Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Le défi de la transmission du goût et de l'importance de la lecture

Créé le dimanche 8 octobre 2017  |  Mise à jour le lundi 16 octobre 2017

Le défi de la transmission du goût et de l'importance de la lecture

Nous sommes obsédés par la jeunesse. Nos médias en font une des qualités les plus importantes et la mettent en vedette partout. Alors, quand les années ont suffisamment marqué notre corps et notre esprit pour nous raisonner sur notre lubie d’immortalité, il faut bien juger les jeunes générations.

Par exemple, celle d’aujourd’hui qui passe beaucoup trop de temps avec les outils numériques. À pianoter sur les tablettes et les manettes, ils en oublient les passe-temps simples. Par exemple, ils ne lisent plus de livres, non?

Et pourtant, cette infographie développée à partir de relevés de l’INSEE en 2016 démontre que cela est entièrement faux. 45,2 % des 65 ans et plus disent ne lire aucun ouvrage par an contrairement à 40,8 % des 16 ans à 24 ans. Chez les enfants, la lecture est plus élevée encore. Toutefois, les personnes plus âgées lisent davantage que les jeunes quotidiennement.

Selon l’auteure de l’infographie, cela s’expliquerait par le fait que la jeunesse a des habitudes plus sporadiques. Par exemple, ils vont dévorer des séries de romans d’une traite et vont le faire à des moments de l’année où ils sont plus libres comme les fêtes de fin d’année ou les vacances estivales. En vieillissant, les adultes ne se précipitent pas sur les livres, mais ils lisent la presse quotidiennement et des articles sur Internet. D’ailleurs, l’infographiste admet qu’il est possible que les jeunes ne considèrent pas les textes sur Internet comme faisant partie de la « vraie lecture ».

Cette autre étude d’Ipsos et du CNL (Centre national du livre) montre aussi ce goût de la lecture. Évidemment, les plus jeunes lisent majoritairement celle prescrite par l’école ou le travail (89 %), mais ils sont à peine plus de la moitié à l’apprécier (52 %). Malgré tout, 78 % des 1 500 répondants affirmaient pratiquer de la lecture comme loisir et généralement, ils feuillettent plus de livres personnels que ceux imposés dans un mois.

68 % lisent hebdomadairement alors que 28 % le font pratiquement tous les jours. Les filles qui lisent par goût personnel sont plus nombreuses que les garçons (87 % contre 70 %), mais les représentants masculins lisant pour le plaisir consultent plus de publications que leurs comparses du sexe féminin. Or, peu importe le genre, en vieillissant, l’intérêt pour la lecture diminue.

Il faut dire que la culture littéraire s’est métamorphosée à l’ère d’Internet. Cette enquête publiée à la fin de l’année 2016 explique que l’avènement de ebooks change la donne puisque la lecture d’ouvrage papier périclite petit à petit vers les visionneuses et les formats numériques. Et puis, il y a la littérature qui se transforme aussi.

La popularité des « fan fictions » (fictions basées sur des univers déjà existants comme ceux d’Harry Potter, Star Wars, Super Mario Bros, Naruto, etc.) et des sites les hébergeant (Fanfiction.net, Wattpad) a mené à une démocratisation de la lecture et même de l’écriture. Désormais, les jeunes lisent autant les auteurs édités que les amateurs qui s’essaient timidement sur la Toile. D’ailleurs, il n’est pas dit qu’eux-mêmes ne s’y adonneront pas.

De plus, ils consultent des Youtubeurs qui se sont spécialisés dans le partage de leurs expériences de lecture et la rédaction de critiques de titres récents ou classiques.

Faut-il faire aimer la lecture aux récalcitrants?

Malgré ses statistiques, les adultes ont une perception que les enfants ne lisent pas assez. Et puis, il est vrai qu'il y a un pourcentage important d’entre eux qui n’aiment réellement pas lire ou qui ne le font que parce qu’il le faut. Bref, ils ne sont pas habités de ce goût de la lecture. Et en vieillissant, ils sont de plus en plus dans cette catégorie. Aux États-Unis, en tout cas, le sujet inquiète bien des parents puisqu’entre 2010 et 2016, parmi les jeunes, ceux qui affirmaient que lire était quelque chose qu’ils appréciaient sont passés de 60 % à 51 %.

Parce que tous se demandent quoi faire avec ces jeunes qui n’arrivent pas à décrocher du téléphone, qui sont constamment occupés, qui ne peuvent lire à la maison parce qu’il n’y a pas d’endroits calmes ou qui manquent simplement d’intérêt ou de motivation pour la lecture? Pour les deux derniers problèmes, les enseignants doivent être des motivateurs, des lecteurs avides qui peuvent fournir de nombreuses recommandations à leurs apprenants afin de leur montrer que la lecture n’est pas ennuyeuse.

Qu’ils n’ont seulement pas trouvé leur style ou le livre qui va les passionner. Quant aux autres problématiques, ils peuvent aussi travailler à donner du temps de lecture en classe en silence et sans appareils mobiles afin que les apprenants puissent lire et prendre goût à ce type de passe-temps.

Culture du partage...

Une approche qui devrait être mise en place dès le plus jeune âge comme chez cette enseignante qui propose un coin lecture bien généreux en ouvrages classés par thèmes qui intéressent les enfants. Elle a aussi adopté une politique où les élèves peuvent lire presque n’importe où et n’importe quand — à condition bien sûr d’avoir fini le travail à faire. Elle a mis en place et essayé de faire de la littérature autrement, de proposer des échanges de livres ou de créer de « fausses publicités » pour des titres qu’ils ont lus afin d’encourager d’autres dans la classe à les lire.

Or, il n’y a pas que les profs qui doivent travailler pour donner le goût de la lecture. Les parents doivent aussi s’y mettre. Selon le psychologue Daniel Willingham de l’université de Virginie, il y a tout un travail à faire afin de ne plus associer cette activité avec l’école, mais plutôt avec l’idée du plaisir d’apprendre. Des parents eux-mêmes lecteurs donneront un bon exemple aux enfants.

Par exemple, s’assurer qu’il y ait des livres un peu partout dans le foyer (salon, bibliothèque, salle de bains, etc.) déclenchera un plus grand intérêt chez l’enfant. Encore plus, s’il leur est offert des titres en lien avec leurs passions du moment. Il ne faut pas non plus contrôler l’activité de lecture, car si elle devient corvée, l’enfant la repoussera constamment.

Mais est-ce important d’aimer lire? La question se pose. Après tout, nous ne salivons pas à l’idée de consulter une facture ou une mauvaise nouvelle dans le journal, mais il faut bien le faire pour comprendre notre monde. Si on se fie aux sondages et aux tests standardisés, être bon en lecture et l’aimer ne vont pas nécessairement de pair.

Les enfants albanais, turques et kazakhes adorent cette activité et pourtant, ils sont loin de figurer en tête du classement PISA en matière de compréhension de lecture. L’auteure du livre « Lire ou déchiffrer ? : l’apprentissage de la lecture en questions », Éveline Charmeux, bouscule cette idée de faire aimer la lecture. Si elle admet que cette approche a réussi à faire des lecteurs chez beaucoup d’individus, elle ne leur a fait que lire ce qui les passionne. Un réflexe problématique, car on ne lisant que ce qui nous plaît, on omet les textes ardus ou ennuyants mais qui renseignent davantage. Pour elle, on ne lit pas ce qu’on aime : ou aime ou pas ce qu’on a lu! Il faut miser sur l’utile avant l’agréable afin de transmettre aux plus jeunes l’importance de lire tout au long de leur vie.

Il ne faut pas croire que les jeunes ne lisent pas. Au contraire, tout montre qu’ils dévorent plus de livres que les seniors. Par contre, cette passion se perd avec le temps, avec les responsabilités et chez ceux qui voient une corvée dans la lecture. Certes, tout ce qu’on lit ne peut pas nous passionner, mais il est important de rappeler comment il est primordial de savoir lire aux plus jeunes. Professeurs et parents ont un rôle essentiel à jouer dans cette tâche.

Illustration : april-mo 2016-06-21 reading a dictionary(102) via photopin (license)

Référence 

"(Infographie) Les Jeunes Lisent… Plus Que Leurs Aînés." Allez Vous Faire Lire. Dernière mise à jour : 16 octobre 2016. https://allezvousfairelire.com/2016/10/16/infographie-les-jeunes-lisent-plus-que-leurs-aines/.

"Aimer Lire, Un Objectif Réellement Valable De L'enseignement ?" Apprendre, Réviser, Mémoriser. Dernière mise à jour : 12 août 2017. http://apprendre-reviser-memoriser.fr/aimer-lire-enfants/.

Amato, Jarred. "First Person: What 100 Ninth Graders Told Me About Why They Don’t Read." Chalkbeat. Dernière mise à jour : 20 septembre 2016. https://www.chalkbeat.org/posts/us/2016/09/20/first-person-what-100-ninth-graders-told-me-about-why-they-dont-read/.

Barriault, Lucie. "Comment Développer Un Intérêt Pour La Lecture?" RIRE. Dernière mise à jour : 6 décembre 2016. http://rire.ctreq.qc.ca/2016/12/interet-lecture/.

"Comment Leur Donner Envie De Lire?" L'école Des Juliettes. Dernière mise à jour : 25 août 2017. http://ecoledesjuliettes.eklablog.com/comment-leur-donner-envie-de-lire-a131250154.

Korbey, Holly. "How to Help Students Develop a Love of Reading." MindShift. Dernière mise à jour : 31 octobre 2016. https://ww2.kqed.org/mindshift/2016/10/31/how-to-help-students-develop-a-love-of-reading/.

Promis Juré, Ils Lisent !. Dernière mise à jour : Décembre 2016. http://promisjureilslisent.alwaysdata.net/index.html.

Vincent Gérard, Armelle. Les jeunes et la lecture. Centre National du Livre, 2016. http://www.centrenationaldulivre.fr/fichier/p_ressource/8468/ressource_fichier_fr_les.jeunes.et.la.lecture.etude.2016.06.27.ok.pdf.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire