Par Federica Minichiello  | f.minichiello@cursus.edu

Orientations pédagogiques des institutions internationales - Thèse

Créé le dimanche 14 février 2016  |  Mise à jour le mercredi 16 mars 2016

Orientations pédagogiques des institutions internationales - Thèse

Il est reconnu que les organisations internationales jouent un rôle majeur en termes d'orientation des politiques nationales des États.

L'éducation ne fait pas exception : au rythme de 250 rapports par an, l'OCDE et ses consœurs proposent des règles de jeu, des objectifs de performance des systèmes éducatifs et promulguent des concepts à échelle mondiale : le capital humain, l'apprentissage tout au long de la vie, l'approche par compétences, la standardisation des diplômes.

Fortes de leur influence, ces institutions véhiculent-elles des orientations pédagogiques particulières ?
Le chercheur A. Cerqua cherche la réponse au sein de trois structures, particulièrement influentes en éducation : l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Banque mondiale.

Depuis quinze ans, la qualité est devenue une priorité internationale en éducation; l'un des ses principaux leviers est la formation et la motivation des enseignants, comme rappelé par le rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous (EPT) “Enseigner et apprendre pour le développement”.

Les trois organismes à l'étude ont tous mené, dans les dix dernières années, un projet d'envergure dans le domaine :

  1. UNESCO : l'Initiative pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA). Lancé en 2006, ce programme a touché en dix ans 46 pays d'Afrique et prône une approche holistique de la question enseignante : recrutement, formation initiale, reconnaissance des acquis, insertion professionnelle, développement professionnel, statut, rémunération et conditions de travail.

  2. OCDE. L'enquête internationale sur les enseignants, l’enseignement et l’apprentissage (TALIS), portant notamment sur le rôle de la direction, l’évaluation, le développement professionnel, les principes, les attitudes et les pratiques des enseignants (TALIS 2008 et 2013).

  3. Banque mondiale. SABER-Teachers, l'une des treize composantes de l'initiative System Assessment and Benchmarking for Education Results (SABER), visant la collecte et la diffusion de données comparatives sur les politiques éducatives dans plus de 100 pays.

Les résultats

L'analyse documentaire

La recherche s'appuie premièrement sur une analyse documentaire de 117 rapports traitant de la qualité de l'enseignement et la formation des enseignants. Les institutions semblent exploiter assez peu les données probantes de recherche sur l’efficacité de l’enseignement et privilégient une position plutôt neutre, préfèrant aborder des sujets « à la périphérie de la pédagogie » comme la durée de formation, les critères d’admission, etc. On constate toutefois, dans nombreux textes analysés, un discours assez générique en faveur des approches centrées « sur l'apprenant ».

L'UNESCO, par exemple, dans son rapport mondial de suivi de l'EPT (2005), déplore des pédagogies « structurées », bâties sur l'apprentissage par cœur et le rôle plutôt passif de l'élève et considère l'approche centrée sur l’apprenant un « défi à relever », en dépit du fait que les tentatives d'institutionnaliser ce type de pédagogie se révèlent peu concluantes dans des pays du Sud – ressources contraintes, ratios trop élevés élèves/enseignant, manque de qualification...

Les entretiens

En parallèle de l'analyse documentaire, le chercheur a réalisé 15 entretiens individuels auprès du personnel des trois institutions. Parmi les questions: les facteurs qui favorisent ou entravent l'élaboration de nouvelles politiques éducatives, l'existence d'une « politique officielle » en termes de formation des maîtres au sein de l'institution, etc..

La majorité des personnes interviewées confirment la faible expertise en pédagogie au sein de leurs institutions, souvent déléguée à des experts externes. Des contre-exemples existent : la Banque mondiale gère un contentieux après avoir décidé de ne pas financer un projet dont elle ne cautionne pas les principes pédagogiques (approche globale de l’apprentissage de la lecture).

Toutefois, la souveraineté nationale reste la règle : les gouvernements sollicitent les organisations internationales pour encadrer des réformes structurelles, administratives et économiques et ne souhaitent pas d'ingérence dans les curricula.

Pour un expert de l'OCDE, «même si PISA permet à l’OCDE de mettre un pied dans les curricula nationaux, l’organisme n’en touche pour le moment que les marges et maintient sa fonction de conseil à un niveau strictement politique».

Particulièrement fort est le passage d'un entretien où la salle de classe est d'ailleurs assimilée à « la boîte noire ».

Les pistes de travail

Cet article ne peut nullement résumer la richesse d’informations de cette thèse, qui traite à la fois du contexte historique sous-jacent, l’influence de la mondialisation, les liens entre politiques et utilisations de données de recherche et d’autres orientations pédagogiques possibles.

Le chercheur évoque également les limites de son travail, comme l’exhaustivité du corpus documentaire

« il n’est pas évident de prétendre à la représentativité quand tous les documents étudiés annoncent d’emblée que les idées et les opinions qu’ils contiennent ne représentent pas nécessairement celles de l’organisation »

et l’opportunité de développer  davantage la partie « entretiens », ou de cibler des institutions plus « terrain » comme l’UNICEF.  

Sa conclusion est que  

« la pédagogie est à la fois présente et absente des rapports des organismes internationaux » et « On ne peut pas décrire le vide. Juste ses effets ».

L’influence de ces organisations sur les politiques nationales reste cependant une réalité… De quoi susciter de nombreuses interrogations.

Références

A. Cerqua. Les orientations pédagogiques des organisations internationales en matière de formation à l'enseignement. Analyse des discours de l'UNESCO, de l'OCDE et de la Banque mondiale. Université de Laval (2015)

http://www.theses.ulaval.ca/2015/31767/31767.pdf

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire