Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Faut-il être âgé pour innover en pédagogie?

Créé le dimanche 30 juillet 2017  |  Mise à jour le mardi 12 septembre 2017

Faut-il être âgé pour innover en pédagogie?

La question de départ

Cette question part de la remarque d'un collègue qui à l'issue d’une université d'été de l'innovation me fit remarquer que la moyenne d'âge des participants dépassait la cinquantaine. Et pourtant les idées exprimées, les projets portés ne manquaient ni d’ambition, ni de rêve, ni d’un grain de poésie et de folie qui nous laissent entrapercevoir un potentiel de transformation imminent, comme par exemple la création d’une « Direction du sensible » dans une administration ou la création d’un MOOC connectiviste pour apprendre à innover. Faut-il nécessairement être jeune pour innover ?

Rétrospectivement je passais en revue tous les séminaires et autres grands barnum de l’innovation pédagogique auxquels j’ai assisté récemment et je voyais assez peu de jeunes. Mais, alors faut-il être âgé pour innover ?

Recherche d’hypothèses

La première hypothèse est que l'innovation échappe aux universités et aux lieux institutionnels. A suivre les travaux du sociologue Norbert Alter, l’innovation est une pratique ordinaire, qui se déroule plutôt au quotidien, dès lors une université d’été ne peut attirer que des personnes déjà expérimentées conscientes de ce qu’elles viennent chercher.  Les jeunes (à mon âge on est  jeune à moins de 50 ans) fréquentent d'autres lieux, n'ont pas d'argent pour venir à une université d’été ou n'aiment pas se mêler aux vieux. On perçoit toute l'absurdité de ces remarques fondées sur des stéréotypes liés à l’âge.

Autre hypothèse, la préoccupation des "jeunes" est ailleurs, ils construisent leur identité professionnelle, ils finissent leurs études, cherchent une âme sœur, ont-ils vraiment envie de changer le monde? Sont-ils vraiment ce stéréotype de révolté ayant soif de justice éducative ?

  • S'ils sont dans une école réputée pourquoi changer un système qui leur profite ?
  • et s'ils sont dans une école moins côtée n'ont-ils pas plutôt pour projet de mettre de l'énergie à s'insérer dans la vie active?
     

Les révolutions étudiantes des années 60 ont amplifié le monde élitiste et consumériste actuel plutôt que produit des innovations pédagogiques. A observer et relire les travaux du sociologue Bourdieu, la reproduction éducative bat son plein, un enseignant engendre un enseignant et toutes les façons d’habiter le rôle. On enseigne à la façon dont on a été enseigné.

Est-ce la nature même de l’innovation en pédagogie qui requiert plus de temps ? L'innovation est souvent présentée comme un processus incrémental d'amélioration lente ou bien un processus de disruption.

  • Dans le premier cas on améliore les qualités de combustion ou la mèche de la bougie,
  • dans le second on invente l'ampoule : c’est une rupture.
     

Pour la formation et l’éducation, on se situe dans des pratiques sociales d'agencement des rapports au savoir et de contrôle de la diffusion et de la validation de ceux-ci.

Dès lors innover en pédagogie dans la mesure où il s'agit d'une pratique sociale très encadrée, nécessiterait-il d’être installé à l’intérieur du cadre ?

Regard sur les innovateurs en pédagogie

Trois approches sont couramment combinées pour cerner qui sont les innovateurs

La première est issue des sciences de gestion. Elle cherche à repérer les compétences d’innovateurs

L’étude menée sur Christensen (2013) porte sur plus de 500 dirigeants innovateurs et 5 000 cadres répartis dans 75 pays, montre que dans le domaine du business, les innovateurs auraient une plus grande propension à questionner, interroger, observer et expérimenter, mais quand est-il pour les innovateurs en pédagogie ? 5 compétences seraient spécifiquement identifiées :

  • Association
  • Questionnement
  • Observation
  • Réseautage
  • Expérimentation
     

La seconde est issue des neurosciences. Elle vise à comprendre comment les idées créatrices se forment. Certaines recherches prétendent même qu’il existe un gène de l’innovateur. Nous serions inégalement dotés, certains seraient prédestinés à imaginer de nouvelles choses, à les adopter les faire connaître à d’autres, pendant qu’une majorité, se satisferait de repères connus.

La troisième provient des approches de sociologie ou d’histoire. On recense l’étude des pédagogues. Les chercheurs sont capables de retracer leurs pratiques. Le livre de Paul Rousselot, « Pédagogie Historique, », nous explique en 1891 l’éducation de la conscience, de la volonté ou de la discipline.

À lire ces pages, on frémit, on a l’impression d’un maître muni d’un marteau qui enfonce ses clous dans la tête d’un élève, laissant des stigmates scolaires pour une longue durée. Ces pédagogues sont-ils vraiment innovants ? Pas sûr. Observons plutôt quelques exemples documentés d’innovateurs, plus transgressifs. Sur son site en ligne, Philippe Meirieu a documenté la vie de 80 pédagogues, en croisant avec le dictionnaire des pédagogues, et l’encyclopédie en ligne Wikipédia :

  • Célestin Freinet écrit son premier article dans « Ecole Emancipée » à 24 ans à la suite d’une blessure à la guerre il est obligé de transformer complétement son enseignement, à 26 ans un voyage à l’étranger est pour lui une découverte.
  • Maria Montessori a 26 ans quand elle obtient son  diplôme de médecine et se lance à corps perdu dans la pédagogie à l’âge de 30 ans
  • Cousinet doit attendre 39 ans pour instaurer la méthode active dans le courant de la pédagogie nouvelle en France
  • Rabindranath Tagore pédagogue Indien crée son ashram et son école à 40 ans
     

Et pour le croisement entre pédagogie et numérique ?

Que nous dit la pédagogie à l’ère du numérique sur l’âge des innovateurs ? Quelques exemples notables :

  • -Salman Khan (1976-   ) est le fondateur de la Khan Academy en 2006, à l’âge de 32 ans à laquelle il se consacre entièrement à partir de 2009
  • Stephen Downes (1959 -      ) et George Siemens auraient lancé le connectivisme et auraient été des précurseurs des MOOC avec un cours réalisé en 2008 qui aurait rassemblé plus de 100 000  participants. Stephen Downes était âgé de 49 ans.
  • Sugata Mitra (1952 -     ) a imaginé à 65 ans le « a hole in the wall » en 1999, consistant à laisser des enfants disposer librement d’un ordinateur pour apprendre.
     

Il est malaisé de trancher et d’avoir des certitudes avec si peu de cas, cependant si nous reprenons les 80 pédagogues de Philippe Meirieu un constat s’impose l’âge moyen de son échantillon de pédagogues semble dépasser la moyenne de vie constaté de 71 ans en 2013 sur la planète (72 ans d’espérance de vie pour les pédagogues antérieurs au XXème siècle, 76 ans après, malgré une hécatombe de jeunes pédagogues engagés militants morts lors des guerres).

Alors peut-être bien que la pédagogie conserve. C’est pourquoi je propose aux pédagogues en herbe de créer et imaginer de nouvelles façons d’enseigner et d’apprendre à l’ère du numérique, c’est bon pour leur santé et leur ligne de vie et cela fera du bien au renouvellement souhaité des pratiques pédagogiques.

Source :

Alter, N. (2015). L'innovation ordinaire. Presses universitaires de France. https://www.cairn.info/l-innovation-ordinaire--9782130583530.htm

Bourdieu, P., & Passeron, J. C. (1970). La reproduction éléments pour une théorie du système d'enseignement.

Christensen, C., Dyer, J., & Gregersen, H. (2013). Le gène de l'innovateur: cinq compétences qui font la différence. Pearson.

Rousselot, Paul (1891), Pédagogie Historique. D’après les principaux pédagogues, philosophes et moralistes. Paris : Delagrave. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55028188/f314.image 

Salman Khan (Wikipédia) https://fr.wikipedia.org/wiki/Salman_Khan_(%C3%A9ducateur)

Sugata Mitra (Wikipédia) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sugata_Mitra

Georges Siemens (Wikipédia) https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Siemens

Stephen Downes (Wikipédia) https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Downes

Petite histoire des pédagogues https://www.meirieu.com/PATRIMOINE/lespedagogues.htm

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire