Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Cette école plus libre, comment la rendre possible?

Créé le dimanche 15 octobre 2017  |  Mise à jour le mercredi 15 novembre 2017

Cette école plus libre, comment la rendre possible?

L’école a toujours été associée à des contraintes : un horaire à respecter, des règlements à suivre, l'attention dirigée, les déplacements contrôlés, des devoirs et examens à compléter en temps et en heure. Ce cadre n’est pas en soi une mauvaise chose. Mais il peut être perçu par plusieurs comme celui d’un établissement carcéral.

L’image est forte, mais il demeure quelque chose dans l’école qui peut paraître sclérosant. Bien sûr, les directions essaient de différentes façons de changer l’image ou les approches pédagogiques, mais peu osent une réflexion à savoir s’il est possible d’offrir plus de liberté aux professeurs et aux apprenants.

Or, la question devra éventuellement se poser. Particulièrement en France où le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer du gouvernement Philippe a affirmé sur les ondes de France Culture qu’il voulait plus d’autonomie. Du moins, dans les stratégies employées pour que tous réussissent. Il n’est pas trop fan d’approches uniques égalitaires qui, selon lui, nuisent aux élèves les plus faibles qui ont le plus besoin d’aide. De plus, sa vision de la liberté évolue avec le niveau scolaire. Au primaire, pas de laisser-aller. Il faut que l’enfant obtienne son socle de compétences de base afin de se déployer. Par la suite, toutefois, il espère voir plus d'initiatives des établissements.

Ajouter de la liberté...

La liberté à l'école consisterait à donner des ailes aux apprenants, selon des spécialistes de la pédagogie. Cette professeure de l’Université Laval raconte comment l’Espagne franquiste dans laquelle elle est née voyait l’éducation comme une épreuve. Il fallait pratiquement « verser du sang » pour apprendre à lire, écrire, etc. Or, ses parents, opposés à la dictature, se sont battus pour offrir à leur fille la chance d'une école à la pédagogie active. Celle-ci proposait des défis, des projets créatifs, des concours et autres qui stimulaient les élèves et donnaient envie d’apprendre.

Elle aborde ainsi la théorie de l’autodétermination qui affirme que la motivation répond à un besoin d’autonomie ainsi que de compétences et d’appartenance sociale. Or, cette liberté est peu présente dans les modes pédagogiques où tout est basé sur un manuel scolaire que l’on suit.

Au mieux, elle est superficielle. On laisse aux jeunes l’occasion de choisir le sujet de leur recherche ou de leur exposé oral. Une vraie liberté agrandirait le cadre et permettrait pour eux d’avoir un impact sur leurs travaux et leurs savoirs. Elle donne l’exemple d’un concours interdisciplinaire de robotique pédagogique qui permet librement d’explorer, de concevoir et de mettre en pratique des concepts divers (mathématiques, programmation, etc.).

... dans un cadre défini

La liberté scolaire ne veut pas dire faire tout ce que l’on veut sans balises. Les élèves doivent être conscients qu’ils devront s’autoréguler individuellement et en équipe. La classe entière doit même réfléchir aux manières d’y arriver. Cette chef d’établissement a écrit une fiche fournissant une bonne idée des questions et de projets pouvant être mis en place pour ajouter des espaces de liberté en classe.

Dans l’implantation, il est clair que l’enseignant doit avoir une discussion avec ses élèves sur les libertés qui ne sont pas dérangeantes et celles qui le sont. Il faut, en outre, penser aux apprenants qui eux sont moins à l’aise dans des contextes trop libres et qui n’arrivent pas réguler leurs apprentissages. Il faut leur donner la confiance de le faire et accepter que, par moments, ils aient besoin d’un peu plus d’encadrement.

Or, une fois, le cadre posé, les possibilités sont grandes. Cela peut être aussi simple que de laisser le choix de la présentation des travaux (ex. : les élèves peuvent jeter leur dévolu sur des stylos de toutes sortes de couleur, sauf le rouge pour la correction), la liberté de s’installer où ils le désirent pour effectuer des tâches ou le support de travail (tableau, feuille de papier, ordinateur ou tablette, etc.). Mais cela peut aussi être plus nouveau et contre-intuitif des réflexes scolaires en général. Par exemple, autoriser les élèves qui ont besoin d’aide la demander à qui ils veulent et pas seulement à ceux désignés comme « tuteurs » parce qu'ils sont bons élèves. Ou, mieux encore, leur laisser choisir le moment de l’évaluation. En effet, cela va obliger les élèves à autoévaluer leurs capacités et leur maîtrise des objectifs pédagogiques demandés. L’enseignant prendra toutefois le temps de discuter avec les trop pressés ou ceux qui doutent de leurs compétences réelles.

Évidemment, de telles méthodes exigent une réflexion et des changements dans la didactique. Elle nécessite aussi des apprenants eux-mêmes de revoir leur approche de l’école telle qu’on leur inculque depuis qu’ils sont petits.

Cela voudrait dire, par exemple, repenser l’aménagement des classes pour des endroits plus ouverts, permettant de se déplacer entre ateliers ou de former rapidement des coins pour le travail d’équipe avec des lieux pour ceux préférant travailler seuls.

Mettre de la liberté dans un contexte pédagogique n’a rien de simple. Ironiquement, elle vient avec des contraintes et des réflexions sur l’encadrement. Mais dans un contexte où l’on ne cesse de souhaiter le renouveau de la pédagogie, n’est-ce pas là que se trouve la prochaine étape?

Illustration : Wootang01 via Foter.com / CC BY-ND

Références

"Jean-Michel Blanquer : "Dans L'éducation, C'est Par Plus De Liberté Qu'on Peut Aller Vers Plus D'égalité"." France Culture. Dernière mise à jour : 27 juillet 2017. https://www.franceculture.fr/societe/jean-michel-blanquer-dans-leducation-cest-par-plus-de-liberte-quon-peut-aller-vers-plus.

Matas, Sophie. "Quels espaces de liberté pour les élèves en classe et dans l’école ?" SitEColes. Dernière mise à jour : 12 septembre 2016. http://sitecoles.formiris.org/?WebZoneID=590&ArticleID=7824.

Philippe, Mélissa. "Pourquoi Et Comment Repenser La Conception Des Salles De Classe?" Profweb. Dernière mise à jour : 25 avril 2017. http://www.profweb.ca/publications/articles/pourquoi-et-comment-repenser-la-conception-des-salles-de-classe.

Romero, Margarida. "Responsabilité, Liberté Et Motivation à L’école." Contact. Dernière mise à jour : 17 mai 2017. http://www.contact.ulaval.ca/article_blogue/responsabilite-liberte-motivation-a-lecole/.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire