuellement, les chercheurs souhaitent que les enfants puissent raconter une histoire à Nao à partir d'images affichés sur la tablette. Le robot pourra alors apprécier le talent de composition des petits et les corriger dans certaines fautes qu'il a entendues. Cette solution serait l'idéale, selon le groupe de chercheurs. La machine a les avantages de ne pas être humaine. Elle est patiente, peut fonctionner durant des heures sans se plaindre et, surtout, elle fascine les petits ce qui les aide à se concentrer sur l'apprentissage.

Un support complémentaire

Nul ne sait ce qui ressortira de cette expérience, mais le petit robot enseignant des langues secondes fascinent déjà de nombreuses personnes. Le milliardaire et fondateur de Virgin, Richard Branson, s'est récemment affiché avec le petit robot dans un billet de blogue sur la modernisation de l'éducation. Évidemment, il est encore loin avant que les robots prennent la place des professeurs de langue seconde.

Or, comme l'affirme un des chercheurs du projet L2tor, il y a de quoi intéresser les autorités publiques puisque le coût de Nao est de 6 000$. Un petit prix lorsqu'on le compare avec le salaire annuel d'un enseignant. Alors, la révolution robotique de l'enseignement s'amorcerait déjà? Wirklich, répondraient avec certitude les Allemands.

Illustration : Photodiem, shutterstock

Références

Branson, Richard. "Modernising Education." Virgin. Dernière mise à jour : 8 janvier 2016. https://www.virgin.com/richard-branson/modernising-education#.VpEuM62se54.twitter.

"Can Robot Teachers Become the Next Generation of Language Tutors?" Linguistica International. Dernière mise à jour : 19 janvier 2016. http://blog.linguistica-international.com/can-robot-teachers-become-the-next-generation-of-language-tutors/.

Charmeil, Lara. "Le Robot Français Nao, Futur Prof De Langues Des Enfants De Réfugiés ?" We Demain. Dernière mise à jour : 20 janvier 2016. http://www.wedemain.fr/m/Des-robots-Nao-pour-apprendre-les-langues-europeennes-aux-enfants-de-refugies_a1591.html.

Hodson, Hal. "Robot Language Tutors to Get Kids Up to Speed Before School." New Scientist. Dernière mise à jour : 25 novembre 2015. https://www.newscientist.com/article/mg22830492-500-robot-language-tutors-to-get-kids-up-to-speed-before-school/.

L2tor – Language Robot. Consulté le 25 janvier 2016. http://www.l2tor.eu/.

"Robots to Help Immigrant Children Learn German." CITEC. Dernière mise à jour : 8 janvier 2016. https://cit-ec.de/en/content/news/robots-help-immigrant-children-learn-german.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire