Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Voyeurs numériques, espions ou nouveaux apprenants ?

Créé le jeudi 8 juin 2017  |  Mise à jour le mercredi 20 septembre 2017

Voyeurs numériques, espions ou nouveaux apprenants ?

Les voyeurs numériques

Le terme de voyeur est connoté on a tout de suite l’image du type louche qui guigne derrière sa fenêtre à l’affut du moindre événement croustillant. Le voyeurisme est associé aux pulsions libidinales, voir sans être vu, se rincer l’œil en profiter à bon compte. Internet offre son lot de « Fenêtre sur cours », comme dans le film d’Hitchcock, chacun regarde à loisir ce qui lui plaît d’observer, épie sans être vu.

Le voyeurisme se décline sur une échelle allant :

  • du suivi des déballages sur les journaux intimes,
  • de la veille professionnelle approfondie,
  • au suivi d’activité sociales, politiques, économiques, culturelles en direct,
  • à l’espionnage industriel organisé.
     

Les moteurs du comportement

Le moteur libidinal est vite associé à une déviation, mais Françoise Hatchuel nous rappelle que le désir d’apprendre est consubstantiel au rapport au savoir et en est même l’une des principales composantes.

Le moteur économique est aussi présent. Guetter ce que son  concurrent fait, profiter d’une faille dans la mise en ligne de données sensibles et stratégiques permettent de faire avancer ses propres affaires en toute discrétion. Pourquoi s’échiner à rassembler des informations pour créer son cours quand il n’y a qu’à se servir ?  

L’agence américaine la NSA,  a même fait de cet espionnage une arme économique sans aucune considération éthique ou morale. Les satellites tournent au-dessus de nos têtes en permanence et relayent des ondes gavées de données. Au passage du flux, certaines agences étatiques se servent. Le vol de données et de connaissance produirait des dégâts dans de nombreuses économies (plus de 3 millions par an et par entreprise  pour un pays comme la France selon l’agence Ponemon). Voir des savoirs des autres sans que l’on ne voit les siens est une arme redoutable. Mais suffit-t-il d’être passif face à données en ligne pour apprendre ?

Ceux qui contribuent

On estime le pourcentage de contributeurs actifs à moins de 1%,  9% seraient des contributeurs occasionnels et l’on taxerait les 90% restant de voyeurs. Outre que ces données sont invérifiables, vu la masse d’internautes et leurs variété d’usage, il semble qu’une évolution attribue même un rôle à des auditoires réputés passifs, mais sans lesquels, les contributeurs seraient moins stimulés.  Par ailleurs des études ciblées du CREDOC sur des comportements précis par exemple les achats en ligne, montrent que 21% des internautes laisseraient des commentaires en ligne. On est bien au-delà du 1% d’internaute dit passif.

De nombreux logiciels contribuent  à renforcer cette culture du voyeurisme ou de l’espionnage. Les journaux intimes se proposent en effet, sur les réseaux sociaux, sur les blogs parfois sous-forme de chroniques vidéos très personnelles. Un nouveau terme apparaît pour décrire ce phénomène « l’extimité » par lequel on désigne, une intimité rendue publique.

Des logiciels tels que twitter, whatsapp, snapchat, ou periscope accélèrent ce voyeurisme tellement l’homme et ses pulsions cèdent à l’instantanéité. A l’intérieur même de l’action un participant peut partager dans l’instant ce qui se passe, voire en faire une micro formation avec Skill Catch.  Des managers ou des gestionnaires pourraient même en faire un outil de contrôle et de surveillance.

Si une masse de savoirs est mise à disposition gratuitement, via des programmes d’open course ware, des conférences TedX, des MOOCs, une culture Open Education et ses normes Creative Commons qui autorisent le partage de la propriété intellectuelle, le voyeur qui profitait par hasard peut devenir un exploiteur sans vergogne.

Les nouveaux apprenants

Ecouter aux portes est un vilain défaut en Occident, mais observer patiemment et reproduire le geste d'un Maître choisi est une qualité en Orient. Le voyeurisme en ligne lorsqu'il n'est pas associé de connotation morale pourrait bien devenir une façon d'apprendre naturelle. C'est une forme de réinvention de la découverte du psychologue Albert Bandura qui montre comment, les êtres humains apprennent par confrontation à d'autres comportements vis à vis desquels ils ont le loisir de se jauger.

L'être humain apprend par imitation, par modelage. Il s'agit là d'un apprentissage vicariant. Celui-ci est désormais démultiplié par tout ce qui est donné à voir et à entendre en ligne, mais aussi grâce aux espaces de rétroaction qui abondent (forum, commentaires, échanges, remarques etc.).

En effet, sans prise de distance critique on ne sait pas qu'on sait, et il n'est pas dit que l'on puisse reproduire une activité si le contexte se modifie. Chacun a librement le choix non pas d'un seul, mais d'autant de maîtres qu'il le souhaite pour tirer des idées, des questions, des stimulations. Chacun a le choix d'une variété d'espace réflexif. Finalement internet offre une multiplicité d’occasion d’apprendre.

Dès lors le voyeur (par exemple inscrit à un MOOC) qui suit son propre chemin, sans se préoccuper d'un parcours ordonnancé, voire de la reconnaissance d'une institution, pourrait bien apprendre, sans que l'on sache précisément quoi. Cela se produit de façon invisible.

Ces nouveaux apprentissages informels, combinent :

  • une augmentation du nombre et de la qualité de sources différentes en accès constant;
  • une démultiplication de sources d'apprentissage et de Maîtres;
  • une dissociation de la fonction de prise de distance jusqu'alors associé à l'autorité éducative. L'individu court le risque ou peut saisir l'opportunité de prendre de la distance par lui-même, sans médiateur;
  • une augmentation des sources de rétroactions et du volume des rétroactions possibles.
     

Les conditions du modelage décrites par Bandura deviennent protéiformes. Elles échappent à l'emprise d'un seul professeur et deviennent plus diffuses. Les dispositifs éducatifs pour répondre à ces nouvelles conditions démultiplient ce qui est donné à voir et les canaux pour le faire, renforçant encore la possibilité d'apprentissages informels. Qu’on songe à toutes les ressources mises en ligne, d’ouverture des données des administrations ou aux logiques d’open education.

Finalement, il se pourrait bien que de façon invisible, sans que quiconque puisse vraiment vérifier ce qui se passe dans la tête des internautes, de nouvelles façons d’apprendre plus diffuses se mettent en place.

Peut-être que celui qui est souvent qualifié de décrocheur sur un MOOC, d’internaute passif, ou pire de voyeur est en train d’apprendre à sa façon, à son rythme, en composant son propre cheminement, en suivant sa propre intention.

Sources :

Fenêtre sur cour - Allociné
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=983.html

Extimité – Qikipédia - https://fr.wikipedia.org/wiki/Extimit%C3%A9

Vol de données : un côut moyen de 3 millions d'euros par an et par entreprise en France - Olivier Chicheportiche - ZNet
http://www.zdnet.fr/actualites/vol-de-donnees-un-cout-moyen-de-3-millions-d-euros-par-an-et-par-entreprise-en-france-39819942.htm

Creative Commons – Wikipédia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Creative_Commons

La notion de rapport au savoir - Françoise Hatchuel
http://pedagopsy.eu/rapport_au_savoir.html

Le web participatif aide à l’achat sur internet - Sébastien Casters - O1.net.com
http://www.01net.com/actualites/le-web-participatif-aide-a-lachat-sur-internet-504586.html

Albert Bandura – Wikipédia - https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Bandura

Concept et principes pédagogiques : Le modelage -  Marc Dennery - C.Campus
https://www.blog-formation-entreprise.fr/concept-principe-pedagogique-9-le-modelage/

Cristol, D. & Muller, A. (2013). Les apprentissages informels dans la formation pour adultes. Savoirs, 32,(2), 11-59. doi:10.3917/savo.032.0011. https://www.cairn.info/revue-savoirs-2013-2-page-11.htm

L’open Education au fait qu’est ce que cela veut dire ? - Mathieu Cisel - EducPro
http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/2016/04/24/lopen-education-au-fait-quest-ce-que-ca-veut-dire/

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire