Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Réviser les savoirs avec du papier et du carton

Créé le dimanche 12 novembre 2017  |  Mise à jour le lundi 13 novembre 2017

Réviser les savoirs avec du papier et du carton

Le numérique a propulsé une multitude d'outils créatifs. Autrefois réservés à une élite sachant triturer les logiciels pour créer, ces outils se sont démocratisés et ont adapté leurs interfaces de façon à être utilisés par des gens de différents niveaux de connaissance. Le tout offert à des tarifs qui n'ont rien à voir avec les prix exorbitants d'autrefois, voire bien souvent gratuitement pour les fonctions de base.

Bref, la création en tout genre a connu une augmentation phénoménale grâce à ces outils et, parmi les bénéficiaires, nous pouvons citer les établissements scolaires. En effet, ces outils ont donné l’occasion aux professeurs et aux élèves d’adopter de nouvelles façons de réviser la matière ou d’évaluer les acquis.

Mais...

Sauf que le numérique a ses inconvénients. Il faut bénéficier d’un parc informatique suffisant. Il est aussi énergivore et capricieux. Il suffit d’une panne électrique ou de problèmes de réseaux pour qu’il soit impossible de travailler avec ces outils. Certes l’approche infonuagique permet de sauvegarder et de se reprendre de n’importe où, mais où les utilisateurs sont à la merci de serveurs qui peuvent subir des attaques, être fermés, etc. Alors, sans se débarrasser entièrement du numérique, peut-être est-il bon de rappeler que certains outils créatifs peuvent totalement être reproduits à l’ancienne : sur des feuilles ou du carton.

Voilà en tout cas, le rappel que fait ce blogue pédagogique qui propose aux enseignants des outils pour la mémorisation sans numérique. Par exemple, s’il existe des tonnes d’applications pour concevoir des cartes mentales, cela se fait tout aussi bien sur des feuilles de papier. Elle permet de faire de liens entre les différents éléments appris. Les nuages de mots peuvent bien se concevoir sans avoir besoin d’une connexion Internet. Pensons uniquement aux tableaux dans la classe. Une enseignante pourrait même travailler avec ses élèves à en créer pour divers sujets : romans étudiés, période historique traitée durant la semaine, notions mathématiques importantes pour un examen à venir, etc.

Des outils qui n'ont pas besoin de numérique

Certains outils sont davantage pensés pour être créés avec des crayons et des stylos. Par exemple, le flipbook est un outil entièrement concret, surtout destiné aux arts plastiques, permettant de concevoir un « dessin animé » ou un effet animé sans avoir à passer par un logiciel d’animation. Cette approche de base est d’ailleurs très humoristiquement expliquée en vidéo par ce professeur sur Internet.

Néanmoins, deux autres approches créatives sont uniquement pensées en mode analogique. Le sketchnote se veut une prise de notes mélangeant art et résumé. Une carte colorée afin de retenir ce qui a été transmis durant un cours, une conférence, un film, etc. Certes, le numérique peut aider dans la fabrication de ce genre de cahier, mais ils sont davantage conçus comme des outils consultables. Ce site l’explique et donne même des exemples d’usages en milieu pédagogique.

Un autre, appelé lapbook, fait de plus en plus fureur dans les classes du primaire. Comme le décrit ce blogue, il 'sagit d'une chemise thématique que constitue l’apprenant afin de prendre les informations essentielles sur différents sujets et les synthétiser.

Ces approches artistiques qui mélangent collage, coloriage, dessin, géométrie et écriture permettent donc à différentes équipes de créer un livret qui se feuillette par les autres pour apprendre et réviser. Si pour l'instant il est surtout utilisé à l'école primaire, la lapbook peut servir à tous les âges puisque le but est d’offrir un résumé visuel d’un sujet donné, peu importe sa complexité.

Il n’est donc pas toujours nécessaire de se brancher à un ordinateur pour être créatif. Ces différents outils rappellent qu’il existe et qu’il est même important de se servir de savoirs plus analogiques comme le bricolage afin d’améliorer la synthèse de la matière et la révision.

Illustration : prayingmother
Force & Motion Lapbook Spread
via photopin (license)

Références

"Comment Faire Un Lapbook ? A Quoi Peut-il Servir?" Apprendre Avec Bonheur. Dernière mise à jour : 28 février 2017. http://apprendreavecbonheur.blogspot.ca/2017/02/comment-faire-un-lapbook-quoi-peut-il.html.

"Comment Faire Une Animation ‘Flip-book’." Image-par-image.com. Dernière mise à jour : 10 août 2010. https://www.artuscrea.com/blog/apprendre-stop-motion/lecon-du-prof-kouro-le-flip-book/.

Ferrari, Laetitia. "Outils Créatifs Sans Numérique." Péd@Gogo. Dernière mise à jour : 3 juillet 2017. https://laetitiaferrari.wordpress.com/2017/07/03/outils-creatifs-sans-numerique/.

La Folie Du Sketchnote. Consulté le 9 novembre 2017. http://www.lafoliedusketchnote.com/.

"LAPBOOK : Un Outil Plein De Trésors Pour Apprendre Avec Plaisir." Petites Chasses Au Trésor. Dernière mise à jour : 10 juillet 2017. https://petiteschassesautresor.com/lapbook-outil-apprendre-avec-plaisir/.

"Le Lapbook Ou Flapbook, Un Support Pédagogique Ludique." TableauxInteractifs. Consulté le 9 novembre 2017. http://www.tableauxinteractifs.fr/ressources/lapbook-un-outil-dapprentissage-efficace.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire