Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Apprendre par petites bouchées, dans le bon contexte

Créé le dimanche 5 mars 2017  |  Mise à jour le mercredi 5 avril 2017

Apprendre par petites bouchées, dans le bon contexte

Si nous comparions l’éducation à de la nourriture, imaginons que jusqu’à maintenant, l’apprentissage était un repas avec plusieurs services: accumulation de cours magistraux, avec en accompagnement des tests, exercices et devoirs. Au bout du compte, une fois après avoir réussi à digérer le dessert (l’examen), l’apprenant pouvait affirmer maîtriser les différents objectifs pédagogiques.

Sauf qu’aujourd’hui, les longs repas avec une dizaine de services sont considérés ennuyeux. D’autant plus que certains milieux professionnels n’offrent pas le temps pour assister à ce type de dîner. À l’ère du zapping et du téléphone intelligent source continuelle d'interuptions, on préfère avaler fréquemment de plus petites bouchées d’apprentissage. Ce que les as du marketing éducationnel américains appellent des « learning nuggets » ou du « bite-sized learning ». Une image gastronomique pour parler de microlearning.

Des bouchées pour combler les besoins

L’idée est d’offrir quelque chose de facile, petit et qui peut se consommer très rapidement. Normalement, le tout doit être sous les 15 minutes avec un minimum de 30 secondes. Et cela ne se résume pas seulement en vidéos. Il peut s’agir de courts textes, de questionnaires, d’un sondage, d’une activité de groupe, etc.

Ces bouchées sont généralement destinées à ce que les experts du monde anglo-saxon appellent l’apprentissage « juste à temps ». Par exemple, un jeune vendeur qui rencontrerait des difficultés à présenter de façon intelligible un contrat à ses clients pourrait suivre une courte formation sur le sujet. En quelques capsules et avec de la pratique, il pourrait combler ses lacunes.

Il n’y a pas que le milieu du travail qui peut bénéficier de ces « learning nuggets ». Celui de l’éducation classique s’y intéresse. Par exemple, aux États-Unis, en Caroline du Nord et en Virginie, des solutions de « bite-sized learning » sont mises en place pour offrir aux étudiants n’ayant pas tout à fait compris les prérequis en mathématiques pour les études postsecondaires de la formation afin qu’ils puissent se reprendre. Pour l’instant, toutefois, il n’y a pas encore moyen de savoir si cette façon de faire est efficace.

De la junk food pédagogique?

Si les véritables nuggets ne sont pas recommandés pour la santé, leur pendant pédagogique ne peut non plus être vu comme une solution complète de formation. En fait, ce microlearning a un meilleur impact dans une stratégie globale. D’ailleurs, même les plus grands partisans de ce type de formation proposent de réfléchir afin de l’adopter. Il faut réfléchir à la complexité du sujet qui doit être enseigné, quels sont les résultats attendus et comment s’assurer que les apprenants soient motivés de poursuivre l’apprentissage.

En fait, la plus grande erreur serait sûrement de prendre un cursus et simplement de le découper en petites capsules formatives. Les « learning nuggets » ne sont pas une question de contenu, mais de contexte. Quels sont les points manquants ou défaillants qu’il faut inculquer ou corriger? Les créateurs doivent ainsi prendre en compte le public à qui est destiné le microlearning. Il ne faut donc pas penser à des cours concis, mais plutôt comme un appui qui doit se personnaliser. De plus, il ne faut pas essayer de forcer le contenu dans les capsules. « Less is more » comme le rappelle cette responsable d’une solution de « bite-sized learning ».

Les bouchées d’apprentissage ne deviendront pas les cours du futur. Même ceux qui prédisent la fin des cours magistraux traditionnels croient qu’il y aura toujours une part où apprenants et enseignants devront se rencontrer pour échanger, critiquer, poser des questions, s’encourager et avoir des exemples plus concrets de ce qu’ils auront appris au cours de modules longs et courts de formation.

L’apprentissage en bouchées ne remplacera jamais des formes plus longues. Toutefois, ses usages risquent de se multiplier dans les prochaines années pour correspondre aux envies et à l’attention d’apprenants déjà très stimulés par la vie numérique, entre autres.

Illustration : ais3n via Foter.com / CC BY-NC

Références

Chiapputo, Teresa. "Is Bite-Size the Right Size for Your Training?" TtcInnovations. Dernière mise à jour : 7 septembre 2016. http://www.ttcinnovations.com/is-bite-size-the-right-size-for-your-teams-training/.

Hathaway, Jason. "Les Learning Nuggets, Des Contenus De Formation Que Vos Collaborateurs Vont Aimer Déguster." Economie Matin. Dernière mise à jour : 19 octobre 2016. http://www.economiematin.fr/news-les-learning-nuggets-des-contenus-de-formation-que-vos-collaborateurs-vont-aimer-deguster.

McNeal, Marguerite. "Can Bite-Sized Courses Help More Students Complete Remedial Math? News." EdSurge. Dernière mise à jour : 19 septembre 2016. https://www.edsurge.com/news/2016-09-19-can-bite-sized-courses-help-more-students-complete-remedial-math.

Shackleton-Jones, Nick. "Content dumping: how to poison your learning strategy." LinkedIn. Dernière mise à jour : 15 mars 2016. https://www.linkedin.com/pulse/content-dumping-how-poison-your-learning-strategy-shackleton-jones.

Tachot, Aurélie. "Les " Learning Nuggets ", Kesako ?" Exclusive RH. Dernière mise à jour : 15 décembre 2016. http://exclusiverh.com/articles/mobile-learning/les-learning-nuggets-kesako.htm.

Thiran, Roshan. "Why Classroom Training May Become Obsolete And A Waste Of Time." Leaderonomics.com. Dernière mise à jour : 17 décembre 2016. https://leaderonomics.com/business/reinventing-training-21st-century.

Young, Sharon. "Bite-Sized Learning: It’s Not Just a Short Course." World of Learning. Dernière mise à jour : 9 décembre 2016. https://www.learnevents.com/blog/2016/12/09/bite-sized-learning-its-not-just-a-short-course/.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire