Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

La désillusion financière des MOOC

Créé le dimanche 3 avril 2016  |  Mise à jour le mercredi 4 mai 2016

La désillusion financière des MOOC

Quand ils sont arrivés en 2008, les MOOC représentaient ce que certains appelaient l'avenir de l'éducation. Dans une économie du savoir, ces grandes plateformes d'apprentissage – de surcroît gratuites – allaient participer à un enrichissement pédagogique global. Huit ans plus tard, qu'en est-il? Une chose est sûre, la révolution annoncée se fait toujours attendre, particulièrement en France et dans le reste de l'Europe.

Des facteurs divers expliquent ce « retard » par rapport à la pratique américaine où, entre autres, la plateforme Coursera offre des dizaines de milliers de cours différents. Il y a d'abord une méfiance du milieu professionnel envers les MOOC. Après tout, contrairement à la formation présentielle, difficile de prouver que la personne a assisté à tous les cours et a bien assimilé toutes les notions à apprendre.

Mais la plus importante question est celle financière. Ces grands cours massifs en ligne demandent un investissement important. La question était pertinente il y a quelques années et elle l'est de plus en plus. Il faut dire qu'avec seulement 8 à 10% des apprenants qui finissent un cours, l'établissement peut effectivement questionner les investissements sur ce type de formation.

Adieu la gratuité ?

D'ailleurs, certains commencent à dire qu'il est temps d'oublier la gratuité des MOOC. La Coorpacademy a décidé que son MOOC sur la culture numérique serait payant. Près de 2 euros pour un premier palier, 7 euros pour un cours entier et 80 pour la formation complète. Des tarifs qui pourraient trahir l'idée de base du MOOC, mais dont les responsables ne rougissent pas. Ils croient au contraire que la gratuité désengage alors que de payer stimule les individus à finir leur formation.

D'ailleurs, ils ne sont pas les seuls. Même la plateforme France Université Numérique (FUN) va changer en partie ses pratiques dès avril 2016. En effet, la plateforme offrira des certifications payantes. Le site jongle aussi avec l'idée de réutiliser des MOOC en SPOC (Small Private Open Course), des cours privés en ligne, pour des professeurs ou pour la formation professionnelle. Une façon de rentabiliser les investissements déjà mis sur le contenu gratuit. Ce qui ne veut toutefois pas dire qu'il n'y aura pas une partie gratuite. Or, il ne serait pas impossible de la voir rétrécir avec le temps.

Un second souffle pour les MOOC

Parmi les supporters des MOOC, beaucoup affirmaient que la multiplication de ces cours en ligne allaient permettre à des gens de pays moins fortunés de pouvoir s'éduquer auprès des meilleurs institutions sans débourser un rond. Sauf qu'entre la théorie et la pratique, il y a deux mondes. D'autant plus que comme le rappelle cette infographie seulement 18% des Africains avaient accès à Internet en 2015… Une donnée douloureuse qui rappelle la fracture numérique importante entre l'hémisphère nord et sud du globe.

Pourtant, l'Afrique continue de rêver de MOOC comme une solution éducative de choix. Or, avec les problèmes financiers que vivent déjà les institutions éducatives des pays riches, comment affirmer que des cours en ligne massifs peuvent aider les Africains? Pour le président de l'université Cadi Ayyad de Marrakech, la solution passe par des MOOC « bon marché ». C'est-à-dire que puisque les universités africains ne peuvent pas rivaliser avec les plateformes européennes et américaines, ils doivent produire des cours sous un coût de 2 000 euros. Ça semble peu et pourtant, comme le rappelle Abdellatif Miraoui, lorsque les établissements offrent cette solution ainsi que du matériel informatique aux étudiants, ceux-ci sont preneurs.

Et puis, il y a peut-être une solution pour les MOOC, même gratuits, afin de conserver davantage les apprenants. En effet, une gazelle californienne NovoEd a travaillé à l'élaboration d'un MOOC collaboratif. En développant comme premier projet un MOOC sur l'entrepreneuriat collaboratif, le taux de rétention a été bien supérieur au pourcentage traditionnel. Ainsi sur 33 000 inscrits, 10 000 ont terminé leur projet (30%). Cette plateforme intègre des canaux de communication (forums, clavardage), de la création de contenus par les apprenants, des fonctions d'autoévaluation des étudiants non anonymes et du mentorat fait par les professeurs et coachs.

Depuis 450 cours ont été créés avec la plateforme et il semble que la rétention soit véritablement plus forte. Une approche nouvelle génération pour les MOOC qui pourrait amener un second souffle à ce qui devait être une révolution pédagogique.

Illustration : alphaspirit, Shutterstock

Références

Caramel, Laurence. "Les Universités Africaines Voient L’avenir En MOOC." Le Monde.fr. Dernière mise à jour : 25 mars 2016. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/05/08/les-universites-africaines-voient-l-avenir-en-mooc_4630446_3212.html.

Dauvergne, Delphine. "Abdellatif Miraoui : "Développons Des Mooc Low Cost Pour Lutter Contre L'échec Universitaire En Afrique"." L'Etudiant. Dernière mise à jour : 19 février 2016. http://www.letudiant.fr/educpros/entretiens/abdellatif-miraoui-dans-les-pays-francophones-du-sud-les-moocs-low-cost-nous-permettent-de-reduire-l-echec-scolaire.html.

Gaube, Emeline. "Les MOOC : Entre Idéal Pédagogique Et Réalité Mercantile." Obsweb. Dernière mise à jour : 22 mai 2015. http://obsweb.net/blog/2015/05/22/les-mooc-ideal-pedagogique-realite-mercantile/.

Gourdon, Jessica. "NovoEd, Des Mooc Nouvelle Génération - Educpros." Job étudiant, Orientation, Vie étudiante, Logement étudiant - L'Etudiant. Dernière mise à jour : 26 novembre 2015. http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/novoed-des-mooc-nouvelle-generation-1.html.

Le Bolzer, Julie. "Coorpacademy Veut Révolutionner La Formation Avec Un MOOC Et Fait Payer." Les Echos Business. Dernière mise à jour : 1er septembre 2015. http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/metier-et-carriere/parcours/021293739401-coorpacademy-veut-revolutionner-la-formation-avec-un-mooc-et-fait-payer-202403.php#.

"Les Mooc, FUN Et Bientôt Payants ?" L'Etudiant. Dernière mise à jour : 4 février 2016. http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/mooc-fun-mais-bientot-payants.html.

Roberge, Alexandre. "Marché Des MOOCs : Les Européens Entrent Dans La Danse." Thot Cursus. Dernière mise à jour : 18 novembre 2013. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/20990/marche-des-moocs-les-europeens-entrent/#.VvvgWfnhCM9.

Soulé, Véronique. "Formation Continue : Les MOOC Font Leur Timide Révolution." Le Monde.fr. Dernière mise à jour : 5 mai 2015. http://www.lemonde.fr/moocs-docs/article/2015/05/05/formation-continue-les-mooc-font-leur-timide-revolution_4627894_4468700.html.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire