Par Federica Minichiello  | f.minichiello@cursus.edu

Art de vendre et éducation, relation sensible

Créé le lundi 10 octobre 2016  |  Mise à jour le jeudi 10 novembre 2016

Art de vendre et éducation,  relation sensible

La relation aux multiples facettes entre économie et éducation se traduit par une terminologie très variée: clivage, zone d’ombre, terrain sensible, opportunité….

La tension entre les deux termes devient nettement palpable lorsqu’on restreint notre attention à une partie précise de l’économie, la vente ; le vocabulaire alors s’enflamme : marchandisation, commercialisation, une libre concurrence impitoyable.  

On découvre des cas extrêmes, comme la vente d'écoles pour renflouer les finances publiques, mais également des travaux sur des tendances comme « l’éducation glamour » (glam-education), qui étudie l’application des « codes » de séduction en tant qu’instrument marketing pour attirer un public éducatif.

Un bien commun exposé au marché

Dans une récente résolution ( février 2016) le Parlement européen a présenté à la Commission ses recommandations dans le cadre des négociations sur l’Accord sur le Commerce des Services (plus connu sous son acronyme anglais TiSA) : en particulier, le respect du droit souverain de  choisir les secteurs que l’on souhaite ouvrir à la concurrence étrangère ; ainsi que l’exclusion,  du champ d'application de l'accord, des « services d'intérêt général actuels et à venir » (dont l’éducation).

L’exposition de l’école à des activités commerciales est bien réelle. Depuis 1998, l’unité de recherche Commercialism in Education Research Unit (CERU) du National Education Policy Center, au Colorado, publie un rapport annuel  sur les tendances de commercialisation au sein de l’école : des problèmes de santé, de bien-être et d’intégrité des programmes scolaires… Ainsi que les dangers croissants d’exploitation marketing du comportement en ligne des étudiants et les problèmes liés d’atteinte à la vie privée.

Des compétences pour la vie

Revers de la médaille. Nombreux rapports internationaux le clament, des compétences pour la vie comme la créativité, l’esprit d’initiative et entrepreneurial nous sont présentées comme essentielles. 
Étonnement, on semble parfois oublier que « savoir vendre »  rentre bien dans ces grands termes plus consensuels.

L’article Sales Skills for Non-Salespeople  liste une panoplie de capacités intrinsèques à la vente : identifier un public, le consulter, adapter son langage, ne jamais perdre de vue l’objectif, maîtriser son langage corporel, se confronter aux critiques, temporiser face à une question épineuse, décomposer un problème en plusieurs sous-parties pour le gérer plus aisément etc.

Des applications ?

1) Le financement socio-participatif

De nombreux sites de crowdfunding  se spécialisent dans le secteur de l’éducation, comme Piggybacks , IncitED ou DonorsChoose, avec des histoires de réussite, comme la campagne de financement du club d’échecs « Brooklyn Castle » ( projet déjà médiatisé par un documentaire réalisé en 2012).  
Un guide dédié  liste dix étapes clés pour organiser et réussir une campagnede financement, comme le choix de la durée, le texte d’appel aux donations, des conseils pédagogiques pour réaliser des vidéos ou des photos et le travail essentiel post-campagne (rédaction de lettres de remerciement, rapports).

2) Les mini-entreprises

Comme l’explique le réseau français « Entreprendre pour apprendre » une mini-entreprise permet à des élèves de vivre une aventure entrepreneuriale « depuis la recherche d’idée jusqu’à la vente du produit ».
Leur site propose d’ailleurs un ensemble de fiches pédagogiques, classées par discipline, qui montrent le caractère interdisciplinaire d’un tel projet : rédiger des lettres de motivation ou des argumentaires de vente, créer une charte graphique, élaborer les règles de vie ou une démarche de développement durable, gérer un budget.

Résultats à l’appui : l’entreprise française  Génération Z  qui conçoit et vend des outils pédagogiques basés sur l’éducation sensorielle de l’enfant, le danois Subreader, qui propose une application aidant les personnes dyslexiques à lire les sous-titrages. 
La vente peut réellement avoir des vertus pédagogiques.

Photo credit: Dave Dugdale via Foter.com

Références

Commercialism in Education Research Unit (CERU) http://nepc.colorado.edu/ceru-home

MindTools. Sales Skills for Non-Salespeople https://www.mindtools.com/pages/article/sales-skills.htm

EduTopia. Raise Money for Your School Using Crowdfunding http://www.edutopia.org/crowdfunding-fundraising-resource-guide

Lire également sur Thot : C. Chandran. Le sociofinancement de l'école (2015)  http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/24960/sociofinancement-ecole/

Pour en savoir plus sur les mini-entreprises :
https://www.jaworldwide.org/
http://www.entreprendre-pour-apprendre.fr/

(Dernière consultation : octobre 2016)

 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire