Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Comment innover ?

Créé le dimanche 6 mars 2016  |  Mise à jour le mercredi 20 avril 2016

Comment innover ?

Le vent chaud de l’innovation gonfle toutes les voiles. Il n’y aurait de meilleur alizé pour progresser dans nos sociétés d’un point de vue environnemental, social ou économique qu’en innovant. Le viatique « innovation », en particulier quand il intègre du numérique, est prescrit à haute dose. Les innovations qu’elles soient incrémentales, de ruptures, sociales, organisationnelles, de produits, de services seraient-elles toutes bonnes à prendre ?

Question de rythme

Entre les discours enthousiastes : des visionnaires, des hommes politiques, des chercheurs, des consultants, des augures promoteurs de la transformation tout azimut, et le besoin de prévisibilité et de sécurité des consommateurs-administrés-citoyens-employés n’y a-t-il pas un écart ?

La vision du bien commun est-elle toujours partagée ? Le rythme des innovations et leurs impacts sur la vie quotidienne sont-ils pris en considération, ou ne sont-ils que les variables d’ajustement d’un profit à partager ? La question qui se pose est aussi comment innover, car selon le chemin adopté le but atteint est radicalement différent ?

Quelles ouvertures ? Quelles modalités de partage ?

La confusion des frontières interne/externe de l’entreprise ou de l’administration, des frontières privées/professionnelles s'amplifie. La porosité des mondes produit la sérendipité. C’est-à-dire la rencontre heureuse d’esprits préparés avec des circonstances. Ces rencontres  favorisent des émergences et démultiplient le potentiel de libération des idées. Il existe aussi des méthodes de transformation  qui chacune à leur façon par une libération guidée ou informelle transforme le monde et produisent des valeurs :

  • Open innovation/innovation ouverte  : cette approche s’appuie sur le partage le plus large d’idées, sous la forme de concours ou boîtes à idées, d’accélération du cycle essai-erreur, le soutien des communautés premières adoptantes, les open-data, les réseaux de partage et de collaboration, ou encore les partenariats avec des sociétés ou entrepreneurs.
     
  • Co-design ou co-conception  : cette approche vise l’innovation collaborative, elle habilite pleinement l’utilisateur final et promeut la maîtrise d’usage. Par un processus d’imprégnation de la vision des utilisateurs très collaboratif elle vise la production d’un prototype, à tester rapidement. Elle mise sur une succession d’itérations.
     
  • La méthode C/K : il s’agit moins d’une approche que d’une théorie de la créativité. Elle prône un espace de réflexion, dont l'architecture est réglée par  une logique des ensembles, partant d'un concept sur lequel le groupe de réflexion va greffer des caractéristiques supplémentaires qui induiront des manques dans l'espace des connaissances. L'augmentation des connaissances permettra à son tour de créer de nouveaux concepts.
     
  • Design thinking : cette méthode favorisant l’innovation se veut la synthèse entre approche analytique et intuitive. Elle est soit pensée comme un processus (comprendre les usagers, définir un point de vue, exprimer un grand nombre d’idées, prototyper et tester) soit comme l’entrecroisement d’espaces.
     
  • Entreprises libérées : l’esprit de l’entreprise libérée réside dans le changement de paradigme de gestion octroyant un  niveau de confiance aux collaborateurs dans leurs choix professionnels. L’entreprise basée sur le comment met son énergie sur le pourquoi. Une telle rupture déboucherait  sur une plus grande implication au travail et de plus forte marge de manœuvre d’adaptation.
     
  • Spiral : la méthode européenne se veut participative, ascendante et collaborative, au service des territoires et du bien commun. Elle est composée d'un cadre méthodologique fait d'outils pour faciliter les processus participatifs locaux et donner de la capacité d'agir aux citoyens et aux professionnels, afin de réaliser la coresponsabilité et faire progresser le bien-être de tous et le respect de l'environnement.

    Elle combine des indicateurs sociaux et environnementaux, et prend en compte le bien-être des générations futures.
     

Les présupposés des approches d’innovation recensées ne tendent pas vers les mêmes finalités. Si elles tendent toutes vers l’ouverture, et les logiques collaboratives, elles assurent la promotion de valeurs et des niveaux d’intégration des usagers très différentes.

Démarches différentes et résultats différents

Rien de commun entre des démarches d’innovation issues, de la recherche, du management,  du marketing produit, qui fait du client un «sparring-partner» utile pour lui vendre in fine le meilleur produit, ou encore l’association des usagers citoyens dans la réalisation d’une vision partagée.

Rien de commun entre la volonté de réduire  le time-to-market d’un produit/service et celle d’inclure le plus grand nombre d’usagers  au bénéfice de l’innovation.

Selon la méthode d’innovation retenue les effets sur la société seront bien différents. Dans tous les cas la formation est appelé à jouer un rôle d’accompagnement, de découverte. Elle se mêle de plus en plus aux processus collaboratifs d’innovation en favorisant des tests et des appropriations précoces.

Illustration : Blackpanter - ShutterStock

Références

Spiral - Réseau français des territoires de coresponsabilité pour le bien-être de tous, pour aujourd'hui et pour demain
https://wikispiral.org

Huit questions sur l'entreprise libérée - Yves Cavarec - Les échos
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-130956-lentreprise-liberee-a-t-elle-un-avenir-1109689.php

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Patrice Fornalik
  • 1 mai 2016 à 16 h 04

Coach professionnel, catalyseur de libération individuelle et collective

Merci pour cet article. Dans les démarches d'innovation j'aime beaucoup l'approche Fail fast de Spotify, qui consiste à amener l'idée à se confrontater au réel le plus rapidement possible et apprendre de ses échecs.

Le but n'est plus de choisir ou d'évaluer le potentiel innovant d'une idée, mais bien de mettre en œuvre tout les idées et de les laisser affronter les épreuves de la dure réalité, un article pour aller plus loin : http://www.ekilium.fr/articles-coaching-professionnel-formation-toulouse/entreprise-liberee-le-droit-a-lerreur/

Répondre