Par Sandrine Benard  | sandrine.fle@outlook.fr

L'atlas sonore des langues régionales françaises

Créé le mardi 19 septembre 2017  |  Mise à jour le lundi 9 octobre 2017

L'atlas sonore des langues régionales françaises

De nos jours, avec le développement d’internet, des nouvelles technologies et des médias en général, il est possible de toucher du doigt (même virtuellement !) le monde entier. Il en va de même pour l’enseignement et l’apprentissage des langues.

Il est loin le temps où on se contentait des simples manuels scolaires et de l’enseignant en présentiel ! Non, maintenant, à l’heure du numérique, tout accès au savoir est complètement ouvert et chacun peut y accéder sans limite : plus besoin de se rendre dans des institutions scolaires, d’y rencontrer un professeur en face à face, de mettre le nez dans des livres d’un autre temps : avec l’avènement d’Internet, l’apprenant peut devenir son propre maître. Ceci dit, le rôle de l’enseignant garde une importance capitale quant à la transmission, l’acquisition et le réemploi des savoirs.

En termes d’apprentissage des langues, cela est d’autant plus vrai concernant la motivation d’apprendre quelque chose de nouveau. Le défi en est d’autant plus grand ! Mais un bon enseignant ne peut l’être que s’il continue de se maintenir à jour dans ses connaissances et surtout quand il est capable de sélectionner le bon matériel d’enseignement, adapté à ses étudiants et apte à captiver leur intérêt et leur donner envie de progresser.

Mais peut-on le faire à plus petite échelle, au sein même de langues régionales ? Oui, c’est un défi relevé pendant l’été 2017, avec l’atlas sonore des langues régionales de France !

Le projet
 
Mis en place en juin 2017 par trois chercheurs du Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur (LIMSI) du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), ce projet cherche à protéger le riche patrimoine linguistique français par le biais d’un atlas sonore des langues régionales.
 
L’idée ? Enregistrer la même fable d’Ésope dans 126 des variations linguistiques régionales françaises. Ainsi, vous aurez la possibilité de l’entendre aussi bien en picard, en wallon, en provençal ou encore en corse !

En fait, trois grandes familles de langues se distinguent dans cet atlas :

  • Les langues romanes (parmi lesquelles la langue d’oïl avec le bourguignon, le normand, l’angevin… ; la langue d’oc avec le gascon, le languedocien ou le croissant ; les autres langues romanes comme le catalan, le corse et le franco-provençal)
  • Les langues germaniques (l’alsacien, le flamand occidental et le francique)
  • Les autres langues (le basque, le breton et le créole)
     

Comment ça marche ? 

En se rendant sur le site de l’atlas, on a accès à une carte de France où on peut cliquer sur diverses villes, chacune répartie selon un code de couleurs correspondant à une dominante linguistique régionale (par exemple, le breton pour la région de Quimper et Lannion ; le provençal pour la région de Marseille et de Nice). Apparaît alors une retranscription phonétique ainsi qu’un enregistrement audio de la fable d’Ésope récitée en langue régionale. Il est à noter qu’en cliquant sur Paris, la fable est en français standard. Cela s’explique du fait qu’historiquement la capitale n’a plus connu de patois depuis le Moyen-Âge.

Le défi

Trouver des locuteurs qui parlent le breton, le catalan ou encore le provençal, ça passe encore. Là où ça devient compliqué, c’est au moment de dénicher des personnes qui connaissent des langues très peu parlées encore de nos jours. C’est le cas du flamand occidental, qui, selon les chercheurs du LIMSI à l’origine de ce projet, n’est sans doute guère plus pratiqué que par trois ou quatre personnes, très âgées qui plus est.

Un de ces chercheurs, Frédéric Vernier (qui est également maître de conférences à l’université Paris-Sud) insiste sur le fait qu’il « faut trouver des gens du cru, représentatifs de la langue qu'ils parlent ». Par chance, ce projet a su éveiller la curiosité et l’intérêt de nombreuses associations de protection et de pratiques des langues régionales qui ont pu les aider dans leur recherche.

Pourquoi un tel atlas sonore ?

Mais à bon monter un tel projet ? En quoi cet atlas sonore est-il pertinent, me demanderez-vous ? Tout simplement pour montrer la richesse du patrimoine linguistique français et l’importance des variations et fluctuations de langues en présence situées à proximité, si proches et pourtant si distantes à la fois !

Finalement

En conclusion, on peut dire que cet atlas sonore est une véritable base de données qui permet à toute personne intéressée par les langues, mais aussi par la culture française, de découvrir, en tâtonnant, les différentes variations des patois et autres langues régionales pratiquées au sein même d’un pays, pourtant limité par sa superficie (644.000 km2).

Si pour certaines langues, on comprend (que ce soit en écoutant ou en lisant) la fable sans grand problème, pour d’autres, c’est une véritable gageure ! On peut voir que la langue, depuis ses débuts, n’a cessé d’évoluer et continue à le faire. On pourra mentionner encore que certaines d’entre elles sont même, au XXIe siècle, enseignées à l’école (le breton et le catalan, entre autres) et que l’identité nationale –et donc linguistique- qu’elles soulèvent leur donnent un élan toujours plus intense.

Le drame, c’est celui qui est malheureusement en train de se jouer pour certaines de ces langues, à l’instar de notre fameux flamand occidental, voué à disparaître pour de bon d’ici quelques années.

Créer un tel atlas, c’est finalement offrir un matériel d’enseignement riche et précieux, qui apparaît comme un souvenir vivant des langues régionales qui ont été, qui sont et qui seront –espérons-le, dans le futur.

 Illustrations  : L’exemple du créole sur l’atlas, https://atlas.limsi.fr
Le breton et le gallo, https://goo.gl/images/JyCfSJ
Les langues régionales en France, https://goo.gl/images/FkwdHe

Sources

Le site officiel de l’atlas sonore des langues régionales : https://atlas.limsi.fr

Un atlas sonore pour découvrir les langues régionales, Le Figaro, par Alexis Feertchak, 27/06/2017,
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/27/01016-20170627ARTFIG00108-un-atlas-sonore-pour-decouvrir-les-langues-regionales.php

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire