Par Denys Lamontagne  | direction@cursus.edu

Dévestir, réinvestir et différencier : ce qui se passe en TI dans les universités

Créé le mardi 6 décembre 2016  |  Mise à jour le mercredi 25 janvier 2017

Dévestir, réinvestir et différencier : ce qui se passe en TI dans les universités

Entre les intentions et la réalité, surtout quand la politique s’en mêle, les différences peuvent être considérables. Si on veut estimer ce qui se passe réellement, le budget est souvent un bien meilleur indicateur que les annonces officielles. Quand vient le temps du choix des priorités, l’élément qui tranchera sera les ressources disponibles. Les projets n’offrant pas un bon rapport coûts / avantages sont normalement reportés.

Ainsi, les budgets alloués aux technologies dans les universités fournissent des pistes intéressantes, à la fois si on considère leur proportion par rapport aux autres postes budgétaires d’une année à l’autre et surtout vers quelles priorités les sommes sont engagées. Ce qui est sur est que la demande et la pression sur les services des TI augmente plus vite que les budgets alloués, aussi certains phénomènes s’en suivent systématiquement.

Aller là où le futur sera

Educause, l’organisme indépendant américain au service de l’enseignement supérieur, compile chaque année les priorités des responsables de TI dans les universités.  Ce qui en ressort est fort intéressant et se résume en trois sections :

  • Dévestir (le contraire de investir) les technologies, architectures et processus optimisées et distribuées localement et migrer vers des services et architectures standardisées et dans le nuage (cloud-based).  Il ne s’agit pas de réformer le passé mais bien de migrer vers le futur. On n’investit plus dans les vieux systèmes et services. La majorité des institutions s’engagent dans cette voie. Il s’agit de fournir des services, pas d’entretenir des infrastructures et de dégager des marges pour pouvoir investir ailleurs.
     
  • Réinvestir dans ce qui apporte réellement de la valeur à l’enseignement supérieur. En priorité, il s’agit d’attirer, de retenir et de former des ressources compétentes, d’une part, et d’autre part de répondre aux défis de la stabilité et de la sécurité des systèmes et des données. La stratégie de financement continue demande de considérer les technologies comme un investissement dans un service (qui rapporte) et non comme un coût sans effet évident sur le fonctionnement.
     
  • Différencier. L’étiquette de «flocon de neige spécial» est attribuée aux départements et institutions qui ne peuvent s’intégrer et collaborer parce qu’elles tiennent à faire les choses à leur façon. Il y a une différence entre «être différent» et «se différencier». Quand la différence apporte de la valeur, alors il vaut la peine de différencier, quand elle est sans importance, il est préférable d’accepter les avantages d’éléments standardisés.  Quel avantage trouvez-vous à tous ces connecteurs différents quand il s’agit essentiellement de faire passer du courant électrique de même intensité ?


On différencie autour des priorités stratégiques : succès des étudiants, accessibilité économique, excellence en recherche et en enseignement, planification des études et orientation. Les institutions commencent à accumuler des économies de coûts de l’importation et de la standardisation. La recherche dépend des technologies et se nourrit de l’innovation autant qu’elle y contribue. L’accessibilité aux études s’étend à des populations peu ou mal servies. L’analyse des données permet d’optimiser et de prendre de meilleures décisions à tous les niveaux.

Le dévestssement est nécessaire à l’investissement, lui même la condition pour pouvoir réaliser de la différentiation et finalement pouvoir prendre quelque risques vers l’innovation, innovation qui est par définition un processus risqué. Il est préférable de la faire avec des marges financières qui ne mettent pas en péril d’autres activités.

Lire :  Top 10 IT Issues, 2016: Divest, Reinvest, and Differentiate - Educause review
http://er.educause.edu/articles/2016/1/top-10-it-issues-2016

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire