Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

La formation en ligne pour tous

Créé le mercredi 1 février 2017  |  Mise à jour le mercredi 29 mars 2017

La formation en ligne pour tous

Un pays comme la France est doté d’un arsenal juridique pour soutenir la formation professionnelle. Elle a organisé et régulé un marché. Celui-ci est secoué par de nouvelles pratiques que le législateur tente d’encadrer.

La tendance actuelle est à la numérisation des formations (Baromètre CEGOS de la formation en Europe), les moyens technologiques sont matures, fiables et de plus en plus performants. Cependant, les usages naissent à peine, les apprenants découvrent les logiciels et de nouvelles façons d’apprendre, les institutions prennent conscience des transformations à opérer en termes d’équipement, de logiciels et de salles, les formateurs muent progressivement  et enrichissent leur fonction, les partenaires sociaux essayent de se positionner pour réguler l’ensemble et garder une emprise sur l’orientation d’un système qui a largement amorcé sa métamorphose sans eux.

Un contexte toujours complexe et sous surveillance

Les plus éloignés de l’emploi et de la formation sont peut être les plus en difficulté d’expression d’un projet ou d’une identité professionnelle qui les porte à réaliser ces projets. Ils se laissent adapter par leur environnement, les directives et injonctions qu’ils reçoivent d’une variété de structures.

Se trouveraient-ils soumis aux décisions que d’autres prennent pour eux, des autorisations qu’ils reçoivent ou non pour se former, dans des périmètres contrôlés ?  L’environnement général conduirait-il à la passivité en matière de formation quand les individus misent plus sur les jeux de hasard (188 euros net par Français) que sur l’investissement formation pour améliorer leur avenir (ICI)?

Avant de savoir comment former les individus avec ou sans numérique, la première question à se poser est : comment nait l’envie d’apprendre ? Comment elle est soutenue ? Quels moyens sont mis en œuvre pour la satisfaire ? Les dispositifs actuels sont-ils facilement utilisables par les apprenants, ou faut-il toujours être Enarque et Polytechnicien pour les comprendre ? Ce n’est qu’en 2014 que la eformation a connu un début de reconnaissance en France, mais les réticences des organismes de formation, et des fonds de financement sont toujours palpables.

La numérisation des formations : une grande variété

Le premier réflexe de numérisation des formations réside dans la transformation de pages de support papier en page de support numérique. Sans toucher la mise en page des supports existants on les projette en ligne. 

Puis lorsque l’on s’aperçoit que l’ergonomie de lecture est bouleversée (luminosité, possibilité d’hyperlien, possibilité de multimédia et d’interaction), on commence à investiguer les autres approches possibles.

Le réflexe est d’abord gestionnaire : gérer les supports et l’ordonnancement des informations mise à disposition.

  • Soit on cherche à contrôler les accès. On crée alors des LMS : plateformes de mises à disposition de contenus réservés à des groupes,
  • Soit on cherche à ouvrir les contenus au plus grand nombre avec les MOOC (plateforme de mise à disposition de contenu à accès libre).
     

La question est ici la bonne administration d’une information centralisée, vérifiée et contrôlée. Les outils et techniques proposés sont des webinaires, des forums, des classes en lignes, des tests et questionnaires, des vidéos enrichies, des jeux et interactions qui sollicitent l’apprenant.

La diffusion des outils tablettes et téléphones est puissamment soutenue par l’industrie, car, ils permettent de générer des produits à remplacer, des serveurs, des accès à des services, des logiciels qui dopent les ventes d’un grand nombre de fournisseurs. L’éducation est un vecteur important de l’industrie des médias et des accès. Mais, l’outil numérique ne fait jamais la pédagogie. Comme le réseau en ligne ne fait pas le groupe. Il y a donc une offre pléthorique au sein de laquelle il faut faire des tris. Les gains espérés sont tels qu’une myriade de propositions se concurrencent et finissent par devenir vraiment efficientes.

Les usages et les apprenants

Les premiers usages détectés sont le fait des concepteurs des logiciels et des matériels, les hackers qui ont inventés les langages collectivement, les façons de les utiliser, de les améliorer et de communiquer, puis les innovateurs (early adopter ou adopteurs précoces), les créateurs d’entreprise se sont emparés des outils informatiques et des logiciels associés pour créer des services et des offres de valeurs, une culture nouvelle afin de s’imposer sur des marchés saturés de grands opérateurs installés de longue durée et inatteignable.

Les cadres en quête d’atouts à faire valoir dans leur progression de carrière se sont saisis des technologies, de même qu’un ensemble indistinct d’amateurs ou de professionnels cherchant à assouvir leur passion ou mieux réaliser leur métier. Les étudiants et les professionnels de l’éducation ont vu fleurir les outils numériques et ont à leur tour commencé à s’y intéresser.

La question actuelle se pose au tout venant, aux ouvriers, aux employés, à tous ceux qui n’ont pas été immergé dans ce bouillon de culture. Autant dire que les premiers usages ne leur ont pas été directement adressés, ou alors en tant que cible de stratégie marketing pour qu’ils achètent des produits et services, autant qu’ils étaient en capacité de payer.

La liste d’idées à suivre vise à repérer des façons de les embarquer dans le monde numérique qui se met en place dans le secteur de la formation professionnelle :

  • Les équiper de matériel, ou leur prêter afin de leur donner un coup d’avance,
  • Les pousser à faire coup double, dès qu’ils se forment ou participent à une VAE, les inciter à utiliser les moyens numériques,
  • Augmenter les salaires ou donner une prime à ceux qui se forment et détiennent des compétences nouvelles,
  • Dynamiser les Ateliers de Pédagogie Personnalisée, imaginer pour eux des implantations en centre-ville, voire dans des grands centres commerciaux,
  • Étendre l’initiative des Réseaux d’Echange Réciproque des Savoirs RERS  à une version numérique (cf. exemple de RERS  réalisé à La Poste),
  • Poursuivre le développement des compétences des médiateurs en Espace Public Numérique (EPN),
  • Recruter des emplois aidés dans les EPN pour diffuser une culture numérique,
  • Créer des espaces expérimentaux ouverts à tous, test-lab, genius-bar dans les entreprises et les administrations,
  • Soutenir les programmes de formation au sein de tiers lieux (lab, fab-lab, espace de co-working, nouvelles médiathéques), en orientant des aides financières  dès qu’ils s’intéressent à la question numérique et à son acculturation,
  • Intégrer dans les politiques publiques, « lecture pour tous » un volet numérique, y associer les seniors,
  • Créer des offres à destination des Comités d’Entreprise de formations numériques peu chères
  • Utiliser des grains de connaissance numérisés à diffuser vers les smartphones
  • Renforcer dans les programmes de l’éducation nationale la part des auto-apprentissages utilisant le numérique
  • Réaliser des analyses du travail réel par métier et intégrer la formation numérique en situation de travail :
  • Implanter des écrans avec des programmes de formation accompagnée par les managers (exemple cuisine centrale dans la restauration collective)
  • Créer des tutoriels ou des vidéos de démonstration de gestes professionnels pour les activités d’extérieur et doter les chefs d’équipe de smartphone pour des cours en situation de travail (ex voirie, ou métier du bâtiment, projet idrop)
  • Enrichir les situations de travail en positionnant des informations au plus près des tâches (ex QR Code sur les espaces jardins pour les jardiniers ou sur les terrains sportifs ou les machines pour les employés aux sports)
  • Prêter du matériel pour apprendre en équipe avec ses collègues ou son responsable (ex : prêt de tablettes + logiciels éducatifs associés)
  • Créer des tutoriels de soutien à la réalisation de processus de travail administratif (ex : tous les métiers administratifs utilisant des ordinateurs)
  • Imaginer des transferts et échange de savoir avec des cadres retraités via des visio-conférences
  • Soutenir les apprentissages des publics illettrés via l’usage d’audio ou de vidéos
  • Créer des bus numériques itinérants pour aller au-devant  des moins mobiles
  • Créer des permis à point numérique, des Badges  pour  reconnaître l’effort d’apprentissage
  • Faciliter la création d’adresses mails, de blogs ou d’environnement personnel d’apprentissage, par des tutoriels et du support technique
  • Changer les stéréotypes du rapport à la formation ex : le cadeau de la française des jeux n’est pas une villa ou une grosse voiture, mais une formation
  • Utiliser la logique de « computer in a hole », en donnant à des personnes qui n’ont rien du matériel.

 

Sources

LA DÉPENSE NATIONALE POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE ET L’APPRENTISSAGE EN 2012 Baisse de la dépense en faveur des jeunes. DARES Analyses Février 2015- N°104 http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-014.pdf

Baromètre Cegos de la formation en Europe http://www.cegos.fr/Pages/formation-professionnelle-barometre-cegos.aspx

La formation en ligne - Tissot http://www.tissot-formation.fr/la-formation-en-lignee-learning-23948/

Conférence Ted X Sugatra Mita https://www.ted.com/talks/sugata_mitra_shows_how_kids_teach_themselves

Osons les early adopter – Formaguide  http://www.formaguide.com/s-informer/osons-les-early-adopters-par-stephane-diebold

NetPublic qu’est-ce qu’un EPN ? http://www.netpublic.fr/net-public/espaces-publics-numeriques/presentation/

Thot cursus Les ateliers pédagogie personnalisée  http://cursus.edu/article/25706/les-ateliers-pedagogie-personnalisee-app-pour/#.WI-cMdLhDIU

Les QRCode en pédagogie http://www2.ac-lyon.fr/services/rhone/rdri/index.php?option=com_flexicontent&view=item&cid=58:pedagogie&id=405:les-qr-codes-en-pedagogie&Itemid=132

Formation en situation de travail C-Campus http://www.blog-formation-entreprise.fr/fest-ou-ast-1-essaie-de-definition-operationnelle/

IdropProject https://twitter.com/idropproject?lang=fr

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire