Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Crowdfunding et éducation

Créé le mercredi 10 mai 2017  |  Mise à jour le lundi 5 juin 2017

Crowdfunding et éducation

De quoi parle-t-on ?

Financer l’éducation coute cher jusqu’à 4,6% du PIB en moyenne dans le monde selon l’UNESCO plus encore dans les pays occidentaux (7% en France). Des sommes colossales sont investies pour la réalisation de programmes d’enseignement calibrés par les États.

Bien sûr si les états ne souhaitent pas financer l’éducation de leurs enfants, ils peuvent être assurés que les fruits de l’ignorance risquent d’être amers. Par défaut, certains pays développent une « éducation informelle ». Le « tout au long de la rue remplace le « tout au long de la vie ». C’est ici la proximité qui joue son rôle d’enseignants, parfois cette proximité est peu fréquentable.

La question du financement de l’effort éducatif se pose donc aussi bien pour pallier le manque de ressources étatiques que pour faciliter une dose de créativité dans des programmes cadenassés. Parfois pour la réalisation de micro-projets éducatifs le recours au «crowdfunding» est envisageable. Le crowdfunding se définit comme un financement participatif qui soutient une économie collaborative naissante. En s’unissant on est plus fort reste une devise de l’humanité, tellement souvent vérifiée.

Le financement participatif n’a rien à voir avec l’organisation d’une tontine (épargne collective) ou d’un micro-crédit (à rembourser) il participe d’une philosophie collaborative, voire de mécénat. Ce financement via des petites sommes par une foule de  donateurs permet à des initiatives locales d’émerger qui, sans l’éclairage d’internet, seraient restées dans l’ombre.

Quelques acteurs

Un des acteurs les plus anciens KissKissBankBank revendique 67 millions de collecte, pour 26 000 projets avec plus de 1 170 000 KissBankers. Le principe repose sur la sélection de projets porté à la connaissance du grand public, un délai de 90 jours pour lever les fonds et une commission de 8% pris par KissKissBanBank pour se payer de sa mise en relation. L’argent collecté n’est transmis au porteur du projet que si la totalité du financement est atteint, ce n’est alors que la commission est prélevée sur la collecte. Il y a restitution des fonds aux KissBankers si le montant n’est pas atteint auquel cas aucune commission n’est prélevée.

Le Répertoire du socio-financement de Thot Cursus présente plus de 70 sites actifs en financement participatif dont plusieurs spécialisés.

21 sites de crowfunding sont repérés par Dynamique Mag en France, mais ce créneau semble porteur et poursuit son développement peut-être parce que « la crise » génère des réflexes plus collaboratifs peut être aussi parce qu’internet offre plus de transparence à un nombre de donateurs en hausse, qui sont prêts à être généreux mais souhaitent savoir où va leur argent.

Le crowdfunfing spécialisé dans l’éducation

Les sites de crowdfunding se spécialisent. Cette spécialisation amènera à termes une visibilité encore plus grande, il existe ainsi des plateformes de crowdfunding dans des secteurs culturels, immobiliers associatifs mais aussi exclusivement dédiées à l’éducation comme les repère Sydologie

  • Eduklab aide les étudiants à faire leur cagnotte pour financer leurs études;
  • Whisbone propose à des étudiants repérés comme passionnés par leurs études les moyens de les poursuivre en collectant des fonds pour eux;
  • Adop a classroom aide à la fourniture scolaire de classes;
  • Incited qui cherche à faire essaimer des solutions efficientes partout dans le monde.
     

De nombreux projets sont identifiés via la plateforme la trousse à projet : Le pédagolab d’une école primaire du Nord de la France recherche 16 000 euros, ou bien une école de l'Aude cherche 5 000 € pour un voyage en Espagne.

Parfois il s’agit de projets plus ambitieux comme l’association Eveilart qui cherche à implanter des écoles d’art gratuites partout en France (5 800 euros par projet), ou bien le projet «An Hour of Code for Every Student » (sur IndieGogo) qui se donne pour ambition d’apprendre l’informatique à tous les enfants du monde.

Compte tenu du coût des études des sites se sont spécialisés dans le financement des étudiants Novafi, voit dans cette activité une réponse au renchérissement du coût des études, peut-être qu’on peut aussi y lire l’émergence d’un nouveau marché complémentaire aux bourses d’états.

Alors si vous êtes militant éducatif, enseignant dans un coin perdu, étudiant en d’études pourquoi ne pas réaliser votre projet en tentant l’aventure du crowdfunding ?

Illustration : bykst - Pixabay

Sources

Répertoire du socio-financement - Thot Cursus
http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/formation/24383/repertoire-des-sites-financement-participatif

Tontine – Wikipédia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Tontine

Micro-crédit – Wikipédia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Microcr%C3%A9dit

Crowdfunding – Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Financement_participatif

Finance - Ulab

KissKissBankBank  https://www.kisskissbankbank.com

Rezogo  http://www.rezogo.fr/financement-participatif/projet/type/4-formation

My Major Company https://www.mymajorcompany.com/

Sydologie http://sydologie.com/2015/03/5-plateformes-crowdfunding-en-faveur-leducation/

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire