Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Créer un MOOC connectiviste

Créé le jeudi 22 décembre 2016  |  Mise à jour le mercredi 15 février 2017

Créer un MOOC connectiviste

Le X et le C des Moocs

Il existe une variété de MOOC non réductible aux lettres X ou C que l’on accole souvent à MOOC sans en connaître avec certitude la signification en tout cas pour le X :

  • les MOOC transmissifs descendants[1] souvent baptisés « X » MOOC sont les plus répandus sur France Université Numérique. Ils sont basés sur une pédagogie comportementaliste combinant apports vidéos, questionnaire et évaluation en ligne. Ils connaissent un taux d’attrition élevé avec parfois près de 90% d’abandon des participants[2].
     
  • les C.MOOC « C » comme connectivistes misent sur le co-apprentissage. Ils s’inscrivent dans une approche sociale renforcée. Les fonctionnalités d’un MOOC connectiviste[3], pourraient être d’apprendre les uns des autres en partant des projets et des connaissances qui se construisent pour réaliser les initiatives et envies de chacun.
     

Le connectivisme, est une réflexion de deux chercheurs  Siemens et Downes qui ont créé en 2008 le premier cours connectiviste (CCK)[4] ou plus de 180 000 participants en ligne auraient appris par soutien mutuel, échange et co-apprentissage sur la base d’indications de l’équipe pédagogique. A l’issue de cette expérience-repère une « théorie connectiviste » a commencé à s’élaborer  par la formulation d’hypothèses et la recherche de preuves scientifiques (cf. Thèse sur l’apprenance collective). Elle met en avant les apprentissages en réciprocité des participants à partir de leurs questions et de leurs apports.

Dans les deux cas de MOOC connectiviste et X MOOC, la participation à un dispositif d’apprentissage en ligne nécessite le développement de nouvelles compétences d’apprentissage (organiser son temps de prise de connaissances des contenus, créer son environnement personnel d’apprentissage, apprendre entre pairs, conduire un projet à distance, évaluer des productions d’autres participants, modifier ses méthodes de travail et ses représentations), car le rapport au savoir est partiellement médiée par la technologie qui met en lien ou fait écran.

Pour Rheingold Il s’agit de savoir faire preuve d’attention, de repérage des problèmes de participation, de collaboration et de savoir-faire réseau.

 Un MOOC de qualité doit :
 
  • encourager la réflexion,
  • faciliter le dialogue,
  • encourager la collaboration,
  • permettre que la théorie soit applicable,
  • créer une communauté de pairs,
  • développer la créativité et motiver les apprenants.
     

L’intention pédagogique des concepteurs est essentielle pour créer une stimulation et un apprentissage persistant.

L’intention portée par le MOOC génère l’engagement

Au-delà de la question « d’expertise technique », et d’apport d’informations (contenu vidéo, audio, dossier), et de stimulation (proposition d’activités de résolution de problème, conduite de projet individuel, défi collectif,  QCM), un MOOC est d’autant plus stimulant qu’il touche à la motivation intrinsèque. Cette motivation qui garantit la persistance dans l’effort d’apprentissage passe par la qualité des interactions proposées aux apprenants :

  • Avec soi-même : retours sur sa progression, soutien dans son apprentissage, guidance/coaching adapté, choix de ses propres objectifs d’apprentissage, perspective de réalisation personnelle (ex passer un diplôme, servir une cause plus grande que soi),
     
  • Avec les autres participants : possibilité de dialogue, de co-production, d’écriture collaborative, de regard croisé sur les projets, participation à des fils d’information ou des réseaux sociaux ou forum, création de reliance ou de communauté d'apprentissage,
     
  • Avec  le monde : implication en situation de travail, ouverture vers d’autres acteurs, sentiment de contribuer à son environnement.
     

L’hypothèse ici posée est que les MOOC qui portent une intention sociétale et visent la création de dynamique collaborative, de transformation de sa trajectoire personnelle, de son territoire, de ses propres conditions de vie, bénéficient d’un engagement plus fort par l’effet du  sentiment d’appartenance à une communauté, de la reconnaissance croisée des apports de chacun, de ce que l’on nomme social learning[5].

L’intention d’un C.MOOC doit donner à voir la dynamique et l’apport des autres au service d’une cause plus élevée que soi.

Créer un C.MOOC revient à identifier qu’un MOOC va au-delà du transfert de contenus et nécessite de soigner la façon de travailler à partir de ces contenus, ce qui est en fait la méthode pédagogique, la forme que l’on peut aussi désigner comme le contenant. Si les contenus sont partout présents sur la toile, la réflexion sur les contenants s’impose.

Dans son scénario, le formateur ou concepteur de MOOC propose des consignes pour agir sur les contenus et faire en sorte qu’ils soient appropriés, manipulés, enrichis par les participants.

Plus les consignes favorisent les échanges entre les participants et les sortent de leur isolement, plus le scénario engage la prise d’initiative jusqu’à la définition par soi-même de ses objectifs d’apprentissage, plus le MOOC mise sur la co-construction de savoir ,plus le MOOC est qualifiable de connectiviste.

Exemples de MOOC d’orientation connectivistes jouant du social learning et de l’apprentissage par l’action

A consulter l’annuaire des MOOC, les MOOC connectivistes ne sont pas si fréquents[6]; en voici quelques-uns qui misent sur les relations étroites entre les acteurs, souvent autour de projets réels, ou actions qui visent à transformer le monde. Ils sont ici qualifiés de connectivistes, mais il s’agit peut-être simplement de MOOC ayant soignés leurs approches pédagogiques.

  • Le MOOC des savanturiers propose un apprentissage par la recherche, des explorations et des visites qui vont bien au-delà de la seule projection de vidéos assorties de QCM et d’exercices à réaliser.
     
  • Le MOOC Créer une oasis en tous lieux (24000 participants) est centré sur la réalisation de projets concrets « oasis ». La gradation de l’appui aux créateurs d’oasis s’exprime dans la formule « coup de fil, coup de pouce coup de main » ou chaque adhérent au MOOC peut bénéficier des apports des autres membres de la communauté par des conseils téléphoniques, un appui ponctuel, ou une aide plus consistante. Déjà 10 oasis créés.  
     
  • Le MOOC U.lab créé par Otto Scharmer chercheur au MIT, regroupe 27 000 participants. Il s’intéresse aux transitions sociétales à l’échelle du monde. Il crée des hubs locaux qui se nourrissent de méthodologies favorisant l’intelligence collective et l’entrainement en proximité.
     
  • Le cercle d’apprentissage « Apprendre ensemble »  est moins un MOOC qu’un réseau social organisé en dynamique d’apprentissage collaborative au niveau international qui s’apparente à un MOOC (800 participants, 20 groupes en proximité physique). Il maille trois espaces : espace d’expérimentation personnel/professionnel, espace d’apprentissage en ligne (apports de ressources et webconférences), espace social de réflexivité.

  • Le MOOC ITYPA est un précurseur des MOOC connectivistes en France. Créé en 2012 il a permis de rassembler plus de 5000 spécialistes de l’éducation, de la formation et du conseil et les à aider à se saisir des logiciels et approches en ligne et à se co-professionnaliser dans la conception de leur propre Environnement Personnel d’Apprentissage. Des retours d’expérience sont disponibles : ICI.
     
  • Le Tweet MOOC est un objet centré  sur la maîtrise des potentialités du micro-blogging. Il permet aux utilisateurs partageant la plateforme sociale twitter de mieux en maîtriser toutes les potentialités.
     
  • Le TIC MOOC s’adresse à un public scolaire et accompagne la réalisation de projet des plus petites classes jusqu’au lycée.  
     
  • Le MOOC design civique vise la promotion d’une nouvelle discipline qui cherche à promouvoir et développer les dynamiques collaboratives et participatives dans le but d’élaborer des solutions collectives pensées et réalisées pour le bien d’une communauté.
     

La caractérisation des MOOC connectivistes est malaisée car chacun crée son objet, sa gouvernance pédagogique, la façon de faire communauté d’apprentissage. Il y a néanmoins plusieurs caractéristiques qui les réunissent dans la philosophie générale :

Par ailleurs Siemens et Downes ont tiré des enseignements de leur première expérience. Ils préconisent :

  • de créer des blogs pour le groupe
  • compiler les travaux dans un agrégateur 
  • d'utiliser le travail collaboratif pour un apprentissage collaboratif (au travers de wikis par exemple).
  • d'ouvrir ses propres ressources à la collaboration et au partage.
  • de développer des environnements sécurisés et rassurants pour des conversations libre
  • d’utiliser les ressources éducatives existantes et diversifiées: des vidéos, des podcasts, des interviews, des jeux.
  • d'orienter les participants vers des conférencesvisioconférencesconférences en ligne, podcasts.
  • d'augmenter le pool de ressources, par des interviews avec quelques théoriciens et en l'affichant sur son blog.
  • d'expérimenter divers outils et approches numériques collaboratives
  • d'impliquer les apprenants par des projets, des défis, seul, en binôme ou en équipes libres ou imposées
  • de fournir aux étudiants des ressources leur permettant de prolonger leur apprentissage après les temps de regroupements, de les orienter vers des blogs, des forums, ...
  • d'améliorer les capacités des participants à participer aux réseaux, et les méta-aptitudes telles que vérifier l'authenticité d'une information ; de les encourager à développer des compétences conceptuelles.
  • de combiner les expériences de participants venant de différents horizons.
  • de réduire la place centrale du professeur à l'avantage d'un réseau d'experts externes via des interventions par des logiciels de messagerie
     

Au fait si quelqu’un à une théorie sur le sens du X de X.MOOC, je suis preneur. Un expert me dit que X MOOC viendrait d'une remarque de Downes l'un des fondateurs du connectivisme aux MOOC en vogue sur la plate edX, un autre qu'il s'agirait de l'idée du X de "eXtension" en vogue dans les Ted X. Qui saura mener l'enquête de l'inconnu X.

Illustration : Geralt - Pixabay

Sélection de ressources sur une abondante littérature

Le digital, une opportunité pour personnaliser la formation - Miss MOOC.Paris
https://missmoocparis.wordpress.com/2016/12/20/la-personnalisation-du-parcours-apprenant/

La formation en ligne ouverte - Wikipédia 
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Formation_en_ligne_ouverte_à_tous

La Mooc mania - Typologie de MOOC - Eduscol - Avril 2014
http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/TICEdu-thematique-03  

L’apprentissage connexionniste : e-learning, MOOC et réseaux sociaux - Denis Cristol - CNFPT
http://data.over-blog-kiwi.com/0/53/56/33/201304/ob_dcd9c2_apprentissage-connexioniste-et-mooc.pdf

Le connectivisme, ou le lien comme principe de base d’apprentissage - Christine Vaufrey
http://blog.educpros.fr/christine-vaufrey/le-connectivisme-ou-le-lien-comme-principe-de-base-dapprentissage-cck111/

Analyse d’un MOOC connectiviste -  Caroline Jouneau-Sion - Hypothèses.org
https://archinfo14.hypotheses.org/147

Connectivisme - Synthèse PEARL TREE
http://www.pearltrees.com/ingenieriemanu/connectivisme/id14819628

Mooc : la standardisation ou l’innovation ? - Dominique Boullier - Internet Actu
http://www.internetactu.net/2013/02/20/mooc-la-standardisation-ou-linnovation/

Bibliographie recherche sur les MOOC

Changement de paradigme du constructivisme à la reliance http://ojsspdc.ulpgc.es/ojs/index.php/LFE/article/view/361

Comportementalisme versus connectivisme http://hal.upmc.fr/hal-01134067

Etude de 2016 sur les MOOC au Québec http://www.ritpu.org:81/img/pdf/RITPU_v13_n01_37.pdf

Perspective sur les MOOC Français www.ritpu.org:81/img/pdf/RITPU_v12_n01-02_93.pdf

Carte mentale et étude sur la rétention d’information dans les MOOC http://www.trigone.univ-lille1.fr/eformation2015/preactes/49.pdf

MOOC et certification acédémique www.ijthe.org:81/img/pdf/RITPU_v13_n01_47.pdf

L’apprenance collective entre pairs à l’aune du modèle transmissif : Impact des dispositifs de partage social sur les communautés d’apprentissage en lignehttps://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01368276

L’environnement personnel d’apprentissage http://sticef.univ-lemans.fr/num/vol2014/14-heutte-epa/sticef_2014_NS_heutte_14.htm

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire