Par Daniel Therrien  | dante325@gmail.com

L'étudiant du troisième âge

Créé le jeudi 6 avril 2017  |  Mise à jour le lundi 1 mai 2017

L'étudiant du troisième âge

Le concept de formation pour toute sa vie prend tout son sens lorsqu’il est question des ainées. L’Université du troisième âge (UTA) connait une popularité grandissante. De plus en plus de personnes retraitées retournent en classe pour des raisons diverses, motivées d’une part par l’attrait de la connaissance, d’autre part par la perspective d’un développement personnel.

Selon les données diffusées par Statistiques Canada en septembre 2014, le vieillissement de la population s’accentuera inexorablement; près d'une personne sur quatre au Canada serait âgée de 65 ans et plus d’ici à 2030. La situation est assez semblable dans la plupart des pays industrialisés. Voilà donc une tranche importante de la population qui pourrait s’adonner au plaisir renouvelé d’apprendre. 

L’Université du Troisième âge

Plusieurs universités canadiennes et québécoises offrent des programmes de formation pour ces personnes. Il s’agit de programmes ouverts, actifs et informels selon le Conseil canadien sur l’apprentissage (CCA).

À L’Université Laval de Québec, par exemple, des cours sont offerts depuis 1983. Environ 4 000 étudiants âgés en moyenne de 60 à 65 ans fréquentaient l’institution en 2016.

« L'Université du 3e âge de Québec (UTAQ) offre aux personnes de 50 ans et plus un programme diversifié de cours, d’entretiens et d’ateliers. Ces derniers visent à aider les aînés à enrichir et à partager des connaissances, à développer des habiletés ou à trouver réponse à des questions pratiques liées au temps actuel.»

Les UTA n’exigent aucun diplôme préalable lors de l’inscription. Elles ne délivrent aucun diplôme ou certificat à la fin des cours, aucune production académique n’est obligatoire. Et c’est là sans doute un élément indéniable de motivation : les étudiants ne subiront aucune discrimination et n’auront pas l’obligation de résultat. Leurs motivations concernent un tout autre domaine que celui de la production.

La recherche de la sagesse

Qu’est-ce qui amène la personne âgée à s’investir dans une formation, ou simplement à s’inscrire à des cours de cultures diverses ? Apprendre, comprendre, représentent en soi des buts légitimes qui maintiennent le cerveau actif en sollicitant les facultés cognitives, en plus d’être un plaisir recherché. Il semblerait également que la socialisation, représentée par les nombreux échanges et les constructions collectives à l’intérieur des cours, représentent des facteurs de motivation pour les étudiants.

Le développement personnel apparait donc un objectif important pour eux. Maslow situait l’actualisation de soi tout en haut de sa pyramide des besoins. La satisfaction personnelle, l’accomplissement ou la réalisation de soi deviennent des objectifs légitimes lorsqu’on parvient à cet âge de la vie où le temps pour s’y consacrer devient important. Ultimement, c’est l’acquisition de la sagesse qui est visée, le développement de cette conscience qui pose un regard lucide sur l’environnement social et culturel de la personne âgée.  

De ce point de vue, les instituts universitaires proposent des formations qui touchent à un ensemble de domaines qui vont de l’acquisition d’une langue étrangère à des études de périodes historiques, en passant par les littératures et le perfectionnement en langue française (Source : UTAQ). Tout ce qui, finalement, peut avoir une incidence sur le regard que pose la personne du troisième âge sur le monde et sur elle-même.  

Illustration : Geralt - Pixabay

Références

Fisher, M. Informal Learning of Seniors in Canadian Society, NALL Working Paper, Toronto, New Approaches to Lifelong Learning (NALL), 2003.

En collaboration. Apprentissage au troisième âge : Recherche sur les besoins et les intérêts d’apprentissage des personnes aînées francophones de l’Ontario. Institut Franco-Ontarien. Juin 2009.

Conseil canadien sur l’Apprentissage. 2006. Jamais trop vieux pour apprendre : le troisième âge et l’apprentissage au Canada. Carnet du savoir:
http://www.bdaa.ca/biblio/recherche/cca/carnet_savoir/never_too_old_fr/never_too_old_fr.pdf

Gaussel Marie.2011. « Se former tout au long de sa vie d’adulte ». Dossier d’actualité Veille et analyses, n° 61, avril.
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?dossier=61&lang=fr

Lemieux, A., Boutin, G., Riendeau, J. Les facultés d’éducation des universités traditionnelles et les universités du troisième âge : un modèle de partenariat. Revue des sciences de l’éducation, 16 avril 2007.
http://id.erudit.org/iderudit/018967ar

Maslow, A. 2004. L’accomplissement de soi De la motivation à la plénitude. Eyrolles.
http://www.alliancenationale.org/medias/files/accomplissement-de-soi-extraits.pdf

RUCHAT, Martine. De l'éducation permanente à la gérontagogie : une éthique de la bienveillance. In: D. Kern. Formation et vieillissement. Apprendre et se former après 50 ans : quels enjeux et quelles pertinences ? Nancy : Presses universitaires de Nancy, 2013

Sites à consulter

Répertoire des Universités du troisième âge, des seniors, inter-âges
http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/formation/21406/universite-troisieme-age-des-seniors-inter

Affaires universitaires

UTAQ – Université Laval

UTA – Sherbrooke

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire