Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Du bon usage de Twitter pendant les conférences

Créé le dimanche 19 mai 2013  |  Mise à jour le mercredi 11 septembre 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Du bon usage de Twitter pendant les conférences

Les conférences fonctionnent toutes de la même façon : des experts se succèdent au pupitre, pour présenter des allocutions devant une salle remplie d'auditeurs plus ou moins attentifs. Or, à l'ère du 2.0, la formule semble désuète.

Ainsi, depuis quelques temps, les auditeurs créent des live tweets, des fils Twitter qui permettent de rapporter les propos des intervenants et de commenter les sujets abordés. Il arrive même, de plus en plus fréquemment, que les organisateurs des conférences décident du mot-dièse à utiliser dans les twitts, pour qu'il soit plus facile de repérer les messages liés à la manifestation. Et l'on commence à voir se systématiser les écrans placés dans la salle de conférence elle-même, sur lesquels sont projetés les fils Twitter en temps réel.

Succès non garanti

 
Cette idée de live tweet peut ajouter une dimension interactive fort intéressante et même encourager les conférenciers à réagir aux questions posées sur le fil Twitter. Mais ce genre d'événements demande une organisation plus grande qu'on ne le croit. Il suffit de voir ce petit guide du live tweet créé par Marion Sabourdy sur son blogue Artefacts numériques pour comprendre qu'il faut plus d'un mot-dièse commun pour que cela fonctionne. Qui participera ? Comment cela fonctionnera-t-il ? Où placer le mur de gazouillis dans la salle ? Des questions auxquelles il faut répondre avant la conférence.

Les live tweet, bien que permettant la prise de notes et l'interactivité, ne sont pas tous des francs succès. Ce type d'exercice laisse parfois perplexes les participants. Parlez-en à ceux qui ont suivi la très récente conférence de MuseumNext qui eut lieu le 13 et 14 mai dernier. « Super! », se disaient les internautes français qui espéraient pouvoir suivre les conférences et échanger sur les sujets traités avec les participants sur place. Or, l'organisation n'a pas songé à une interface pour centraliser les tweets, ni à hiérarchiser les mots-dièses. MuseumNext, ce sont 1237 intervenants qui ont produit 6000 tweets lors de la conférence. Un fouillis total pour quiconque voulait suivre l'événement!

À une moindre échelle, Nicolas Roland relate l'utilisation d'un live tweet lors de la Journée de réflexion du Centre de Didactique Supérieure de l’Académie Wallonie-Bruxelles, en février 2013. Après les présentations, les organisateurs ont distribué des questionnaires aux participants pour savoir ce qu'ils avaient pensé du live tweet. Les 109 participants étaient plutôt des néophytes en matière de réseaux sociaux. Seulement 8 d'entre eux avaient un compte Twitter avant la conférence et 27 possédaient un compte Facebook.

Dans ce contexte, il était intéressant d'observer s'ils avaient vu une valeur ajoutée à la conférence. 58 sur 109 ont répondu au questionnaire et les avis étaient partagés. Certains ont noté une interactivité accrue et la création de débats dans la journée, mais nombreux sont ceux qui se sont montrés sceptiques sur la méthode. Le mur de tweets affiché n'était pas assez grand, il leur était difficile de suivre la conférence en même temps que de tweeter et ils auraient aimé que le conférencier puisse plus facilement modifier sa présentation en prenant en compte les commentaires et questions sur Twitter.

La recette du live tweet

 
On comprend donc qu'il convienne de penser à un certain nombre de choses lorsque vient le moment de créer un live tweet. Nicolas Roland cite entre autres une liste de recommandations formulées par Nadine Postiaux :

  • Utiliser Twitter lors des conférences longues et magistrales, plutôt que dans les événements courts et denses;

  • Ne pas forcer les participants au live tweet: ceux qui sont dans la salle doivent pouvoir poser leurs questions en direct, et pas exclusivement sur Twitter; 

  • Au niveau logistique : charger quelques personnes de collecter et synthétiser les twitts, penser à mettre des prises électriques à disposition des participants pour qu'ils branchent leurs appareils portables, placer le mur de twitts à proximité du conférencier et afficher les twitts en gros; 

  • Initier les participants qui le souhaite au principe du live tweet avant le début des interventions, et renouveler éventuellement l'exercice lors d'une pause;

  • Réaliser une synthèse de ce qui s'est dit sur Twitter avec des outils comme Storify, pour laisser une trace des interventions à ceux qui étaient absents.

 

Ceci dit, twitter, c'est bien, mais pour quoi faire ? Lors d'un atelier qui eut lieu à l'automne de 2012 dont il est rendu compte dans cet article, Mélodie Faury a proposé  aux Twittos, sur place ou à distance, d'adopter un rôle à choisir dans une liste de suggestions. On peut ainsi se faire le relais du conférencier, demander des précisions, apporter un contrepoint, proposer des liens et des informations supplémentaires; les artistes dans l'âme peuvent même résumer dans une oeuvre graphique ce que la conférence leur a inspiré. Dans le retour d'expérience, il semble que les individus se soient prêtés au jeu, tout en soulignant que les conférences aux sujets ardus se prêtent peu aux live tweets. Ecouter reste encore le meilleur moyen de comprendre ce qui est dit, quitte à réaliser une synthèse plus tard, à tête reposée. 

Si vous avez déjà essayé de suivre une conférence à distance par le biais de Twitter, vous connaissez la déconvenue qui s'empare de vous lorsque vous ne parvenez pas à établir des liens entre les twitts qui fusent de toutes parts ou lorsque vous lisez des messages totalement ineptes, dans le genre "midi, ça commence à faire faim !" ou "X à la tribune a vraiment une cravate horrible". Il est donc intéressant de savoir qui sont les Twittos à suivre, qui fournissent réellement de l'information. Pour cela, vous pouvez utiliser Bluenod, qui permet de voir rapidement les Twittos les plus actifs et leurs liens avec les autres membres qui participent aux live tweets. Par exemple, voilà la carte Bluenod du MuseumNext 2013 :

Enfin, doit-on faire une confiance aveugle à Twitter aujourd'hui pour mettre du piment et de l'interactivité dans une conférence ? C'est la question que pose Sophie Tan dans son compte-rendu de MuseumNext. De nos jours, on trouve des retranscriptions en images sur Dailymotion par exemple, la mise en place de hangouts sur Google + en parallèle de la conférence pour que des petits groupes commentent et discutent du sujet, etc. Bref, Twitter, c'est bien, mais ce n'est pas le seul outil à disposition.

RÉFÉRENCES :

Sabourdy, Marion. "Petit guide pour live-tweeter un évènement." Artefacts numériques. 26 janvier 2012. http://www.anthropoblog.fr/2012/01/petit-guide-pour-live-tweeter-un-evenement/.

Tan, Sophie. "Participer à distance, c'est possible... ou pas !" Muse & Geek. 15 mai 2013. http://www.musengeek.fr/A-la-Une/Participer-a-distance-c-est-possible-ou-pas.

Roland, Nicolas. "Mettre en place un flux Twitter lors d’une conférence, retour d’expérience & conseils." Hypomnematon. Non daté, consulté le 20 mai 2013. http://niroland.hypotheses.org/309.

Faury, Mélodie. "Faire l’expérience des conférences augmentées : un jeu de rôle lors d’un live-tweet ? " Infuse ! Nos rapports aux sciences. 22 octobre 2012. http://infusoir.hypotheses.org/3649.

Faury, Mélodie. "Retour sur le “Live-Tweet – Jeu de rôle” | Présentation Prezi." Infuse ! Nos rapports aux science. 5 novembre 2012. http://infusoir.hypotheses.org/3690.

Bluenod : http://bluenod.com/

Carte Bluenod de Museumnext : http://bluenod.com/map/museumnext2013

Image: Michael D Brown, shutterstock

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Fabienne
  • 16 septembre 2013 à 09 h 09

A utiliser judicieusement

Point de vue très juste et des idées à prendre effectivement avant de vouloir à tout prix se servir du live tweet. Un point très important est le choix du hashtag et la communication autour de celui-ci avant et pendant l'événement. Tout dépend aussi du sujet de la conférence. Un sujet nouvelles technos se prêtera davantage à ce genre d'exercice.

Répondre