Par Yasmine Kasbi  | y.kasbi@cursus.edu

Edukey, une nouvelle chaîne youtube sur l’éducation

Créé le lundi 13 mars 2017  |  Mise à jour le mardi 21 mars 2017

Edukey, une nouvelle chaîne youtube sur l’éducation

Le phénomène des YouTubers (ou vidéastes) s’est répandu ces dernières années sur la Toile. Au même titre que les générations évoluent et se transforment, les productions numériques dans les médias prennent de nouvelles formes au déni des médias traditionnels.

On voit apparaître des studios de création pour les YouTubers. Quelques célébrités génèrent de plus en plus d’abonnés et sont qualifiés d’influenceurs au vu du nombre de fans engagés.

Ce véritable business est apparu aux Etats-Unis en 2008 et permet aux créateurs de générer des revenus au prorata du nombre de vues ou encore d’être sponsorisé par une marque. Certains utilisent le financement participatif, comme c’est le cas de Usul dont nous vous avons déjà parlé.

Chaque vidéaste se spécialise dans une thématique spécifique. Ainsi on trouve des critiques de films, du gaming, de la vulgarisation scientifique, des chroniqueurs, de la musique, des actualités, de la politique, du sport, de la littérature, des geeks, … et bien d’autres sujets encore.

Une nouvelle chaîne sur l’éducation

Edukey est une nouvelle chaîne YouTube créée il y a à peine trois mois par Pleen le Jeune et destinée à la vulgarisation des pédagogies pour le grand public, notamment avec l’intégration et l’usage du jeu. Des vidéos sympas, claires et non sans humour, une chaîne qui s'avère prometteuse. C'est pourquoi nous sommes allés à l’encontre de son créateur, afin de démystifier ses desiderata.

De son vrai nom, Nathanael Jeune, originaire de Sherbrooke au Québec, son pseudonyme est issu de sa personnalité et de son histoire. Nommé ainsi dans son quotidien pour sa maîtrise de la langue française, le goût des mots et l’écriture, Pleen le Jeune fait référence à Pline le Jeune, homme de lettres, avocat, historien et politicien de l’empire romain sous l’antiquité, mais aussi à la célèbre poésie de Baudelaire Spleen : Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle.

En guise de signature et pour se démarquer, notre vidéaste se couvre d’un chapeau affuté d’une plume et d’un chat nommé Poe qui rappelle le célèbre écrivain et dont il se joue des mots pour citer son « chat-Poe ».  

 

Véritable autodidacte et polygraphe, Nathanael a obtenu une licence en mathématiques pures à Grenoble et suivi une formation de clown professionnel à l’école Clown et Comédie Francine Coté de Montréal. Selon lui, la formation officielle d'une personne n’est pas tant représentative à l’apprentissage d’autant plus qu’il aime apprendre de tout par lui-même et poursuit actuellement une formation sur la philosophie pour enfants.

Il s’est très tôt intéressé aux jeux : Mon père étant lui-même joueur, et particulièrement de jeu de rôle, j'ai été intéressé très tôt par toutes sortes de jeux. Par la suite j'ai rencontré une personne qui est devenue un ami très proche dans le cadre d'une association ludique mettant le jeu de rôle au service de la société, et je me suis beaucoup impliqué dans les coulisses du domaine ludique.

S’il a créé sa chaîne EduKey, c’est parce que, d'une part, l'éducation me semble être un élément particulièrement important pour nos sociétés, trop souvent mal connue et dont beaucoup de gens, qui sont pourtant concernés, se désintéressent. D’autre part, parce que ça faisait un moment que je suivais le développement de la vulgarisation scientifique sur YouTube et que je n'ai jamais rien trouvé sur l'éducation. Comme ça manquait au tableau et qu'internet et les vidéos étaient un média que je trouve très intéressant, j'ai décidé de me préparer et je me suis lancé... et maintenant je cherche du monde pour m'aider dans cette aventure pour que je puisse produire un meilleur contenu tout en me concentrant aussi sur d'autres projets.

Si son public cible reste, à première vue, les enseignants, étudiants et parents, il compte bien attirer un public aussi large que possible et même désintéressé de la pédagogie, en améliorant ses supports de vulgarisation aussi accessibles et intéressants que possible.

Quant à l’usage des jeux vidéo (serious games) en éducation, je suis plutôt persuadé de l'utilité du jeu en général. Il est un fait qu’à l'heure actuelle, les outils de développement de jeux vidéo sont fantastiques et que le nombre de possibilités et l'attrait général qu’ils suscitent font que le terrain fertile en matière d'éducation.

Néanmoins, je reste en faveur d'une diversité de propositions, et je pense que passer trop de temps devant un écran, même si on y apprend les plus belles choses du monde, et de la manière la plus efficace, n'est pas idéal. Il reste à savoir où se situe ce "trop" (et de toute façon il y aura toujours des jeux "moins éducatifs" qui se développeront. Le soucis n’est donc pas une problématique liée aux jeux éducatifs en particulier).

Selon vous, le jeu peut-il remplacer un cours ?

Tant que les cours seront obligatoires, aucun jeu ne pourra remplacer les cours puisque si on impose un jeu, on risque fort de perdre un élément qui en constitue le cœur : le choix.

Comment envisagez-vous l'avenir du jeu éducatif/serious game ?

L'avenir des jeux sérieux est, je pense, assez bien garanti. De plus en plus de jeux se développeront, et j'ai hâte de voir quelle place ça prendra dans la société et comment vont-ils s'insérer dans divers contextes, notamment avec l'école.

Toujours selon vous, quels sont les freins rencontrés à l'intégration des serious games en classe ?

C'est une question complexe à laquelle je vais essayer de répondre avec prudence, mais je manque beaucoup d'informations à ce sujet, donc ce que je dis est à prendre avec des pincettes.

La tradition éducative me semble être le principal frein à l'intégration de nouveaux éléments. Les contraintes bureaucratiques et le manque de liberté des enseignants vont limiter les tests en la matière, donc ce sera difficile de populariser d'éventuels bons résultats.

Qu'y aurait-lieu de faire pour les adopter ?

... rien de moins que changer les mentalités d'une société sur l'éducation. Je pense que c'est important de donner envie aux gens d'apporter du changement dans l'éducation, et de se mobiliser pour ça. C'est quelque chose qui prendra du temps, mais j'y travaille !

Accès à la chaîne

Enregistrer

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire