Par Denys Lamontagne  | direction@cursus.edu

L’année 2006 du e-learning : des progrès partout, mais vers quoi ? Les priorités de Thot pour 2007.

Créé le mardi 19 décembre 2006  |  Mise à jour le vendredi 12 décembre 2008

Belle année 2006 !

Tous nos indicateurs sont demeurés au vert, au vert éclatant même : nombre d’institutions de formation en ligne, nombre de cours offerts, qualité des cours offerts, nombre de fournisseurs, nombre d’utilisateurs, nombre de projets, etc. L’activité générale est foisonnante.

On constate même que plusieurs institutions traditionnelles commencent à intégrer la e-formation dans leurs stratégies de développement; à preuve les institutions qui prennent entente avec d’autres ou créent des antennes locales pour diffuser leurs cours ou encore ces régions rurales qui utilisent la solution e-formation pour garder leurs écoles ouvertes ou retenir les compétences dans leur région.

Du coté des entreprises on observe une utilisation de plus en plus fréquente de la formule e-learning, rapide ou étendue, d’appoint ou de base; sa souplesse et sa précision sont ses qualités les plus appréciées.

On pourait continuer longtemps ainsi l’énumération des gains de la e-formation qui compensent largement les quelques difficultés ou semi-échecs rencontrés ça et là avec des initiatives de cartables électroniques et d’autres solutions clé-en-main qui ne respectent pas l’esprit d’ouverture et d’accessibilité universelle par les usagers ou encore ces projets qui ne sont pas soutenus par les administrations. C’est d’ailleurs ce dernier point qui demeure critique dans l’intégration effective des TIC dans les organisations. Heureusement, les intentions s’affirment de plus en plus clairement en ce qui concerne la e-formation, à tous les niveaux décisionnels.

Devant ce courant de plus en plus fort, on pourrait se demander «Où cela nous mène-t-il ?» La réponse est simple : «Là où nous déciderons d’aller», en autant que l’on ait l’idée d’aller quelque part et non de profiter seulement des avantages du moment. Il ne s’agit pas ici de flux de matière mais des actions de milliers d’individus et de groupes.

Comparer nos bilans d’une année à l’autre ne nous apporte pas grand élément d’orientation sinon à savoir la vitesse des transformations et nous laisse sans gouverne. Comparer le bilan aux objectifs poursuivis ou au portrait idéal que nous concevons est autrement plus riche en conclusions.

Accessibilité - De toutes les façons

Ainsi à Thot nous voyons un idéal où des formations sont accessibles à tous, à la satisfaction des besoins et des disponibilités.

Quand nous parlons d’accessibilité, nous voulons dire accessible autant physiquement qu’intellectuellement. Ceci est notre scène idéale, ce à quoi devrait aboutir le e-learning et la e-formation. Tout ce qui s’en approche mérite notre attention; ce qui s’en éloigne, un réajustement.

Que des gens ne puissent y accéder économiquement fait partie de l’accès concret, physique. Que des gens ne puissent y accéder parce qu’ils sont illettrés, analphabites (ignorants des technologies) ou encore sans techniques d’étude, fait partie de l’accès intellectuel. Que des centaines de millions d’élèves soient encore soumis à la culture de l’ennui scolaire apparaît presque inconcevable alors que quelques écoles dynamiques brillent au firmament.

À ces niveaux, notre bilan pourrait s’améliorer. Les efforts de développement de la e-formation sont surtout mis sur les clientèles payantes et éduquées; ce sont elles qui suivent les formations en ligne. Les milliers de personnes qui en auraient besoin ou qui sont demandeuses et intéressées sans en avoir les moyens, comme en Afrique, sont laissées pour compte alors que les solutions sont plutôt accessibles. Les élèves des écoles et leurs professeurs ne sont pas en contexte pour exploîter les avantages les plus fondamentaux de la e-formation : l’intérêt et l’accessibilité.

Ainsi, à la vue du bilan clinquant de la e-formation et pourtant triste, nous en venons à énoncer nos priorités pour 2007; Thot sera particulièrement attentif :

  • aux initiatives de distribution des cours à distance dans des environnements supervisés, ce qui inclut évidemment et surtout les écoles et centres de formation;  
  • aux initiatives de conception et de distribution de cours pour des canaux «populaires», ce qui inclut la distribution par courriel, iPod et téléphone portable et les médias comme les fichiers sonores et vidéos ou des simulateurs java et des scénarios dynamiques ou multi-participants;  
  • aux recherches sur l’accessibilité et l’ergonomie : des cours, des espaces, des méthodes d’apprentissage et de l’organisation nécessaire pour gérer les grands nombres;  
  • aux modèles économiques et argumentaires pour les investissements publics et privés en e-formation comme solution aux besoins massifs de formation.

Voilà nos priorités éditoriales pour 2007.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire